31/08/2016

"Ce soir il sort. Regardez derrière vous pendant quelque temps"...

Je me méfie des discussions du café du commerce, et des histoires racontées, l'on a tendance à dire des bêtises, ou à exagérer. Toutefois je reproduis celle-ci, avec colère. Accrochez-vous.

Elle m'a été racontée par un collègue, dont je ne vois aucune raison de penser qu'il pourrait l'avoir exagérée. Certains détails ne seront forcément pas exacts, et je demande par avance une certaine indulgence. Cependant, le fond est là, et je la reproduis fidèlement à ce que j'ai entendu.

Il y a peu, trois amis étaient en train de prendre un verre après le travail, dans un bar avec terrasse dans un quartier au dessus de la gare Cornavin. Soudainement, leur attention est attirée par un bruit venant de la rue. Un homme est en train de manoeuvrer une voiture, et a heurté le scooter garé derrière lui, qui tombe.

Les trois amis se précipitent et voient de suite que tout indique que l'homme en question est en train de voler la voiture. Il l'aura faite démarrer avec les techniques qu'il y a pour cela. Je n'ai pas eu tous les détails, mais l'homme commence à violemment se battre avec les trois autres. Les menaces fusent de sa part, que de toute façon "il va les crever une autre fois", et des choses de cet acabit.

La police débarque, le forcené continue à frapper mais est finalement maîtrisé. Il est mis torse nu, on trouve bien entendu un couteau sur lui. Il est embarqué. Les trois amis qui ont vraiment brisé leur apéro se rendent aussi au poste pour les déclarations. Soirée foutue. Foutue soirée allant aussi.

On leur apprend que l'homme en question, est Algérien. Qu'il ne sera pas coffré plus longtemps que la soirée, et encore moins expulsé, puisque la Suisse n'a pas d'accord avec ce pays. Je manifeste ma surprise, non pas pour la non mise au coffre immédiate pendant au moins 6 mois ou l'absence d'expulsion par la suite, cela fait longtemps que je sais dans quel malheureux pays je vis. Mais par le fait qu'il sorte si tôt, quand même.

Le collègue me confirme que c'est un policier qui le leur a dit. Et qu'il rajouta, "regardez tout de même derrière vous pendant quelque temps". Et voilà.

Genève, Suisse, 2016.

Commentaires

Ce pays me dégoûte depuis un moment, et me tape sur les nerfs même, à dire la vérité. Les foutres dehors même avant qu'ils ne commettent leurs saloperies serait la meilleure des solutions.

Écrit par : pdp | 31/08/2016

C'est révoltant mais valable pour toute la Suisse aussi, du temps que Berne se sorte les pouces du derche et change ce fichu CPP.

Écrit par : JDJ | 01/09/2016

Pour moi c'est vite vu, je ne prends même plus la peine de déposer plainte. Je sais que c'est une pure perte de temps.
Ainsi lors du dernier cambriolage de mon appartement, mon neveu à réussi à attraper un des malfrat, un syrien qui ne causait pas le français.
La police est venue rapidement, a constaté plus ou moins la tentative d'effraction et m'a enjoint à venir au poste de Blandonnet pour enregistrer la plainte. J'ai décliné, et rendu furax mon neveu, candidat malheureux aux forces de l'ordre pour des raisons obscures, et contrarié M. Maudet qui semble convaincu que ça aurait servi à quelque chose.

Écrit par : Pierre Jenni | 01/09/2016

"pendant quelques temps, regardez tout de même derrière vous"
Ce que nous voudrions, évidemment, c'est pouvoir "regarder devant nous", vers un avenir meilleur.
Or nous savons tous qu'il n'y a pas de solution à ce genre de problème, ou du moins qu'elle coûterait trop cher par rapport au bénéfice escompté. De plus cela touche une minorité de gens, comme d'autres inconvénients de la vie.
Or nos sociétés sont incapables de trouver des solutions à des problèmes plus graves: la pauvreté et tout ce qui s'y rattache, comme le chômage, le manque d'éducation et de soins, qui sont d'autres formes de violence. Je ne mentionne même pas la criminalité, petite ou grande, qui se rattachent en partie à ce qui précède.

Écrit par : Mère-Grand | 01/09/2016

Genève est devenu un lieu hors contrôle migratoire depuis 2008
où parasitent en nombre exponentiel, des années sans jamais être dérangés "de chez soi", sans papiers dealers délinquants multirécidivistes, jusqu'à obtenir tous droits sociaux, regroupement familial ou accès à la naturalisation, soutenus des largesses d'une myriade d'assoces, soutenues par une gauche politicarde d'élus-fonctionnaires à vie, que financent les contribuables

Genève est devenue un lieu aux fausses prétentions internationales, où les suisses sont une minorité sans droits sur lieu de travail. Suisse native de cette ville, ses résidents me font savoir que dans mon propre pays je n'y suis qu'une étrangère; mais je ne suis pas binationale. alors tant pis pour ce canton qui a choisi de détruire ses racines et ne sait plus aujourd'hui à quelle culture se vendre.

comme tant d'autres suisses, tant de mes amis & collègues avant moi, je tourne le dos à cette masse informe, dans le dégoût et avec le plus grand mépris.

Écrit par : divergente | 01/09/2016

@ divergente: si vous ne supportez plus non plus l'immigration, c'est la Suisse que vous devez quitter, en tout cas toutes ses villes, même les plus petites. C'est absolument insupportable partout, j'en suis à un point de dégoût...

Écrit par : JDJ | 01/09/2016

Ce qui est grave c'est que l'état faillit a ses devoirs les plus primordiaux:

Assurer le respect du droit et la sécurité de ses citoyens. Et cela quasi délibérément: Comment peut on simplement relâcher dans la rue une crapule qui vit de crime a plein temps et qui est en situation illégale ???

Sa prochaine victime, si elle en a la motivation, devrait porter plainte contre l'état pour une fois allez au bout du sujet.

Et au delà de la petite criminalité, c'est aussi très mauvais pour la cohésion et le respect du système tout entier. Prenez vous une buche de 40Frs pour un parcomètre dépassé de 15 minutes au quai du Seujet... En principe je me dirais que oui je n'avais qu'a faire attention. Mais quand c'est sous les ricanements des dealers qui pratiquent leur commerce illicite en toute impunité a 10 mètres de là (du vécu). Je vous assure que ça pose des questions fondamentales sur votre rapport a la société.

Écrit par : Eastwood | 01/09/2016

@ Eastwood: Le plus fort, c'est que le collègue en question a précisément travaillé dans le coin (Seujet) et qu'il m'a dit que c'était permanent, en effet.

Écrit par : Danijol | 01/09/2016

"...c'est la Suisse que vous devez quitter.."

Ah bon? Et pour aller où? En Mexique? C'est plein de mexicains, aux States? On a éliminé les natifs mais par contre il y a plein de noirs et de mexicains! En Israël? C'est non seulement plein des juifs sinon aussi des palestiniens! Au Canada? C'est comme ici, sans compter qu'il y a encore ces foutus des inuits et de beaux restes de natifs, pilleurs de caravanes. En Australie même chose. Alors où ?
En Indonésie, plein de indonésiens ... usw.

Écrit par : Kasperle | 01/09/2016

Kasperle, vous aurez compris que c'était pour donner mon sentiment de désarroi voire révolte.

Écrit par : JDJ | 01/09/2016

JDJ, profite de ta "révolte" pour te révolter dans l'action alors. Hein?

Écrit par : Kasperle | 02/09/2016

Si on ne peut pas les renvoyer, qu'est-ce qui empêche de les enfermer? Il y a clairement discrimination, certains délinquants se font coffrer, d'autres non. Certaines infractions (stationnement) sont sanctionnées, d'autres pas.

Il doit y avoir de la place dans des prisons Suisse allemandes, ça ferait le plus grand bien à ce genre d'énergumènes. Sinon, activer une procédure pour discrimination, mais auprès de quelle instance?

Écrit par : Arnica | 02/09/2016

Kasperle, oh que oui, si tu savais... Temps et argent.

Écrit par : JDJ | 02/09/2016

JDJ, Kasperle, ai déjà du m'expatrier: équivaut à vivre à court terme (CH en UE soumis à permis de séjour & quotas, normal hors UE). Aujourd'hui comme hier, question de mentalité, je refuse de m'imposer en pays dont ce n'est pas ma culture (tjrs ce foutu respect du suisse, des mentalités & du droit des pays hôtes). Ai déjà vécu/bossé dans ces pays, dont je n'ignore pas les évolutions.

l'immigration est 1 mouvement humain perpétuel, mais si poursuivie dans le non-respect des règles du pays hôte, c'est une invasion; cette immigration économique, de masse par la faveur de clientélismes, copinages & détournements de nos faiblesses administratives, est une arme de domination (cf à Genève, les français & leurs nord-africains). L'immigration de masse de cultures aux croyances politico-religieuses exclusives, une arme de destruction à long-terme. Le souci est que la Suisse et très tôt Genève, ont permis le non-contrôle de ces flux se cristalliser depuis les années 1990, par profit et compromission (Longchamp, MCR, & Cie), infiltrés jusque dans nos institutions (dont les petits cadres & RH étrangers couvrent les dysfonctionnements, les organisent, en tirent profit), d'éléments issus de la migration aux intentions destructrices (communautaristes) pour notre système démocratique, jusqu'au point de non retour, atteint dans ce canton.

à l'opposé de l'application des votations contre l'immigration de masse, comme vous le savez; après s'être couchée face aux dirigeants UE en 2004-2008, Berne, aujourd'hui plus incapable que jamais de contrer les pressions migratoires, impose aux cantons 1 nombre de migrants d'Afrique et de l'est aux cultures opposées à nos traditions judéo-chrétiennes, non intégrable: MBG a annoncé que la Suisse (cad ses citoyens cantonaux) doit accueillir 40'000+46'000 migrants en 2 ans,
quand l'UE demande à ses 25 pays membres l'accueil au total et sur 2 ans, de 160'000 réfugiés (économiques, peu de politiques), dispersables à tous vents dans un Schengen incontrôlable

Migrations de masse de populations majoritairement incultes &/ou incapables d'indépendance économique, de cultures majoritairement africaines non solubles en Europe, dont le flux ne va que s'amplifier, exponentiellement pour chaque migrant "accueilli" (via la Lybie actuellement)

Les cantons suisses d'1 petit pays de moins de 9 millions d'habitants dont +35% d'étrangers, ne peuvent plus intégrer & financer à vie et selon nos standards, les besoins de milliers de migrants aux cultures exogènes.
Aucun des petits pays de démocratie avancée n'a pu résister à son délitement, après avoir appliqué une politique d'accueil migratoire ultra-généreuse depuis 2008 (voir leur évolution en nord-Europe).

La réalité est en face de nous. la fin de la Suisse dans sa culture, telle que nos ancêtres l'ont constituée, telle que nous l'avons voulue, a sonné. Seuls les résidents récemment arrivés à Genève l'ignorent, et préfèrent l'ignorer aux côtés des parasites bénéficiaires de la situation.

cf la situation politique et socio-économique des cantons frontaliers dominée par la pression migratoire d'1 côté et par l'emprise musulmane (attention à qui se cache derrière toutes associations!) dans l'ensemble, à Fribourg, Bâle, Zurich, les cantons de l'Est ou le Tessin.
cf le blog de Mireille Valette, blog où l'accès de mon pseudo reste bloqué (contre nos volontés)

nb. merci pour le conseil donné à 1 CH de fuir la Suisse / vous devriez plutôt le proposer à un binational, non? :-(
merci mais pour ma part, ai toujours préféré regarder la réalité en face (quoi qu'il m'en coûte) et garder la tête haute (au-dessus des flous mensongers de nos politicards) - ma parole de vieux CH ne vaut que ce que j'en ai fait ma vie durant: à Gve, plusieurs licenciements immédiats à sec pour refus d'exécuter des ordres délictueux de cadres étrangers, élever 1 enfant 100% solo & lui acheter 1 toit.

Écrit par : divergente | 02/09/2016

Arnica, le hic est qu'aucun état en Europe n'est en mesure de les renvoyer, par ailleurs les politiques de renvoi de divers pays UE, coûte extrêmement cher aux contribuables, pour zéro efficacité (ex de la France avec les roms), le retour des NEM en UE est incontrôlable. En Allemagne, les administrations ont constaté que des milliers de leurs migrants accueillis ont disparu dans "la nature" européenne. Idem à Zurich. Par ailleurs extrêmement soucieuse des droits de l'hommiste des gauchos aïoli du parlement UE, la Suisse effectue très peu de renvois (avec du pognon dans la fouille des migrants non acceptés),
et ne peut renvoyer les criminels par ex en Algérie, car ce pays les refuse. Ce n'est pas le seul.

question au passage: quel est ce degré de pauvreté auquel prétend le migrant économico (-politique pour faire bonne mesure, bien que non contrôlable)
pour exiger son statut de réfugié économique, s'il prétend avoir payé des 10'000CHF pour son passage en Europe?!.

Bref - les migrants arrivés sur sol européen décident si besoin à l'encontre des droits qui leurs sont accordés, en toute impunité, profitent de nos lois humanitaires extra-larges, du pays mieux-donnant, puis vont où ils veulent, y faire ce qu'ils veulent (cf l'application des lois à Genève).

Écrit par : divergente | 02/09/2016

JDJ, j'étais ironique. Je comprends ton désarroi, cependant quand l'argent de partout (argent volée des autres pays entre autres) affluait en Suisse, personne (à part quelques "gauchistes") trouvait de quoi se révolter. Or c'est la "richesse" de la Suisse qui attire tous ces gens, n'est pas ? De toutes façons on n'est que de passage dans ce bas monde et cela est valable et pour les indigènes comme pour les "clandestins".

Écrit par : Kasperle | 02/09/2016

Kasperle: bon je ne suis pas un résigné, ce n'est pas parce que je suis de passage quelque part temporairement (où que ce soit), que je vais accepter tout et n'importe quoi.

Quant à la "richesse" qui les attirerait, ouais mais pour eux elle est manifestement du même intérêt, semble-t-il aussi, pour les pays qui n'auraient pas "volé" les autres.

Sur ce salut l'ami.

Écrit par : JDJ | 02/09/2016

"Kasperle: bon je ne suis pas un résigné"

Heureux de le savoir et donc acte..

"ce n'est pas parce que je suis de passage quelque part temporairement (où que ce soit), que je vais accepter tout et n'importe quoi."

Tout à fait d'accord. Reste qu'il faut avoir le pouvoir pour ce faire car je suppose que vous êtes d'accord qu'écrire ses plaintes sur les blogs de la TDG est très insuffisant.

"Quant à la "richesse" qui les attirerait, ouais mais pour eux elle est manifestement du même intérêt, semble-t-il aussi, pour les pays qui n'auraient pas "volé" les autres."

Mais cela est évident. Le secret bancaire n'était autre chose que cela.

Écrit par : Kasperle | 02/09/2016

le vote de la honte! Nationalrat Abstimmung: "so soll die Massenwanderungsinitiative umegesetzt werden!" (blick.ch)

nos élus au gouvernail de la Suisse se soumettent au dictat des Junker-Goldman Sachs de l'UE

Sept. 2, 2016 Vote du National sur le projet de loi d'application de la votation contre l'immigration de masse: pas de contingents, pas de quotas, et les quelques "mesures de soutien" (les mêmes que celles, jamais appliquées, attachées aux bilatérales 2004), seraient -tenez-vous bien- soumises à l'accord de l'UE!

Vote de lâches, en déni de la démocratie directe, déni du souverain par les membres du Conseil National (ils ont été élus par qui? retenez leurs noms!)

enfoncés dans l'évitement de leur obligation d'application de l'initiative de février 2014, nos élus font fi du contre-pouvoir prévu par la constitution helvétique (le droit du souverain), signent la mort du droit d'initiative populaire


de 2000 à 2014, plus d'1 million d'étrangers installés en Suisse


Je parie sur la signature EN MASSE d'initiatives pour renégocier les accords bilatéraux, les accords Schengen, la libre circulation des personnes

à suivre!

Écrit par : divergente | 03/09/2016

@ divergente: j'ai aussi été dégoûté par ce vote de Commission hier. Si vous voulez poursuivre sur ce sujet (ou renvoyer votre message), faisons-le sous mon billet "Prochain but, shooter...les Bilatérales".

Écrit par : Danijol | 03/09/2016

Danijol, fait!
à mon sens, ce vote éhonté du national ne devrait pas rester sans conséquences, pour ses votants qui ont failli dans leurs obligations.

Écrit par : divergente | 03/09/2016

pour info aux "indigènes!" genevois:
- le Nationalrat est le Conseil National, un collège d'élus par vos soins, qui vous représentent, dont la fonction est de voter EN RESPECT DE NOTRE CONSTITUTION
a) sur textes de loi proposées par le Conseil Fédéral,
b) ainsi que proposer les textes d'application des initiatives que vous avez voté,

sachant que selon notre Constitution, le b) représente le souverain, est un contre-pouvoir, est ce qui défini la démocratie directe suisse

sachant que le mot "indigène" est une nouvelle définition adoptée par ces ripous que sont ces élus par opportunisme,
terme qui vient se substituer aux "nationaux", histoire de ne pas "privilégier" les citoyens suisses!

gaffe à ce nouveau terme d'"indigènes" destiné à englober tous résidents locaux utilisé dans ce vote donnant tous pouvoirs à l'UE sur le peuple suisse

- ça va finir par donner accès à tous droits à n'importe quel quidam prouvant qu'il paye 1 loyer en territoire suisse!

quand bien même "les idiots, faut pas les renseigner - ça leur donne des idées!" disait un guignolard sympa


a bon entendeur

Écrit par : divergente | 03/09/2016

Comme vous y allez, Danijol !
Le seul accord qui nous pose problème est celui de la libre circulation des personnes. La CE n'a jamais agité le spectre de la clause guillotine pour la simple et excellente raison que l'EU a autant si ce n'est plus d'avantages avec la plupart de ces traités.
Seule une certaine classe politique suisse tente d'effrayer le souverain avec cette menace.

Écrit par : Pierre Jenni | 03/09/2016

@ P. Jenni: Je suppose que votre post concerne mon billet des Bilatérales...?

Écrit par : Danijol | 03/09/2016

Oui, je n'ai pas résisté à anticiper sur la base de votre commentaire à ce sujet. "Prochain but, shooter...les Bilatérales".

Écrit par : Pierre Jenni | 03/09/2016

P. Jenni, quand vous affirmez: "Le seul accord qui nous pose problème est celui de la libre circulation des personnes",

le flou de chacune de vos affirmations n'est plus de la naïveté.
=>Rappel: la libre circulation des personnes est imposée dans les 2 accords!!

Pour mémoire:
Schengen/CH: libre circulation des personnes - pas des marchandises (2008)
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-suisse-et-l-espace-schengen-oui-49475

Bilatérales UE/CH: libre circulation des personnes (1999>2002)
https://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19994648/index.html

bon dimanche! :-)

Écrit par : divergente | 04/09/2016

Chers commentateurs...ce billet est sur ce voyou Algérien et j'en ai un autre sur les Bilatérales, ce serait tellement mieux de lier vos messages aux billets :)

Toutefois vos contributions sont hautement appréciées, et merci.

Écrit par : Danijol | 04/09/2016

Teodorin Obiang a tellement de voitures de luxe qu’il choisit son véhicule en fonction de la couleur de ses vêtements. «Je porte des chaussures bleues, alors sors ma Rolls bleue», aurait-il lancé un jour à son chauffeur à Malibu. Le fils du président de Guinée Équatoriale possède de l’immobilier aux Etats-Unis évalué à quelque 100 millions de dollars, au Brésil pour près de 120 millions de dollars et un hôtel particulier à Paris pour quelque 30 millions d’euros, sans compter le coût des rénovations pour en faire un triplex avec discothèque et sauna.

Cette fortune, issue de commissions versées par des compagnies pétrolières et de taxes gouvernementales sur les exportations, passe en partie par la Suisse puisque l’immeuble parisien de Teodorin Obiang appartient à cinq sociétés suisses. Et pourtant, alors que la France s’apprête à juger Teodorin Obiang, que les Etats-Unis ont déjà ouvert plusieurs enquêtes, le Ministère public de la Confédération n’a pas ouvert de procédure et refuse de s’en expliquer.

Les administrateurs suisses savaient
«Il y a tout ce qu’il faut comme éléments dans le dossier pour déclencher une enquête, mais ce n’est pas la première fois que les autorités judiciaires suisses font preuve d’une certaine passivité», estime William Bourdon, avocat de Transparency International, l’association qui a porté plainte contre Teodorin Obiang en France et déclenché l’enquête qui vient d’être bouclée à Paris en mai dernier. Seul le Ministère public genevois se demande encore s’il y a matière à procédure. Il a ouvert une enquête préliminaire mais ne communique pas à ce sujet.

L’enquête du «Temps» montre comment, en Suisse, on accepte l’argent d’un dirigeant d’un pays réputé extrêmement corrompu où le président vient d’être réélu avec un score soviétique et où son fils Teodorin, déjà nommé vice-président de la République, est promis à sa succession. Les administrateurs suisses savaient qu’ils travaillaient pour Teodorin Obiang et que son argent venait directement de comptes en Guinée Équatoriale.

L'article complet: https://www.letemps.ch/suisse/2016/09/05/suisses-ont-gere-largent-mal-acquis-clan-obiang

Écrit par : Kasperle | 05/09/2016

@ Kasperle: Merci mais je m'en fiche un peu. Je suis plus révolté par l'état de ce pays, les criminels qu'il y a partout (ces jours : une bagarre aux couteaux sur la Plaine de Plainpalais, un entrepreneur vaudois attaqué et brûlé, une trentaine de voitures vandalisées en Valais, idem au Tessin, et j'en passe).

Écrit par : Danijol | 05/09/2016

"Kasperle: Merci mais je m'en fiche un peu."

Pas besoin de le dire. L'"Algérien" aussi il s'en fiche pas mal de ce vous pensez.. Finalement vous n'êtes pas si différents que cela. Hein ?

Écrit par : Kasperle | 05/09/2016

Certainement qu'il s'en fiche, l'Algérien en question. Mais j'écris et espère contribuer à qu'un jour il soit expulsé au loin. Dussiez-vous perdre un ami.

Écrit par : Danijol | 05/09/2016

"Dussiez-vous perdre un ami."

Pas besoin de fausser ce qui est dit.. Moi je me borne à montrer qu'ainsi va la vie réellement et que des écrits ne vont pas changer ces déroulements. Comme déjà dit à JDJ, il faut du pouvoir pour faire cela. Si vous voulez expulser ce type, il faut que vous puissiez le faire. Pouvoir donc.

Écrit par : Kasperle | 06/09/2016

Les commentaires sont fermés.