17/07/2016

Accordez-vous aussi un instant de paradis...

Ces jours, l'on aurait plus envie de transformer sa plume en épée. J'ai voulu, ce n'est que partie remise. Mais là, j'ai envie de partager un instant de paradis. Il pourrait vous faire du bien, aussi...

Samedi après-midi finissant, Rues basses de Genève, 17 heures. Un soleil radieux, le ciel bleu, et une bise puissante qui vous offre de l'air à profusion. Qui nous a aussi privés, la coquine, du Jet d'eau, mais c'est normal. Enfant, où j'habitais, nous recevions parfois des gouttes d'eau sur les fenêtres en cas de gros temps, avant qu'ils ne l'arrêtent. Je ne me lasse pas de l'aimer pour cela.

C'est noir de monde, extraordinairement bigarré. Quelques orchestres ou musiciens jouent, ici et là. Le monsieur du chat aussi, pour qui connaît assez cette ville pour savoir de qui je veux parler. L'autre jour, il a eu ma pièce, ça faisait longtemps. L'ambiance est bonne, j'ai déjà atteint le plaisir.

La place du Molard est remplie, toutes les terrasses pleines. J'arrive vers les quais. Un banc de cygnes bien fiers joue aux plus réactifs pour ceux qui, du rivage, leur jetent du pain proche du débarcadère des Mouettes. L'une d'entre elles arrivant justement, les faisant se déplacer. Et les gens, parmi lesquels beaucoup de touristes, de sortir et se mêler à ceux à quai, avec des sourires.

Je longe le quai, du monde partout. Le glacier du bout, sans plus une table libre. Des gamins qui jouent. J'arrive au pont des Bergues, là où des sages ont mis de belles floralies, même si je ne peux m'éviter de penser aux loupés qui sont passés par là les saccager, l'autre nuit. Les vélos-taxis silencieux passent et repassent avec des touristes hagards. Je m'approche du bonheur.

J'arrive à l'Île Rousseau, où l'autre promeneur solitaire que je suis se rend à chaque occasion, passe devant les nombreuses personnes assises sur les sièges ou murets, discutant, contemplant, et pour les plus chanceuses d'entre elles, s'embrassant passionnément. J'y rêve aussi un moment, et repars.

Deux musiciens viennent de s'installer au milieu du pont, juste en face de l'île. Ils jouent des airs de jazz agréable et doux. Je m'appuie sur la barrière, en face de l'eau, belle et propre, au contraire de celles que l'on voit dans nombre de villes que l'on glorifie souvent. Le soleil réverbère dessus, c'est magnifique. L'odeur des fleurs blanches qui garnissent le pont parvient à mes narines. J'écoute les musiciens, puis leur donne ma pièce, joyeux. Nous échangeons un sourire. Je pars, presque triste.

Mais je me suis approché du paradis. Merci Genève.

Commentaires

Et vous avez oublié, sans aucune corrida à l'horizon :)))

Écrit par : AdM | 17/07/2016

Je montre cette ville à beaucoup de gens et en effet, tout ce périmètre émerveille. Mais il y en a d'autres aussi.

Ah! C'est justement par là-bas, sur l'île Rousseau, qu'un ami romain m'a demandé pourquoi j'avais eu la mauvaise idée de quitter Genève durant un temps... :)

Écrit par : JDJ | 17/07/2016

Vous êtes entre le sinistre blog HRF et celui du Général Jordan qui parle de Nice et de la Turquie, et tous les commentaires parlent de ça, ils sont tous en ébullition. Je vous avoue avoir lu le vôtre 2 fois tant il m'a aérée, je ne peux rien dire d'autre que merci.

Écrit par : Couco | 17/07/2016

J'avais demandé s'il fallait pas ressortir les fouets, dans les commentaires TDG, contre les voyous qui avaient cassé ces arrangements floraux. Commentaire censuré, comme il se devait. Et ici ?

Écrit par : RLB | 17/07/2016

On partage cet instant de paradis entre tous... inutile de préciser que je ne suis pas une sinistre carabosse mais aux premières lignes de cet article qui mérite d'être appelé page se profile un mauvais coup style Nice.

Je suis absolument persuadée que tout n'est pas perdu et pense aux enfants musulmans de familles rigides imposant la lecture du coran (je dis bien familles "rigides"!) avec obligation de ne rien interpréter par eux-mêmes, seul, l'imam (mais en fait, à environ cinquante ans près raideur pas si étrangère à l'enseignement de notre christianisme...!
Un peu comme si on imposait à un enfant ce qu'il faut former au moyen de terre à modeler au lieu de lui laisser donner libre cours à son intelligence créatrice, à son imagination... à son plaisir, également avec le droit d'être passionné par sa lecture, embêté comme pas possible, sceptique endormi à la longue à force d'avoir baillé à des mouettes pas forcément... celles de Genève au Débarcadère...

A propos de transformer sa plume en épée un jour je vis comme le Christ descendre de sa croix et de cette croix faire une épée... une plume...

Comme quoi les idées ou pensées se croisent sans que les personne forcément aient eu le privilège de se rencontrer.

Bel été à tous.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/07/2016

Bravo et merci pour ce bel hommage à Genève dont (désolé) je ne vous pensais pas capable tant il me semblait que vous étiez parfois aigri par la réalité de notre monde et donc de notre magnifique ville.
D'ailleurs, tout en vous lisant, je me demandais à quel moment ça allait mal finir avec la dénonciation de personnes malvenues.

Mais non c'est sympa jusqu'au bout et comme, tout comme vous, j'ai également quitté Genève quelque année, je comprends très bien cette impression d'être privilégiée de pouvoir vivre ici....

Bonne journée et bon week-end.

Écrit par : Vincent | 22/07/2016

@ Vincent: En effet, ce jour-là et à cet endroit-là tout s'est magnifiquement présenté. De plus j'avais besoin d'un moment de paix dans ce monde de tarés, et il s'est trouvé que ma ville me l'a offert.

Mais il est vrai, aussi, que je vois d'autres choses, à d'autres endroits et à d'autres moments, bien moins heureuses, qui sont déjà sorties sur d'autres billets et qui risquent bien de continuer à sortir.

Mais ne cassons pas l'ambiance sous ce billet. Merci à vous, et de même.

Écrit par : Danijol | 22/07/2016

@Coucou,
Pourquoi dites vous le sinistre blog de HRF? A ma connaissance saufa vis contraire de votre part, ce n est pas ce blog qui a envoyé l horrible assassin faire cette tuerie à Nice(et non pas un attentat, nuance). Quand un blog vous énerve, n irez pas mais zappez à gogo et ne crachez pas dans la soupe. Heureusement mille fois qu il y a, entre autres, le précieux blog de @HRF comme par ailleurs celui de notre hôte @Danijol et Merci à eux.
Sans autre.
Charles 05.

Écrit par : Charles 05 | 22/07/2016

En parcourant vos quelques lignes, je me suis retrouvée dans le Genève de mon adolescence! Magique!

La nature nous donne ce dont les hommes nous privent!

Il faut choisir c'est le seul luxe qu'il nous reste!

Écrit par : Corélande | 22/07/2016

A Charles: HRF ne fait que répéter toutes les infos et leur côté les + sanglants voilà tout, et regarder ajd encore.

Écrit par : Couco | 26/07/2016

@Coucou,
Donc, vous êtes revenu sur ce "sinistre " blog. Ne dit on pas que le criminel revient tjrs sur les lieux de ses crimes...Mais je plaisante, vos crimes sont des châteaux en papiers mâchés. tqt.

Écrit par : Charles 05 | 26/07/2016

Les commentaires sont fermés.