50'000,- par mois pour nous pourrir la vie

Il y a des choses auxquelles mieux vaut ne pas penser. Mais si par malheur vous y pensez une fois, vous n'êtes plus la même personne.

Je suis tombé sur une interview du directeur de l'Office cantonal des Transports de Genève, David Favre (RTS). Celui qui a dévasté une partie du réseau routier à Genève voici bientôt une année pour le plus lourd, et depuis belle lurette pour le reste, c'est lui. La désynchronisation des feux, c'est lui aussi. La consultation pour le 30km partout, en oubliant le vote qui balaya l'initiative à 80% c'est lui, encore.

Tout cela, avec la bénédiction de notre futur (et espérons très prochain) berger larzacien*, le petit conseiller d'Etat Dal Busco Serge. Habituellement, un conseiller d'Etat peut se nommer avec son nom seul. Mais puisque récemment, une personne que j'ai rencontrée et qui portait son nom, l'un des pires aujourd'hui à Genève, s'empressa de souligner qu'elle n'avait rien à voir avec lui (alors qu'elle ne connaissait en rien mes colères), il faut préciser le prénom, par égard pour les autres porteurs du patronyme.

À la question du journaliste qui était plutôt une assertion "les réactions ont été très forte au début, cela s'est bien calmé hein?", le fonctionnaire part dans un de ses raisonnements d'ingénieurs dont il aura le secret. Un peu comme les ingénieurs qui nous défendent l'indéfendable, à la Weibel par exemple. Qui, pire, vous censure sur son blog lorsque vous apportez des arguments n'allant pas dans son sens.

Qu'eût-il fallu lui répondre, au journaliste ? Que les automobilistes sont absolument dégoûtés. Qu'ils usent leurs nerfs. Que certains roulent avec une hargne dingue sur ces aménagements qui, je le répète, sont tous plus monstrueux et imbéciles les uns que les autres. D'autres, même majoritairement piétons comme moi, rêvent d'une contre-attaque. Puisse-t-elle être puissante.

Mais la chose à laquelle mieux ne vaut pas penser, c'est que ce petit conseiller d'Etat, affublé de son cantonal d'ingénieur, plus la conseillère administrative de la Ville chargée de la mobilité, tragiquement verte elle aussi (et infâmement surreprésentés dans son Conseil), eh bien, ce dévastateur trio gagnera quelque 50'000,- par mois. Votre argent, le mien. Ne faites pas le calcul à l'année, cela vous fera trop de mal. Tout ça pour nous pourrir la vie. La lutte contre les Verts et leur sbire bouchonneur doit devenir une priorité.

C'en est devenu la mienne.

 

* J'emprunte cette allégorie sur un excellent billet de Pascal Décaillet que je vous recommande :

Petites annonces - Liberté (tdg.ch)

Commentaires

  • Et ceux qui vous empêchent de travailler ??

  • Entièrement d’accord avec vous

    Nous devrions renommer le département de ce cher monsieur

    Department cantonal des blocages de
    L’immobilité générale

    Et ce monsieur ingénieur de son état

    Ingénieur en invention de danger permanent sur les routes

    Vivement les prochaines élections pour renvoyer le grand visionnaire dans un premier temps à Bernex

    Cadeau retour à l’expéditeur

  • En quoi le.projet Weibel serait une fumisterie ? Parce que personnellement, n'habitant pas loin de la gare, si on s'embarque pour 20 ans de travaux, je me barre de cette ville.

  • @ Laurent Lefort : Ce n'est pas le sujet de mon blog mais puisque j'en ai parlé, je dois assumer...

    Les arguments contre cette fausse bonne idée sont légion, et ont été clairement étudiés et annoncés tant par les CFF (dont leur première préoccupation est de faire circuler des trains de façon cohérente avec le maximum de personnes à l'intérieur), tant par l'Etat de Genève.

    Une boucle de rebroussement bousillerait la cadence horaire sur toute la Suisse. Elle ne permettrait pas, non plus, d'avoir une marge d'attente pour que le train ne reparte dans l'autre sens à l'heure, s'il est arrivé en retard.

    Enfin et surtout, et c'est un argument de plus que j'avance qui, je trouve, n'a pas été suffisamment mis en avant : les gares principales sont bien entendu Genève-Cornavin et Lausanne. Avec son idée, quelle que soit la direction, un train sur deux passant désormais par Genève-Aéroport augmenterait son trajet entre les deux villes de dix minutes. Je me souviens même en substance d'un titre de la TDG qui disait "2 minutes de plus entre Genève et Lausanne à cause des gros travaux à Renens" puis, "alors qu'entre Berne et Zurich on diminue le temps de parcours" ! Plus dévastateur que ça pour les transports publics...

    Tout cela, je l'ai posté sur le blog de M. Weibel et c'est là-bas que le débat aurait dû s'y faire, mais censuré, avec par contre un message sur ma boite mail en retour. Mais l'affaire étant désormais pliée, je n'ouvre pas le débat sur ce billet qui concerne bel et bien la dévastation de la circulation automobile à Genève par les différents protagonistes cités.

    Enfin, si vous souhaitez quitter Genève c'est une liberté, je vous avoue que plus je me retrouve bloqué sur les routes (hier soir à minuit, arrêté sur plusieurs feux à la file pour personne, c'est ce qui a déclenché l'écriture du blog au lieu de dormir), plus j'ai envie de quitter cette ville aussi, comme l'ont fait certaines entreprises qui n'acceptent plus cela. Mais enfin, si c'est pour ces travaux, changez déjà de quartier...

  • Comme vous avez raison! Comme ces ingénieurs se sont ingéniés à nous pourrir la vie! Comme ils sont largement sur-payés dans un canton qui laisse à l'abandon sa classe moyenne!

  • Daniel, je suis egalement le premier a pester contre les ondes rouges et toutes les saloperies inventees par les technocrates pou4 pourir les livraisons ou autre utilisateur de la voirie, puisque motard.

    En outre, je suis dans un 3 pieces en attique avec terrasse (immeuble de la CPEG) et paie en loyer libre, 1300.- avec charges. Vous comprendrez donc ma reticence a le lacher ( sauf pour changer de canton) sachant qu'un changement de locataire fait augmenter de facto le loyer de quinze a vingt pourcents dans cette categorie.

    Et vous avez raison de souligner que le debat sur la boucle aurait du se faire sur le blog de Monsieur Weibel, mais comme vous avez cite son nom, je me demandais le pourquoi du comment. Je suis surpris qu'il censure.

  • @ Laurent : Moi je ne suis nullement surpris. Lorsque je voulais intervenir, il n'y avait que des commentaires du style (de mémoire) "enfin quelqu'un de censé"...etc.

    Pour le reste je comprends bien... peut-être ferai-je un billet sur Cornavin qui va me semble-t-il au désastre (en tout cas sur son pourtour), vous serez particulièrement le bienvenu. Mais entre les idées de billets et ceux qui finissent par apparaître vraiment...

    Merci de votre contribution.

  • J'apprécie infiniment vos coup de gueules sur les questions de mobilité et je partage largement vos constats.
    Mais je pense que vous n'avez pas pris la mesure des deux projets sur le noeud ferroviaire et vous êtes un peu vite offusqué de voir votre commentaire censuré.
    Je le déplore. Car, avec un peu de bonne foi il est facile de comprendre que le projet Weibel est nettement plus efficace que l'officiel. Nous avons ici affaire à une fuite en avant des autorités qui craignent la gifle. Elle viendra. Les tribunaux seront saisis et nous découvrirons alors toutes les magouilles, incohérences, dénis de démocratie, absence de consultation ou refus de tenir compte des retours, etc.
    Mettez votre ego de côté un instant et visitez le site de GeReR. Vous comprendrez alors à quel point le projet officiel est condamné. Non seulement parce qu'il n'est pas financé, mais surtout parce qu'il promet la liaison entre le Léman Express et l'aéroport après 2050, si tout va bien.
    Oui, je suis désolé que vous n'ayez pas étudié les deux projets et que vous vous soyez vexé. Vous perdez en crédibilité. Dommage.

  • M'auriez-vous censuré ?
    Indigne, petit, désespérant.

  • Monsieur Jenni s'il vous plait !

    1) Je n'ai pas toujours le temps de valider les commentaires / y répondre
    2) Concernant Cornavin j'ai dit précédemment que ce n'était pas le sujet du blog et qu'il ne fallait continuer sur cela et paf ! vous arrivez encore
    3) Je m'offusquerais donc de censurer, alors que ce n'est même pas le cas, mais alors votre dernier message c'est quoi...?!
    4) Pour Cornavin, vous avez pris fait et cause pour son idée. Pas un contre-argument à mes arguments
    5) Veuillez ne pas user de grands mots à mon sujet ("ego" ou ce genre de stupidités), merci.

    Enfin je confirme, je clos cette fois le débat Cornavin sur ce billet, n'envoyez plus rien cela ne passera pas. En revanche, je vais faire un billet dessus et la bonne nouvelle, c'est que j'en ai déjà trouvé le titre.

  • Regard sur votre sujet : être payé "50'000 /mois dans une admin à GE", un salaire hors des réalités.

    Nous savons qu'en réalité, ces salaires de nos directeurs de Régie SIG etc. sont de loin supérieurs à ceux de nos conseillers fédéraux. Et pire.

    - tel dans le dpt Finance de GE, où ce montant salarial est dépassé par nombre de cadres Français, engagés bien que n'ayant même jamais résidé en Suisse (mais ayant obtenu une natu Suisse facilitée fissa via mariage avec une Suissesse avant divorce).


    - Si ce n'est comparer les classes, considérez le niveau de salaire de simples cadres-admin en poste de secrétaires de l'office des Compensations, qui à l'âge de 27 ans sont en mesure de toucher plus de 180'000 Chf/mois,

    Soit le salaire de cette jeune Suissesse trentenaire, cadre dans l'admin des assurances prévoyance, qui proprio d'un appart proche de Cornavin, y hoste son compagnon, un Algérien, depuis des ans sous permis d'étudiant de l'UNIGE.

    Daniel Joliet a sans doute ses arguments en approche différente. L'autre regard ne développe pas ses approches, sur ces permis d'établissement accordés à étudiants sans ressources venus de tous pays, ni sur le contrôle de leurs déclarations, ni sur le suivi de leurs situations, qui se retrouvent en queue des demandeurs Papyrusables.

    Vaste lacune, vaste programme. Ce dont, faute de grives, les gauches Genevoises s'emparent.

Les commentaires sont fermés.