14/09/2016

Oh comme je préfère Genève à Zurich, moi !

En voilà deux qui ont déjà eu l'honneur de mes quelques lignes, pour des motifs différents. Vu qu'elles se rencontrent, s'aiment, et commettent leur premier dérapage, reparlons-en.

La première est une femme politique qui, semble-t-il, a de l'avenir, Céline Amaudruz. Je souhaiterais la voir au Conseil d'État genevois aux côtés de Mme Emery-Torracinta, non pour leur condition de femmes, ni par méconnaissances politiques, ni pour de secrètes amours pour elles. Simplement parce que je pense qu'elles le méritent, et que nous pourrions sans hésiter laisser le destin de l'Instruction publique dans les mains de celle qui l'a, et confier la sécurité dans celles de l'autre.

La deuxième est Zurich. La sinistre Zurich, je n'en démordrai pas, j'expliquais pourquoi sur mon billet éponyme. Entretemps, elle nous en a refait des pas mal, avec les scandales de la FIFA qui, allez savoir pourquoi, est aussi par là-bas. Et a montré tout son bon goût en installant une grue maritime rouillée durant un an sur les quais, et construisant le plus grand silo de Suisse...en plein centre ville.

Mais voilà que la première a déclaré sa flamme pour la deuxième dans un quotidien de boulevard...zurichois. Non seulement sa flamme, mais également ses états d'âmes pour Genève. Plus de culture paraît-il à Zurich, plus de restaurants où l'on mangerait bien, plus de sécurité.

Si j'abonde dans le dernier point, j'aimerais tout de même rappeler ici les différences qu'il y a entre nos deux villes. Genève règle ou traite, depuis longtemps, à peu près tous les conflits du monde. Parole de Genevois, j'en ai vu des présidents ou des secrétaires d'états par ici, en vrai ou en cortège de limousines. Et en ai même pâti parfois, comme l'autre soir, bloqué à 23h sur le quai Wilson dans un bouchon digne des 17h, le temps qu'ils sortent de là où l'on arrêta par bonheur...le fils Kadhafi.

Tout cela, les ambassades et autres missions diplomatiques, occupe des centaines de postes de policiers, ce que Zurich n'a pas à faire. Je ne résiste d'ailleurs pas à répéter ici l'anecdote qui avait blessé Zurich jusqu'à la moelle, lorsque Barack Obama déclara qu'il voulait y passer pour...y skier. En plus, Zurich n'a pas la chance d'être entourée par une frontière, respectivement française, avec une Zone de sécurité prioritaire à moins de 10 kilomètres. Ça change la donne, quand même.

Pour la culture et les restaurants, j''ai plus que des doutes. Il est de notoriété publique qu'en ces deux domaines Genève fait pas mal. Tout en étant moitié plus petite. Donc ces critiques venant de Céline Amaudruz m'ont choqué, énervé. Un politicien, un peu comme un journaliste sportif qui enjolivera toujours l'équipe de son coin, a souvent tendance a flatter celles et ceux d'où il vient. C'est humain, normal. Il n'a en revanche quasiment pas le droit de les dénigrer. Surtout que dans absolument tous les classements de villes mondiaux, sans exception, Genève talonne Zurich.

Dans les premières places.

Commentaires

je n'ai pas aimé ce qu'elle a dit, et je ne l'aime pas elle. je suis pour une fois bien bien d'accord avec vous.

Écrit par : Marlène | 14/09/2016

Etes-vous déjà aller à Zurich Danijol?

Écrit par : Couco | 14/09/2016

@ Couco : Pour plusieurs motifs et aussi de passage en m'y arrêtant, entre 50 et 100 fois, oui. Vous ?

Écrit par : Danijol | 14/09/2016

question de mentalités. je ne supporte plus le syndicalisme portugesh sur les petits emplois genevois, l'emprise franco-franchouillarde (culture = intermitants du spectacle français) sur la culture, l'emploi et les marchés publics (TPG=ratp), je ne supporte plus la taqyia saoudienne et l'emprise maghrébine dans cette ville
je me languis de la maturité mentale des êtres vivants en société. Zurich me rappelle ma vie à Berlin, ses individus sachant vivre et communiquer en être civilisés qui ont fait le choix de tenir debout (en avance de 1-2 générations, voire 3 pour la France, sur les thèmes globaux de pollution de la terre par l'homme-parasite), et être heureux, sa richesse culturelle, son avancement dans les arts et dans la politique.

Genève n'est un paradis que pour requins-nés en affaires ou pour latin à l'égo d'individualiste-dépendant type macho ne jouissant qu'avec belle-bonne à soumettre.

Genève est une ville à l'avenir toxique, et ça transpire tellement toxique que ses élus ont choisi de lui donner une image de "djeun" dynamisante... en favorisant l'emploi de tout étranger venu, au prix du licenciement de ses citoyens dépassant les 40 ans.

la vie du zurichois est un juste un peu plus riche, ne serait-ce que de sa mentalité bien plus mature - encore faut-il parler allemand couramment pour en avoir conscience.
Rien de comparable avec le résident bi-ou tri national de Genève dont +45% des naturalisés récents n'a de suisse qu'un papelard, dont le seul lien est leur objectif commun: gagner plus de pognon que chez soi.

Écrit par : divergente | 14/09/2016

Vous la voyez au conseil d'Etat mais avec ce qu'elle a dit là, je sais pas si elle voudrait mais elle s'est grillée elle-même!

Écrit par : xxxxx | 14/09/2016

@ divergente: Là je dois dire que vous m'avez fait rire... je ne vais pas repasser toutes vos affirmations mais je crois que vous avez forcé le trait à casser le crayon, le broyer même :)

Je vous invite à relire les quelques arguments que j'ai donnés ici et là contre Zurich, notamment dans mon billet "Sinistre Zurich".

Et de grâce, que personne ne revienne nous dire que Genève se la jouerait fric alors que Zurich a été au point de faire tomber la Suisse entière avec les jeux de l'UBS, bien zurichoise s'il en est.

Mais cordialement.

Écrit par : Danijol | 14/09/2016

ouèpe. tout cassé, mais non. l'important ici sont les gens, pas des boîtes qui en font de bons gros consommateurs (Nestlé ou Fifa, Sygenta ou Dupont de Nemours, HSBC ou UBS, BIT OMC ou autres blablas).

cordialement itou.

Écrit par : divergente | 14/09/2016

sauf que Celine Amaudruz, si votre scope (larguons "Zurich pire mais Genève géniale") vise Genève dans la Suisse dans sa fédération

est, depuis quelques temps, la seule politicienne capable d'être représentante du canton au niveau fédéral, à savoir et pouvoir faire le pont entre les romands et le reste de la Suisse > dans les 2 sens (sic)

à souhaiter pour le bien de tous que Salerno reste cantonnée à ce qu'elle peut, soit le social ou l'enfance -le financier n'est pas son domaine

et ce dans les limites cantonales, principe de Peter oblige: attention au burn-out, pour nombre d'élus genevois montés en poste par capillarités diverses

quant à la culture et si Kanaan continue à ce rythme, la France devra nous reverser les trop-perçus par ses intermittants du spectacle co-financés par les contribuables genevois.

de là à dire que "Genève règle ou traite, depuis longtemps, à peu près tous les conflits du monde" ... comme vous y allez! quelle euphorie vous a prise ces temps? ok, je ne vais plus venir sur vos blogs

bien cordialement :)



mais moi aussi, cordialement! :)

Écrit par : divergente | 14/09/2016

Oui mais Céline Amaudruz c'est Céline Amaudruz...

Écrit par : pdp | 15/09/2016

"ok, je ne vais plus venir sur vos blogs" Là, vous avez tort. Le chauvinisme genevois est toujours une bonne occasion de se fendre la gueule. On n'y croit pas, mais oui, ils osent.

Écrit par : Géo | 15/09/2016

@ divergente,

A vous lire, on pourrait penser que vous aimeriez que Genève s'alémanise.
Je sais, ce n'est pas du bon français, mais dire "se germanise" serait probablement une exagération !

Je ne connais pas assez Zurich, pour donner mon opinion. De plus, connaissant Genève de l'intérieur depuis bientôt 50 ans, je ne pourrai jamais arriver au même degré de connaissance avec Zurich !
J'en resterai donc à des considérations probablement superficielles.

Sans être la capitale de la Confédération, Zurich est la ville la plus grande, la plus dynamique, le centre névralgique de l'économie, avec une sympathie très forte pour tout ce qui est très moderne, trendy et progressiste. A Zurich, la maîtrise de l'anglais est évidemment absolument indispensable et un Guy Parmelin, tout en étant de l'UDC, n'est pas dans la ligne de l'UDC zurichoise.
Je connais mieux Bâle et des Bâlois et sais, combien Zurich est mal vu par des voisins plus proches. Il y a une grande concurrence et émulation entre les deux villes et nous sommes bien loin de ces comparaisons-là.

Céline Amaudruz sait probablement ce qu'elle fait : elle pose les jalons pour une reconnaissance au niveau national. C'est une bonne stratégie. Elle a de l'avenir.
L'UDC zurichoise est très forte au niveau national.
Dans le milieu bancaire, il faut avoir passé par Zurich, donc elle fait tout juste et elle le fait savoir urbi et orbi.

A ce stade, on ne peut qu'être contente pour elle et on verra dans les urnes, si l'électorat apporte de l'eau à son moulin.
Les citoyens genevois auront le dernier mot, à moins que Céline Amoudruz ne finisse par déménager définitivement.

Écrit par : Calendula | 15/09/2016

@ Géo: chauvinisme, je ne pense pas mais il faut bien une autre ville suisse qui fasse contrepoids à Zurich, Bâle ou Genève étant les seules le pouvant, même si cela vous fera trembler de colère.

À moins que vous ne soyez complètement germanique, vous devriez vous réjouir que la plus grande des 2 soit francophone.


PS: Et qu'est-ce que je me suis "fendu la gueule" moi lorque dans le Sud de l'Espagne, il y a quelques années, j'ai dû batailler pour dire que Zurich était une ville aussi, les gens avec qui je parlais pensant que ce n'était que le nom d'une banque / assurance !!

Écrit par : Danijol | 15/09/2016

@ divergente: Et puisque vous partez, sachez encore qu'hormis tous les conflits qui ont été traités ou réglés à Genève, il s'y discute et décide aussi des 18 des 20 sujets existentiels à la communauté humaine (santé, commerce, télécommunications, et tous lea autres).

Vous pourriez être fière et heureuse de l'un ou l'autre. Moi des deux.

En ce qui me concerne, vous serez toujours la bienvenue, même si je sais que c'est toujours plus sympa quand on est d'accord.

Écrit par : Danijol | 15/09/2016

bon. aujourd'hui est un autre jour. La Genève 2016 est un autre lieu que celle des années 1980 - vivante, à taille humaine, équilibrée multi-générationnelle, où chacun pouvait construire son avenir sans mourir d'angoisse, bref une jolie petite cité typique de la poésie CH, sécure propre & ennuyeuse à mourir en w-e & soirées.

2016: enlevez ce fatras d'org. & missions internationales qui ne servent que leurs membres, et vous aurez la vision de ce qu'est devenu ce lieu: une agglo périurbaine, une banlieue blackblancbeurrée.
Pathétique (ou d'un nombrilisme..) de vouloir faire de Genève une "capitale", quand ce n'est qu'une vessie des fins fonds de la Suisse romande, étranglée dans un trou savoyard. G'nève n'a plus rien de suisse, hormis sur le papier/ à l'instar de la maj de ses résidents. ça, c'est fait.

Là où commence la Suisse réelle. Alors que Lausanne devrait en avoir l'ambition et prétendre être la plaque centrale de Suisse romande car communiquante intercantonale (ce que Genève dans sa prétention nombriliste ne peut et ne sera jamais) et capable (entre autres) de rallier le Valais (pour autant que les valaisans soient intéressés, autre histoire du futur). En attendant, bonne journée aux gneûvois:,)

Écrit par : divergente | 15/09/2016

Juste dire à "divergente" qu'elle m'a fait marrer et qu'elle peut resdescendre sur terre quand elle veut....même si je sais bien qu'on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif, encore mois une ânesse!!!

Écrit par : Farux | 15/09/2016

Ach! Chéo pas gomplèdement chermaniqueu?! Z'est pour rire za, oder?

Écrit par : Hief | 15/09/2016

Totalement d'accord avec divergente. Je vois les choses exactement comme elle !
Et j'ajoute que Genève, c'est aussi une ville où les braves gens n'ont plus droit au sommeil, la racaille estudiantine alcoolique tenant le pavé avec la complicité de Barazzone i tutti quanti...

Écrit par : Géo | 15/09/2016

Mais, ils sont bêtes ou c...vos commentateurs?! Ils ont pas réalisé qu'à Lausanne c'est juste la dèche à l'état pur et que y'a vraiment aucune différence entre les 2 villes côté blacks et tout?! Ils sortent de quels trous?!

Écrit par : PDP | 15/09/2016

Géo le vaudois qui critique bêtement Genève sans connaitre, bof rien de très surprenant à ça.....c'est même culturel non ?

Quant aux genevois râleurs, qu'ils fassent l'expérience d'aller vivre quelques années ailleurs, on reparlera de la qualité de vie genevoise à leur retour....

Ou alors plus simple, demandez à des immigrés (pour autant que vous daignez vous adresser à eux) ce qu'ils pensent de notre ville !

Écrit par : Vincent | 16/09/2016

Est-ce que ces comparaisons on réellement du sens ?
Tout ça est tellement subjectif. On peut être bien partout et il est possible d'être malheureux au paradis.
A quoi ça sert de dire : Genève est plus nul que Lausanne, Lausanne est moins bien que Berne, mais mieux que Bienne ?
Détester Genève peut être une activité fructueuse, car on peut toujours trouver des défauts à une ville, le contraire serait étonnant.

Une de mes filles habite depuis une année tout près de la place de la Riponne à Lausanne et je vis dans une inquiétude diffuse à ce sujet. Elle est totalement à l'aise et pense avoir trouvé comment slalomer de la meilleure des façons dans cet endroit, qui m'inquiète et pour cause.
Ici à Genève, mes enfants sont protégées de ça, parce que Genève est malgré tout assez vaste. Mes filles rentrent en bus à 2h du matin, elles se sentent en sécurité. Moi, j'ai plus peur qu'elles.

Céline A. est à Zurich depuis juillet, si je me souviens bien ! C'est une politicienne ( certes, pas toujours très brillante) et elle a son agenda.
A Genève, nous avons une grosse marge de progression, à plein d'égards, mais si notre cœur est ici, nous pouvons balayer devant notre porte, sans aller le crier sur tous les toits zurichois.

Écrit par : Calendula | 16/09/2016

Forcément, ça ramène inévitablement les oin-oins qui trouvent leur plaisir du jour en critiquant Genève. Mais article à traduire et à envoyer au "Blick" aussi?! Ca leur ferait bien les pieds!

Écrit par : JDJ | 18/09/2016

Et c'est vrai que ZH peut se la jouer niveau sécu, entourée qu'elle est par les inertes Schaffouse, Appenzell, Zug, Schwiz, et les bien tranquilles Thurgovie et Argovie...

Écrit par : JDJ | 18/09/2016

Bel hasard tombant à merveille: "Les villes hélvétiques séduisent, Genève en tête". Ce jour dans...24 Heures. Voici l'article.

http://www.24heures.ch/economie/villes-helvetiques-seduisent-geneve-tete/story/20284045

Écrit par : Danijol | 19/09/2016

quand Calendula affirme: "Détester Genève peut être une activité fructueuse, etc",
elle n'est pas la première famille de migrants à se montrer plus royaliste que le roi.

Calendula peut apprendre, ou se rappeler ce que signifie le mot "righteousness".

Écrit par : divergente | 20/09/2016

Danijol, vous nous montrez les vessies des nuitées Bakbasel qui comptabilisent celles d'hommes d'affaires, et c'est pas des lanternes suisses.

Écrit par : divergente | 20/09/2016

Divergente, si possible, ressaissez-vous tout de même! Vessie est votre mot préféré?

Je ne sais pas ce que c'est, les nuitées "Bakbasel" mais que je sache, il y a partout des nuitées d'affaires.

De plus, Genève a été couronnée "Europe's leading city break destination 2015" par un pannel conséquent. Côtoyant journellement des touristes, je puis vous assurer qu'aucun n'était pas content, au contraire, certains ont laissé de magnifiques messages.

Votre fiel déversé, vous pourriez peut-être passer à autre chose, et sourire. Jaune ou pas, à vous de choisir. Moi je vous laisse.

Écrit par : Danijol | 20/09/2016

Incroyable. Voici que J-N. Cuénod nous apprend que Zurich va tellement raboter la presse romande qu'elle est en danger.

Personnellement, j'y crois. Il serait temps que l'on se braque contre elle. Ou il vous faut quoi ?!

http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2016/09/19/vers-la-fin-de-la-presse-romande-278936.html

Écrit par : Danijol | 20/09/2016

"Une de mes filles habite depuis une année tout près de la place de la Riponne à Lausanne et je vis dans une inquiétude diffuse à ce sujet."



!

Écrit par : Plouf Ploufovitch n'a rien à ajouter | 20/09/2016

Depuis plusieurs années, c'est devenu normal de dénigrer Genève. Les fêtards préfères Lausanne, les amateurs de foot Bâle, les snobs Zurich, les péquenots le Valais... Zurich la grosse ville de la Suisse allemande, qui pense jouer dans la cour des grandes villes européennes. Mais cela n'est que dans la tête des zurichois! Car Zurich n'existe pas internationalement! Certes, c'est une grande place de négoce et la capitale financière/économique de... la Suisse. Nous sommes loin, très loin de l'aura de la Genève internationale! Genève, la mal aimée d'un petit pays. La miss Amaudruz est bien gentille. Elle découvre l'eau tiède à trente piges. Dénigrer pareillement son canton, alors qu'elle devrait en faire la promotion est navrant!

Écrit par : Riro | 22/09/2016

@ Riro: Votre commentaire m'a fait plaisir à lire, merci beaucoup.

Bonne journée à vous, mais aussi aux autres ne partagenant nos vues!

Écrit par : Danijol | 22/09/2016

Les commentaires sont fermés.