Maudet au Conseil fédéral !

Je m'en veux. Je terminais la lecture du petit livre Quarantaine de Pierre Maudet hier samedi soir vers minuit, qui confortait mon opinion sur lui. J'aurais dû avoir la force d'écrire ces lignes à ce moment-là, c'eût été plus franc avant les résultats, mais la fatigue me gagna. Je le fais ce dimanche à la place d'une pause déjeuner, ça m'apprendra.

Sur ce blog, vous avez le point de vue d'un citoyen. Non d'un vieux briscard de la politique. Eh bien je l'affirme, nous nous sommes bien rendus compte que c'était plutôt une cavalcade, presque une cabale. Certes, il a commis des erreurs, il a menti. Venez me dire qu'aucun conseiller d'État ou autre n'aurait menti, et vous saurez ce qu'est un franc éclat de rire. Vous voulez savoir ce que j'en pense moi, du voyage à Abu-Dhabi ? De sa condamnation pour le vague délit de "Acception d'un avantage" ? À quelques heures près, c'est Sarkozy qui lui, prenait trois ans, dont un ferme.

Certes, sa tête dépassait, de beaucoup. Mais il a aussi, surtout, eu contre lui des gens et une presse qui étaient tout de même plus fouille-merde que les autres. Qui avaient quelque part une dent contre lui, une rancoeur. Peut-être même, à juste titre. Je lui ai donc apporté mon soutien, alors qu'en circonstances normales mon vote eût été vers une autre personne.

J'éprouve toutefois des sentiments partagés. Une certaine honte, et des craintes. Une honte de ce qu'a fait le Conseil d'Etat, qui a rétabli les exécutions publiques à Genève le 28 octobre dernier, sur la base d'un rapport qui, étonnamment, a été annulé pour le premier et se fait attendre pour le second, alors qu'il est entre les mains d'un...ancien juge fédéral.

Des craintes, parce que Pierre Maudet a des chances de l'emporter au deuxième tour. Quelle sera alors la dynamique de l'ensemble ? Mais peut-être sommes-nous déjà à un point où de toute façon, plus rien ne peut sauver le Conseil d'Etat actuel, le pire de l'histoire récente de Genève, et qu'un ultime sursaut pétrit de honte pourrait finalement poindre.

Cependant, je pense depuis quelque temps, et j'en ai parlé ici ou là déjà, que Pierre Maudet mérite désormais bel et bien le Conseil fédéral. Ce qu'a subi cet homme jusque là, aucun lobby ou gouvernement ne devrait arriver à le lui faire subir.  Et si c'était le cas, il résisterait. Genève sait proposer à Berne de fortes têtes, un peu plus que d'autres. Une chose est sûre, ici ou là-bas, il n'aura plus droit à l'erreur.

Je prends le pari que cela arrivera un jour.

Commentaires

  • Vous allez vite en besogne...

  • Je souscris et quoiqu'il arrive, le 28 mars, Pierre Maudet a déjà gagné. Il sera très vraisemblablement un des meilleurs conseillers fédéraux et ce qui me réjouis particulièrement c'est qu'il ne sera pas le candidat du PLR qui va boire la coupe jusqu'à la lie et encaisser la monnaie de sa pièce. Enfin le premier signe de délitement de la politique partisane qui a perdu tout son sens.

  • Une Verte!? Incroyable! Ceux qui ont voté pour ce parti sont sûrement pour le langage "inclusif".... et les fossoyeurs de nos libertés!

    Je voterai Maudet une deuxième et une troisième fois s'il le faut!! Voter Écolo c'est voter socialo-gauchiste!

  • Les Verts veulent le droit de vote fédéral pour les étrangers. Il faut donc absolument voter pour Maudet. De plus les vets sont de vrais ayatollah et on n'en veut pas:

    https://www.lematin.ch/story/les-verts-veulent-un-droit-de-vote-federal-pour-les-etrangers-278124904948

  • "Je prends le pari que cela arrivera un jour."

    Vous pariez combien?

  • @ Daniel *: Étant donné que la probabilité est basse (surtout que ce n'est pas le peuple qui vote direct), et que ce serait dans un laps de temps lointain, je parie déjà sur un long moment de solitude pour moi.

    * désolé, initialement j'avais par erreur écrit "Gérard" (commentaire précédent)

  • Je recommande les interventions d'une autre personne qui s'exprime juste comme citoyen engagé au milieu de politiciens. C'est Jean-François Duchosal (que je ne connais pas personnellement), dans l'excellente émission Genève à chaud sur Léman Bleu (dès minutes 10 et 15) mais également l'intervention de M. Reich à 21'. Ou toute l'émission si vous avez le temps.

    http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=44214

  • Sur la vidéo Duchosal parle d'un "état-major de traitres"...le mot est bien clair. Comme Dal Busco avec ces pistes d'aterrissage cyclables. Plus jamais, jamais, je ne voterai PDC ou Le Centre ou n'importe comment voudraient-ils s'appeler. On en a soupé des 15% d'écolos qui emm... à ce point le reste des gens, pire ceux qui sont passés avec armes et bagages chez eux.

  • Maudet a des partisans à Genève, mais pas en dehors. Sa culpabilité morale est grande, et aucun candidat au CF ne passe la rampe avec des casseroles. En étant hors parti gouvernementaux, il n'a plus d'avenir. Sa mauvaise gestion du personnel est aussi une casserole trop grosse pour le CF

    Sans me tromper, je crois, qu'en dehors de Genève il y a une incompréhension, à l'image du couple Balkany en France qui a régné sur leur ville. Genève, plus français, mais pas encore suisse, symbolise ce vote.

    Sinon Maudet veut bétonner pour accueillir 100'000 personnes, Ca en dit long sur ses copains et sa vision sur l'avenir de Genève : L'économie au détriment du citoyen

  • @ Motus : Dans l'absolu, je partage votre raisonnement. Mais...je vais le relativiser !

    Au niveau des parlementaires qui votent pour le CF, il est clair qu'il ne doit pas avoir beaucoup de soutiens désormais. En revanche, je lui en donne beaucoup plus si la Suisse devait par malheur affronter une période encore plus dure que celle-ci.

    En effet, bien que dans mon blog je parle de "début de fin de pandémie", cela reste juste un espoir. Si par malheur cela tournait mal pour quelle que raison que ce soit au niveau mondial (crise perdurant, vaccins donnant de graves effets secondaires, révolte sociale etc.) là, le Parlement cherchera des têtes capables de tenir, mais avec une forte attache à la justice sociale. Maudet en fait clairement partie, et les retournements de vestes seront légions, vous verriez.

    J'espère toutefois quand même que si Maudet rentrait au CF, ce serait parce qu'il serait finalement acquitté d'un chef d'accusation extraordinairement vague, et que la Suisse entière prendrait conscience de la capacité de lutte et de résistance de cet homme.

    Enfin, pour bouger en Suisse romande, au niveau du peuple j'ai plutôt entendu des louanges à son égard. Même jamais de critique, et je le dirais aussi clairement si cela avait été le cas.

  • Maudet au Conseil Fédéral avec sa nationalité française ?

    Quand même, Monsieur Danijol, ... il y a ... des limites ... à l'indécence.

  • @ Chuck Jones : Cela n'a pas posé les mêmes problèmes qu'à vous aux dizaines de parlementaires qui ont voté pour lui.

    Et l'on peut renoncer à une nationalité, I. Cassis l'a fait avec l'italienne. De plus, vu le parcours de Maudet, je le sens bien, bien de chez nous.

  • Je retrouve cet humour jouissif de Chuck qui fait du bien.
    Tout en décalant un peu le débat pour faire mousser.
    Maudet en Frouze, ça peut éventuellement poser problème à Genf, mais chez nos amis les Staubirns, c'est un plus. Ils ont toujours vénéré cette culture.
    D'ailleurs, comme le plus grand nombre des Boches, ils adoooorent passer leurs vacances chez les Ritals.
    On peut comprendre le besoin d'émancipation d'une culture un brin rigide. Les Anglo-Saxons et les Latins ce sont deux mondes que nous devrions préserver en résistant à la mondialisation qui promet le nivellement par le bas et la tristesse de l'uniformité.
    Ma mère est Appenzelloise. Elle a quitté sa cambrousse à 20 ans pour venir bosser chez les Welches et découvrir le monde. Mon vieux ne l'a pas laissée repartir. Et elle ne semble pas l'avoir trop regretté.
    PS. En l'état dégénéré de notre monde j'imagine que mon vocable est discutable. Je laisse à l'auteur de ce blog le soin d'évaluer à quel point je déborde tout en espérant qu'il comprend le second degré et le clin d'oeil pour dénoncer la dérive des bien-pensants qui nous imposent le langage épicène jusque dans l'administration.

  • "Maudet en Frouze, ça peut éventuellement poser problème à Genf, mais chez nos amis les Staubirns, c'est un plus. Ils ont toujours vénéré cette culture. "
    Alors là, bonjour la contre-vérité...
    De un, l'éternel racisme anti-suisse-allemand des Genevois (90% français, 10% suisses dans l'esprit) commence à devenir lassant. Le Canton de Genève est le seul en Suisse à avoir refusé l'initiative anti-burka, à ne pas oublier. Donc heureusement que les deux tiers des Suisses sont alémaniques. Leur invasion de l'Helvétie a eu du bon... et nous, nous ne sommes que des pièces rapportées en Suisse sous la pression militaire des Français...
    De deux, je ne sais où Jenni est allé pêché cette "vénération" de la culture française chez les germanophones. Surréaliste...

  • @ Géo : pas de fake infos sur mon blog svp. Genève a certes refusé l'initiative, mais avec 5 autres cantons, rien moins que Zurich, Bâle et Berne ! Toute la suisse urbaine qui totalise la moitié du pays !!

    Mais ce n'est pas le sujet, je laisse passer ces 2 commentaires mais on s'arrête là. Non sans dire à P. Jenni que parler français et dire "Genf" est abject pour moi. De la même manière que de dire "Waadt" pour Vaud ou d'aller passer un week-end en "Frankreich". S'il vous plaît...

    Cordialement !

  • Oui, je comprends que Genf écorche. Je l'utilise à dessin avec le sous-entendu d'une Genferei potentielle et presque inévitable.
    Une forme de clin d'oeil si vous voulez.
    Pour le reste, je pense avoir été suffisamment clair.
    Maintenant, pour en revenir aux chances de Maudet au CF, la difficulté vient évidemment du fait qu'il n'a pas de parti digne de ce nom et ne risque pas d'avoir des représentants de sa nouvelle formation au Conseil National d'ici la prochaine échéance.
    Il lui reste toutefois une option qui nous permettra de vérifier si ce qui compte le plus pour lui est sa carrière politique ou ses idées; rejoindre l'UDC qui n'est pas si éloignées des positions radicales. Mais pour un européiste de son genre, ça doit être vraiment difficile.
    Dans mes rêves, je l'aurais bien vu faire liste commune au Conseil d'Etat en 2023 avec Yves Nidegger.

  • Cher Monsieur,

    Vous me voyez désolé de vous voir renoncer à votre pari. Je m'étais dit que ce serait de l'argent facilement gagné. La mentalité et la rigueur de nos compatriotes d'outre-Sarine sont telles qu'il est à tout jamais exclu qu'un menteur soit même proposé à l'élection au CF. Pour être candidat, je vous le rappelle si besoin, il faut être présenté par un parti, or Maudet a été exclu de son parti et sans un parti au niveau national, c'est plié. A tout jamais. Il ne lui reste que ses clients.

  • @ Daniel : J'admire et je comprends même, votre assurance que je ne puis de facto pas avoir, mais laissons simplement le temps décider...

  • Si on peut plus mentir à la population à son parti au Conseil d'Etat au Grand Conseil à la justice et au fisc, ou allons nous je vous le demande ?
    Manquerait plus que l'on nous reproche de mentir à nos femmes et à nos maîtresses, le comble !

  • @ Daniel

    Nul besoin d'être présenté par un parti pour être candidat au Conseil fédéral. Ni par un groupe parlementaire d'ailleurs. Il suffit de déposer votre candidature.

  • Monsieur Danijol,

    Avez-vous lu le rapport Fonjallaz?

    https://www.ge.ch/document/24067/telecharger

  • @ Daniel : Non, et je n'entends pas le faire. Je me contente de ce que j'ai entendu par les principaux protagonistes, et les médias qu'on ne peut vraiment pas accuser d'être pro-Maudet. Eh bien là encore, la baudruche s'est dégonflée.

    Enfin, l'exécution publique faite par le Conseil d'Etat sur la base du premier rapport pour le moins tendancieux mériterait à elle seule de faire une analyse sur les autres conseillers d'Êtat.

    Je demande même une Commission d'enquête parlementaire.

    Merci de vos messages cependant, au revoir.

  • J'observe de manière jouissive que la plupart des salves contre Maudet se transforment en soutien massif tant elles sont caricaturales et traduisent le malaise d'une affaire qui n'en est pas une et qui va vraisemblablement se terminer par un acquittement.

  • "le rapport Fonjallaz" (Daniel)
    90 petites pages de rien du tout. Extraits ...

    "... entre 2013 et 2018 ... l'unité dédiée à la promotion économique a été dirigée par trois directeurs différents et une directrice ad interim." (avec des melons gros comme ça et des dents longues comme ça)

    "... collaborateurs ... transferts ... nouvelles fonctions sans cahier des charges ou objectifs définis ... assignés à des activités qui ne relevaient pas de leurs domaines de compétences ... "

    "... perte de sens ... stress fréquent ... arrêts de travail de longue durée ..."

    (En somme, l'Etat en transformation avec des missions, des objectifs, des cahiers des charges, des structures, et des cadres qui ne suivent pas, quoi !)

    "... la plupart de ces changements ne semble pas avoir été discutés avec les intéressés ..."

    "... la rapidité des changements et le manque d'explications quant à ceux-ci ont créé des difficultés d'adaptation ..."

    "... la responsabilité des difficultés éprouvées par les collaborateurs à cet égard peut être attribuée en partie aux titulaires et aux cadres supérieurs des départements concernés qui ont été amenés à décider, communiquer, gérer, ou à tout le moins le superviser ..." ( ah ben voila ! Au fait ... c'est quoi exactement un "titulaire" ici ?)

    "... il faut rappeller l'article 2A alinéa 1 letre c LPAC ..."

    "... statuts hybrides de collaborateurs ..." (hybrides ???)

    "... membres du secrétariat général avaient des activités relevant de la promotion ..." (!!! De la promotion politicienne ?)

    "perpetuelle restructuration" (Probablement à la mode Agile du chef suédois Bork Bork Bork ...)

    https://www.youtube.com/watch?v=yZMdW6_oRwQ

    https://www.youtube.com/watch?v=2Qj8PhxSnhg

    https://www.youtube.com/watch?v=WBICUXikKqQ

    "... le sentiment que M. le Conseiller d'Etat Maudet plaçait et déplaçait les gens "comme des pions" ... "

    "... la communication générale et individuelle relatives à ces évènements étaient au surplus manifestement insuffisante."

    "... charge de travail est susceptible d'avoir dépassé l'admissible en terme de protection de la personnalité, notamment au vu du volume de travail exigé, des délais et des conditions dans lesquels ce travail s'est réalisé ainsi que de la durée prolongée de la situation de crise."

    "... une large majorité de ceux-ci n'a pas compris les motifs du déménagement ... changement perpétuel ... communiquées de façon déficiente ... communication lacunaire ..."

    "... le DDE était devenu une département distributeur de prestations dans le cadre de la crise sanitaire ("distributeur", késako ???)

    "... adaptation des outils du DDE sur le plan numérique et l'angagement de personnel supplémentaire ...

    "... l'article 8 alinéa 1 lettre a chiffre 4 ROAC et l'article 12 ROGSIC imposent que chaque département soit muni d'un tel directeur, faisant de ce transfert une mesure dont la régularité règlementaire est douteuse."

    *... collège des secrétaires généraux ..."

    "... se séparer d'une personne ayant une formation de juriste ..." (les juristes sont généralement coriaces)

    "... ont également confirmé la toute-puissance de M. le Conseiller d'Etat Maudet qui pouvait écarter sans difficulté des cadres du DDE ..."

    "... management horizontal ..." (à ne pas confondre avec le management "à l'horizotale", n'est-ce pas ?)

    "... fonctionnement participatif et une prise de décision commune ..."

    (Et voila ! Le bouton sur le nez que tout le monde veut faire éclater lui-même !)

    "La communication relative aux mesures de réorganisation ("l'horizontalisation" et ses conséquences) s'est révélée particulièrement déficiente." (L'ère impériale des communicants)

    "... mise sous pressions des collaborateurs ..." (Grave erreur ! Maudet aurait du immédiatement déclarer faillite !)

    "... solliciter les subordonnés pendant leur temps de repos, souvent très sèche, apparaît douteuse du point de vue des règles protégeant la personnalité des agents de l'Etat."

    "La petite taille de ce département confiné sur deux étages d'un seul immeuble aurait et le rapport direct que M. le Conseiller d'Etat avait avec ses collaborateurs auraient dû, en premier lieu, lui permettre de prendre conscience de ces souffrances et, en second lieu, le conduire à une certaine adaptation de ses exigences et de son style de management."

    Bon ben voila, Pierre Maudet victime sans aucun doute des conséquences de l'horizontalisation.

    Un général d'état-major amené du jour au lendemain à conduire au combat contre le virus causant des boutions sur le nez, des unités d'assaut de fonctionnaires agiles d'élite. Je comprends le problème d'adaptation de Pierre Maudet.

Les commentaires sont fermés.