07/01/2016

Fermons l'autoroute Genève-Lausanne !

Ils sont sortis du bois, c'était inévitable. Les bois leur seyant particulièrement bien, d'ailleurs. Ils rugissent d'arguments fallacieux. Ils vrombissent, sont passés du 0 à 100 en quelques secondes...

Ils, ce sont les opposants au tunnel du Gothard. Le routier, s'entend. Pour le ferroviaire, ça ne leur a pas posé de problèmes. Rien n'était même trop beau, il va coûter la folle somme de 10 milliards de francs. Juste envie de dire ici, pour quelques secondes d'apaisement personnel, que si j'avais été aux commandes, jamais l'on aurait commis une folie pareille, marchandage européen pour les camions et désidératas de Zurich compris. Pour le coût, bien sûr, et pour le fait que prendre un risque d'incendie dans un tunnel de 60 km est juste irresponsable.

Voilà donc que les opposants nous disent qu'il ne faudrait surtout pas construire le deuxième tube. Parce que le Gothard, voyez-vous, ce serait une petite route de province. Parce que cet argent manquerait pour les infrastructures romandes. Parce que trois ans de fermeture, ça ne devrait pas poser plus de problèmes que ça. Et attachons notre ceinture pour le pompon : parce qu'il serait dangereux! Je ne sais pas vous, mais moi, je bondis! Et je vais les déconstruire, leurs arguments.

Pour la route de province, vous repasserez. Il y a là une partie du trafic Nord-Sud. La jonction directe entre la Suisse-italienne et le reste du pays. Mais la mauvaise foi ne s'arrête pas là. Des écologistes s'inquiétant des bouchons sur les autoroutes urbaines! Pour peu, ils nous diraient qu'ils faudrait les élargir. Et des Romands osant venir dire que ce projet viendrait leur piquer l'argent pour leurs projets. Ce qui n'est pas vrai. Mais le summum, c'est qu'il serait dangereux! Les collisions frontales courantes dans le tunnel actuel, parfois mortifères comme en 2001, ne sont nullement dangereuses, sans doute.

Ce n'est pas la première fois que je prends parti dans ces colonnes et dans ma vie pour le Tessin, je ne lui faillirai pas non plus maintenant. J'ai même une proposition : fermons donc l'autoroute Genève-Lausanne jusqu'au dimanche du vote. Et pour faire bien les choses, celle entre Zurich et Bâle, et Zurich et Berne. Pour que l'on se rende compte. Qu'ils se rendent compte, ces égoïstes. Juste quelques semaines, cela devrait suffire pour réaliser.

Les trois ans, ce serait pour les Tessinois.

Commentaires

Il y a un truc qui me choque. Sur cette plateforme TdG, on a pu lire les idées de M.Rodolphe Weibel : réaménager le tunnel ferroviaire actuel en route, puisque ce tunnel n'aura plus de raison d'être. Cet ingénieur à la retraite évalue son projet à 1.4 milliard CHF au lieu des trois prévus pour le second tube routier.
Mais personne ne parle de ça nulle part. Trop bonne idée ?

Écrit par : Géo | 08/01/2016

@ Géo: Toutes les idées méritent d'être pensées, j'ai été repêcher l'article. Je ne suis pas ingénieur, mais je ne suis pas convaincu. Pour ces raisons, et sans analyse plus poussée :

- Le tunnel ferroviaire d'origine de 15km. continuera à desservir les villages amonts et avals, tandis que les massifs 57km du nouveau tunnel seront un bunker montagnard sans aucune sortie. Le contre-exemple en est justement le tunnel du Lötschberg qui n'a pas cessé d'exister depuis l'ouverture du grand tunnel

- Je ne sais si vous et lui l'avez emprunté. Moi-même, la première fois vers mes 15 ans alors que je parcourais passionnément et solitairement la Suisse. Ses entrées sont toutes proches de Göschenen et Airolo. Amener le flot de voitures et de camions là-bas ne me semble pas particulièrement pertinent! (ni construire des tunnels d'accès de 2 km de chaque côté)

- Il me semble enfin particulièrement pertinent de garder un tunnel "de secours". Car imaginons le pire des cas, un éboulement ou un incendie à l'intérieur du nouveau tunnel (comme dans le tunnel du Simplon, par exemple), ce serait cette fois le trafic ferroviaire qui serait bloqué, et cela me gêne autant que le blocage du routier

Et soyons un peu cyniques pour la sécurité, puisqu'il en parle; si pendant plus d'un siècle l'on a laissé circuler des centaines de trains par jour à 140kh dedans, croisant des marchandises et des camions chargés sur des wagons, on peut raisonnablement accepter un train voyageur par heure et par sens par la suite...

Il va de soi que si M. Weibel souhaite répliquer, c'est volontiers.

Écrit par : Danijol | 08/01/2016

Je me joins à Géo pour dénoncer ce silence assourdissant.
http://mobilite.blog.tdg.ch/archive/2015/08/04/au-gothard-synthese-purement-technique-libre-de-toute-consid-269155.html

Écrit par : PIerre Jenni | 08/01/2016

Danijol@ Un des bons arguments des opposants au 2ème tube routier : le tunnel de base, qui a coûté je ne sais plus combien de milliards, n'est pas encore ouvert que les pro-routes veulent un nouveau tunnel. Alors que si les camions passent par le ferroutage, son utilité serait beaucoup moins grande...

Écrit par : Géo | 08/01/2016

@ Géo: Je leur rétorque que le trafic poids lourds peut être géré, limité, voire interdit dans l'ancien tunnel.

PS: Comme indiqué dans mon blog, 10 milliards pour le tunnel en construction (on évite de s'étrangler hein...)

Écrit par : Danijol | 08/01/2016

Monsieur Danijol,

vous trouvez à cette adresse un dossier que je crois très complet.
https://sites.google.com/site/gothardscheiteltunnel/

Votre note de Blog concerne les milieux écologistes et les tenants des transports publics, généralement proches des tenants de services publics aux mains de l'Etat, qui ont fait un grand battage l'autre jour contre le projet présenté par le Conseil fédéral.

Je milite également contre le projet du Conseil fédéral, mais pour de tout autres raisons. Jusqu'au 28 février, je navigue donc de conserve avec eux, respectueusement, mais sans qu'on s'embrasse. Msis fondamentalement, et ces gens le savent, parce que je le leur ai dit, ma solution a pour objectif d'avoir un second tube autoroutier au Gothard.

La raison principale pour laquelle je suis opposé à la solution du Conseil fédéral, c'est qu'elle coûterait 2,8 milliards, alors que la mienne en coûtera 1,4.

C'est vrai que mon projet utilise le tunnel historique. Mais je laisse les rampes nord et sud au chemin de fer: je pense plutôt au tourisme qu'au trafic local. Il ne faut pas oublier qu'à côté de la ligne de montagne, il y a autoroute et route cantonale, que des bus utilisent aujourd'hui déjà pour desservir les villages. Et l'essentiel du trafic local se fait tout de même dans le même canton: entre Airolo et Bellinzona au Tessin, entre Göschenen et Altdorf dand le canton d'Uri, donc sans passer par le tunnel. Et bien entendu, l'autoroute dispose de jonctions de part et d'autre du tunnel.

Vous verrez aux pages 34 à 44 de mon dossier que les raccordements de l'autoroute à la ligne de chemin de fer sont extêmement simples, et ne provoquent aucun bouleversement. A Göschenen, le portail de tunnel que j'utilise est celui qui a été réservé en 1980 pour le second tube autoroutier. A Airolo, le raccordement se fait en un tronçon d'une centaine de mètres.

La ligne de montagne, pour servir de ligne de secours en cas de pépin dans le tunnel de base. Jusqu'ici en tous cas, la ligne de faîte, qui a subi d'innombrables pépins, parce que très exposée, n'avait pas de lignes de secours. Et si les CFF voulaient la garder comme ligne de secours, ils devraient l'entretenir en bon état; or ils dépensent actuellement 50 millions par année pour ça, indépendemment de tout trafic. "Substanzerhaltungskosten" ils appellent ça: Coûts du maintien de la substance.

La sécurité: je fais simplement cette réflexion. Parmi les raisons qui ont été avancées pour décider du tunnel de base, la non-conformité de la ligne de montagne a été mentionnée. Maintenant qu'existe un tunnel tout neuf, conforme aux normes de sécurité les plus modernes, les plus suisses, les plus exigentes, est-il encore responsable de prendre un quelconque risque en exploitant la ligne de montagne? Si un accident s'y produisait, je pense que les tribunaux poseraient des questions embarrassantes. Mais je ne suis pas juriste.

Écrit par : weibel | 08/01/2016

Merci beaucoup M. Weibel, c'est intéressant, je vais y regarder de plus près aussi. Toutefois, comme vous l'aurez compris, ma position est pro deuxième tube à construire.

Très rapidement, l'argument de l'entretien tient, mais comme je le disais dans mon premier commentaire, le Lötschberg vit la même situation. Il n'y a plus qu'un train par heure dans chaque sens (Kandersteg-Goppenstein), comme sur de nombreuses lignes de ce pays, sans que cela ne soit manifestement un gouffre.

Enfin, je doute que les tribunaux disent un jour que tout incident ou accident dans une infrastructure qui date serait punissable pour ce simple fait. Sinon les assurances auraient tôt fait d'arrêter de rembourser les blessés dans leur voitures non-équipées des tout derniers airbags...enfin, me semble-t-il.

Bien à vous et merci encore pour votre message.

Écrit par : Danijol | 08/01/2016

Cher Monsieur, vous posez une question intéressante pour ce qui est de la sécurité.

Ce qui m'a incité à mon commentaire, ce n'est pas la vétusté. Pour le moment, le tunnel historique fonctionne, dans son état, que les normes de sécurité actuelles interdiraient de construire aujourd'hui à l'identique. Mais il est indispensable à la société, parce qu'il n'y a pas d'autre solution pour remplir sa fonction:les trains doivent passer.

L'autre aspect qu'il faut je crois qu'il faut prendre en compte, c'est que le chemin de fer assure (j'insiste: assure) un service public. De ce fait, je pense que tout client du chemin de fer est en droit d'attendre que le chemin de fer mette tout en oeuvre pour que son transport soit sûr. Dans le cas de la voiture que vous avancez, c'est le propriétaire de la voiture qui prend sa responsabilité, pour lui et ses passagers. En train, le client n'a pratiquement aucune possibilité d'éviter un risque, c'est la compagnie de chemin de fer, et les autorités de surveillance, qui assument toute la responsabilité. Si ça casse, c'est leurs responsables qui casqueront.

J'essaie de mettre côte à côte ces deux éléments. Est-il absolument nécessaire de poursuivre l'exploitation du tunnel de faîte, pour quelques trains par jour, alors que des tunnels routiers parfaitement conformes aux normes lui seraient parallèles, permettant le passage en toute sécurité de Bus publics?

Autre chose encore: Vous êtes pro deuxième tunnel. Mais moi aussi!

Merci de ce dialogue fructueux.

Écrit par : weibel | 08/01/2016

M. Weibel, j'avais pensé que mon exemple pouvait être matière à relativisation :) Mais je pense que vous avez saisi le fond.

Pour être plus clair, moi je suis pro deuxième tube, en parallèle du premier, nouveau, et le maintien tel quel du tunnel historique de chemin de fer, même si cela devait coûter un milliard de plus (on ne peut guère discuter sur des centaines de millions, en tout cas pas moi).

Et pour conclure, sans vouloir trop étourdir les éventuels lecteurs engagés à gauche, sachez que je militerais même pour un 2x2 voies, mais cela seul le peuple pourrait le valider puisqu'il entrerait en porte-à-faux avec "l'initiative des Alpes".

Merci à vous!

Écrit par : Danijol | 08/01/2016

Les commentaires sont fermés.