15/01/2016

Nous on t'aime, Matteo.

Mon petit Matteo, tu m'as bouleversé. Tu n'es plus de ce monde, tu as décidé de le quitter. Du haut de tes 13 ans. Comme un grand, déjà. La méchanceté humaine.

Je t'ai connu ce soir, lors de l'émission Temps Présent, sur les enfants victimes d'harcèlement scolaire. Les souffre-douleurs. Pour moi, tu es du côté des grands, des bons. Face aux petits, aux mauvais. Les connards, comme tu les as si justement nommés dans ta petite chanson.

Tu as décidé de partir parce qu'ils t'ont empoisonné la vie. Parce que tu es roux. Même pas autre chose, ils n'ont trouvé. Les misérables. Comme tu es beau, pourtant ! Mais j'ai un inestimable respect pour ton geste. À l'oreille, je te susurre même que je te comprends. Je sais à quel point c'est dur.

Moi quand j'avais ton âge, c'était parce que j'avais des lunettes, que j'étais un crapaud. Parce que j'étais un peu trop gros, que j'étais un lard. Je les cumulais, tu vois. Certains ne s'en sont toutefois pas sortis indemnes non plus. Et je sais que toi aussi, tu t'es fâché, j'espère que tu as gagné.

Tu vois, les hasards des moments durs me font apprendre que l'idole de ma jeunesse avait été rejeté par sa mère. Et qu'un écrivain actuel a été tellement convaincu par la sienne qu'il était laid, qu'il en a fait un livre. Rien de tout cela pour toi, heureusement, mais pour te dire qu'il n'y a pas que les garçons, les hommes, qui peuvent être méchants. Les filles, les femmes, aussi. Même des mamans.

Oui, l'humain est méchant. Le loup est assurément plus gentil avec lui que ne le sont ses semblables. Mais cela, tu t'en es rendu compte bien trop vite. Moi aussi, d'ailleurs. Et peut-être n'ai-je pas non plus toujours été gentil. En tout cas garçon, si tu croises Rousseau (tu sais, cet écrivain qui osa dire que l'homme naissait bon), demande-lui des comptes. Si tu n'oses pas, je m'en chargerai moi, sois sûr.

Laisse-moi te dire que je ne t'oublierai jamais. Que je te dédie ces quelques lignes à ces heures bien avancées de la nuit, la tête m'abandonnant, à toi et à tous les autres qui sont partis pour cela. Laisse-moi te dire que tous les hommes ne sont pas des connards.

S'il te plait Matteo, crois-moi.

 

http://www.rts.ch/play/tv/temps-present/video/harcelement-a-lecole-la-mort-dun-petit-garon?id=7415426

Commentaires

Ca fiche les boules. Et moi c'était parce que je n'avais plus de père.

Écrit par : --- | 15/01/2016

Je vois avec émotion que la vidéo sur Matteo est la 2ème la plus vue sur le site de la RTS. C'est le plus bel hommage qui soit.

Écrit par : Danijol | 17/01/2016

Les commentaires sont fermés.