26/04/2016

Radio-inactifs pour l'éternité?

Puisque aujourd'hui nous en sommes à 30 ans de Tchernobyl, je republie mes lignes du 24.09.15. Modeste contribution devant cette folie, la récurrente folie humaine.

------------------------------------------------------------------------------------------

Un jour de mai 2011, je jubilai. Le gouvernement suisse décidait l'abandon du nucléaire. Un immense soulagement, une immense joie. Ce n'était pas pour tout de suite, mais quand même.

Ce jour-là, je fus fier du gouvernement de ce pays. Enfin une décision courageuse! Fier aussi de ces quatre femmes qui la prirent, peut-être épaulées -en tout cas je l'espère- par l'un de ces messieurs du conclave de l'époque, mais j'ai quelques doutes. Il faut dire que nous étions peu après Fukushima, accident qui a failli nous faire basculer dans l'apocalypse.

Car oui, puisque nous partageons temporairement nos idées par ici, c'était bien un sujet sur lequel je voulais m'exprimer. Et vu sa dangerosité, vu son imprescriptibilité, je ne vais pas prendre de pincettes: le nucléaire civil -et bien sûr le militaire- est la plus grande saloperie faite par l'Homme. Oh certes, on en n'est pas à une près avec lui, c'est sûr, mais là on dépasse la déraison. La civilisation du 20ème siècle sera certainement considérée comme la plus barbare de tous les temps.

Et voilà que le Conseil des États refuse aujourd'hui de fixer dans le temps cette sortie de l'atome, en particulier pour la centrale de Beznau qui se trouve être juste la plus ancienne centrale en fonction dans le monde. Mais que leur faudra-t-il? Encore une catastrophe, et peut-être par malheur, plus près de chez nous? Plus folle encore? Réagiront-ils, une fois?

Tout fartés d'honorables diplômes qu'ils sont, comprennent-ils seulement, ces conseillers, que le nucléaire empoisonne l'air, le sol et les eaux pour l'éternité? Et qu'en cas d'accident l'on prend rien moins que le risque de basculer dans l'indicible? Comment peut-on rester inactif devant un tel risque?

Me reviennent soudainement en tête quelques bribes des lignes que j'avais écrites lors d'un examen, j'étais bien jeune. C'était un sujet à choix, parmi trois, le nucléaire en était. Je le choisis sans hésiter, et criai ma colère, déjà. Tchernobyl ne s'était pas encore envolé des esprits, comme s'envola son mortifère nuage. La note fut maximale. Sans craindre la note cette fois, je voulais réagir à nouveau.

Et bien plus fort que dans ma jeunesse.

Commentaires

Mais non le nucléaire c'est pas dangereux allons!

Écrit par : Tranquille | 24/09/2015

@Tranquille: C'est à quel degré de fusion ça, le 1er ou le 2ème?!

Écrit par : Danijol | 24/09/2015

Intéressant, mais connaissez-vous le Rubbiatron? Savez-vous qu'on peut diminuer la dangerosité des centrales avec ce réacteur hybride piloté par accélérateur (ADS)? Il transmute les déchets nucléaires, en particulier les actinides mineurs, et réduit considérablement les risques.
Si nous devons attendre longtemps pour fermer les centrales nucléaires, il serait peut-être sage de passer par ce stade intermédiaire.
Le 16 septembre dernier, ce concept a été présenté par le Dr. Michel Giot, professeur à l'Université de Louvain dans le cadre de la Rencontre du Forum Engelberg au Musée Olympique à Lausanne.
Si ce sujet vous intéresse lisez l'article du Temps d'hier sur la fusion nucléaire.

Écrit par : NIN.À.MAH | 24/09/2015

@ NIN.À.MAH: Oui, en effet. Il va de soi que si nous trouvons une technologie pouvant produire de l'énergie sans fin et sans risques -ou du moins, limités-, j'appuie.

Mais bien entendu mon cri se réfère aux nombreux endroits de ce monde empoisonnés pour toujours (Three Mile Island, Tchernobyl, Fukushima, partout où il y a eu des "essais nucléaires" et en particulier par les sauvages qui les ont faits dans le Pacifique), et d'autres endroits connus ou non, etc...

Merci beaucoup pour votre message.

Écrit par : Danijol | 24/09/2015

Les accidents nucléaires n'arrivent pas en Suisse, vous ne le savez sans doute pas, mais les "experts" oui ! Jusqu'au jour où...

Seule la technologie fondée sur la fusion sera de nature à résoudre le problème des déchets et de la dangerosité du nucléaire. Mais le chemin sera encore long. En attendant on peut bien se permettre quelques incidents en Suisse puisque les accidents, ce n'est pas possible chez nous. Parole d'experts...

Écrit par : Michel Sommer | 24/09/2015

Empoisonner toute une région pour l'éternité, voilà ce que c'est cette saloperie. En cas d'accident, mais pas seulement.

Écrit par : JDJ | 26/04/2016

J'ajoute en ce jour que je remercie la Ville et le Canton de Genève de batailler contre Creys-Malville (la bien nommée...), y compris pour leur plainte déposée près les tribunaux français.

Car c'est bien beau de prendre des décisions dans un pays si l'on a la folie nucléaire à proximité de ses frontières...

Écrit par : Danijol | 26/04/2016

Ah votre virage à gauche commence... enfin il semblerait que si l'on est contre le nucléaire ont est de gauche... Pour ma part je dirai que le nucléaire coute trop cher et endette toute la société. L Etat francais paie cher pour que des entreprises comme Areva amortisse leur centrale. En soit une personne sensée n'investirait pas dans le nucléaire pour une raison simple. Cout trop élévé et durée de vie 40 ans. Encore que certaines sont quasi-morte et le scandale d'Areva sur les pièces ne rassurent pas. Et merde j'ai eu un discours logique qui va etre vu comme gauchiste

Écrit par : plumenoire | 04/05/2016

@ plumenoire: Oh le monde n'est pas si bêtement simple... il y a des gens de droite qui sont anti-nucléaires, et des gens de gauche qui sont anti-immigration (par exemple, selon les analyses, 15-20% des socialistes ont voté oui à l'initiative contre l'immigration de masse en 2014).

En tout cas, comme je l'explique sous "À propos", j'ai une liberté de pensée hors étiquette absolue. Je la chéris.

Écrit par : Danijol | 04/05/2016

Je le sais bien qu'il est pas si simple. Je comprends totalement vos dires et vos propos (et c'est rare que l'on soit d'accord).
Dès lors, vu votre réponse, je pense que vous me taxerez plus jamais de socialiste ou de gauchiste. Car il y a encore d'autres personnes qui ne sont ni l'un ni l'autre et qui veulent tout simplement en finir avec des faux débats dépassé.
En fait en réalité meme si on est pas d'accord on est pareil au final, content de sa liberté de pensée et hors étiquettes.

Écrit par : plumenoire | 04/05/2016

Les commentaires sont fermés.