30/12/2014

Le 31, label du Maire...

Je dois dire que je suis bien surpris, et très déçu de cette nouveauté genevoise. Je veux donc le faire savoir, même si j'aurais préféré que mon cri pour la Palestine restât en vue, eût les honneurs.

Voici donc que le maire de la Ville de Genève a décidé de ne plus faire de fête du 31 sur un seul endroit, mais de la diviser par quartiers. Une dilution. Et non pas dans tous les quartiers, mais trois, assez improbables d'ailleurs, il faut bien le dire. Je suis très surpris donc que personne n'en parle, ne s'offusque, nulle part. En tout cas je n'ai rien vu. Réalise-t-on vraiment ?

Nous avons eu la fête en Vielle-Ville, très bien, même si forcément les voisins ont dû déguster, l'espace étant fort restreint. Je pense que l'on doit considérer que l'on a eu de la chance de l'avoir eue là-bas quelques années et que voilà, une page s'est tournée. Elle ne pourrait grandir, en plus.

Puis voici deux ans, la fête a migré sur la Plaine de Plainpalais. Excellente ! Le plus grand espace de centre ville en Suisse, magnifiquement rénové, accueillit tant de monde, après sa gigantesque répétition pour le passage à l'an 2'000 voici déjà 15 ans. Les commentaires pour la première édition ont été édifiants de positifs, et j'ai même conservé une photo de la Tribune que je mets en pied de page. Je n'en sais rien pour la deuxième édition, mais on ne s'arrête pas après deux fois.

Personnellement je n'y étais pas, je me bats souvent pour des choses qui m'échappent, c'est bête mais c'est comme ça. Mais je considère en effet que chaque ville qui se respecte doit avoir un lieu de fête le 31 décembre, et pérenne, même si je préfère éviter la foule et rester au chaud.

Que va-t-il se passer cette année, si seulement l'a-t-on imaginé ? Des fêtes de quartiers le 31 décembre ? Où iront les gens des autres quartiers ? Un feu d'artifice serait tiré d'où ? Que dire aux gens et aux touristes, de faire le tour des trois places ? Ou bien les gens se rassembleront-ils spontanément sur "leur" jolie Plaine, comme les deux années précédentes ?

Sans vouloir comparer Genève à New York, bien que ces villes soient toutes deux les sièges des Nations-Unies et qu'elles soient reliées quotidiennement par des avions, mais c'est comme si son maire ne faisait plus le 31 sur le bien nommé Square du Temps, mais dans chaque quartiers. Là-bas, il lui en coûterait politiquement, certainement ! Allez savoir ici, mais c'est bien possible, aussi.

Les fêtes à Genève, elles peuvent être absolument magnifiques, j'en sais quelque chose. Ce sont d'ailleurs parmi les plus importantes de Suisse. Mais dans ce cas, je considère que c'est une chute. Une plantée. Dans les médias, le maire répétait qu'il fallait "se réapproprier les quartiers". On l'avait déjà entendu dire cela pour d'autres thèmes. C'est donc bien le label du maire.

La belle du Maire, convenant mieux ici.

 

Genève-31.12.12.jpg

(Genève-Plainpalais 31.12.12 - Image Tribune de Genève)

24/12/2014

Palestine meurtrie, mais bientôt reconnue !


Je n'aurai de cesse. J'y pense, en permanence. Au lever, durant la journée, et au lieu de dormir. Je veux t'écrire, Palestine meurtrie, en ce 24 décembre.

Parce que j'ai été révolté de ce qui t'est arrivé. Et moi, je n'oublie pas, jamais. Ta énième destruction, l'été passé. Par ton voisin, enfin celui qui a reçu son territoire clés en mains, lui. Celui qui est opulent mais qui reçoit encore de l'argent. Et de l'aide militaire, bien entendu. Celui qui maintient une bonne partie de ton territoire comme une gigantesque et honteuse prison à ciel ouvert.

Certes, des éléments de chez toi lui ont cherché noise, et ont servis de prétexte à ta destruction. Mais je sais bien que ce n'était que des fléchettes contre des missiles. Auparavant, c'était des cailloux contre des balles. Toujours le même rapport de force. Je ne suis pas capable de dire qui est arrivé en premier sur cette terre, ta terre, votre terre, je serais trop mauvais pour cela. Ce que je sais, par contre, c'est que tout est bien confus pour tout le monde, et que je rêve de vous voir les deux cohabiter en paix. Au point où vous en êtes, il n'y aurait plus que cela de bien à faire.

Mais ce voisin, le monde entier sait depuis un moment à quel point il est dangereux, meurtrier. Il est passé, de sa courte existence, dans et sur tous ses voisins aussi. À la manière de son cow-boy de grand frère, c'est à dire avec des bombes. Il en a détruits, des pays, et bien souvent plusieurs fois. Il a, aussi, envoyé une dizaine de ses agents secrets tuer, carrément à découvert, un cadre du Hamas dans un hôtel de Dubaï, avec des passeports de plusieurs pays européens, s'il te plait. Même les Anglais, qui ne sont pourtant pas non plus à une saleté près, se sont brouillés avec. C'est te dire.

Il a tué des gens pacifiques qui venaient sur une flottille vous apporter aide humanitaire et de quoi vous relever. Il a tué un ancien ministre palestinien. Un enfant dans les bras de son père. Et tant d'autres. Tuer, c'est son langage. Qu'il prenne garde, l'Histoire se renverse toujours. L'indifférence à laissé place à la colère, la colère à la rage, la rage à la haine. Je laisse tous ceux que ces propos effaroucheront voir leur familles et leur maisons pulvérisées par les bombes, et nous en reparlerons après. Et je sais que même chez lui des gens s'élèvent, se révoltent, pleurent avec toi. Des Justes.

Moi j'ai une requête à faire, à publier, à crier. Je veux que mon pays se mette dans la liste de ceux qui te reconnaissent. Bien d'autres l'ont fait déjà, nous ne serions pas des héros, pardonne-nous. Mais la liste s'allonge, elle devient belle, puissante. Mon pays l'a fait par la voie expresse pour le Kosovo, il peut le faire pour toi aussi, ce serait la moindre des choses.

Tu sais, c'est bien personnel mais laisse-moi te le dire, les petites histoires de dieux, moi je n'y crois pas. Et la jolie maison avec des animaux pour réchauffer le petit bébé, non plus. Mais c'est tellement joli, et cela vient de ta terre, de votre terre. Alors ce jour, je voulais te dire mon ressenti, et celui de beaucoup de gens par ici. Et ce voeu, cette volonté, même si je ne pense pas que je les verrai.

Mais un jour tu seras un pays, c'est sûr.

14/12/2014

American dr(e)am

Nous n'allons pas parler ici de l'Afghanistan, de l'Irak, du Vietnam, d'Hiroshima, de Nagasaki bref, d'à peu près tous les sales noms de l'Histoire auxquels ce pays a apporté, peu ou prou, sa noble contribution. Ni de drones qui tuent de la façon la plus lâche, ceux-ci ont eu l'honneur d'un autre billet il n'y a pas si longtemps. Ni de comment il fait pour être le plus gros pollueur de la planète. Non.

Mais ce pays n'étant jamais à une guerre près, à une folie près, à un drame près, nous allons parler des deux derniers en date. Pour les dreams, ça fait longtemps que c'est fini. Je veux parler bien sûr de ces pauvres gens, bien souvent Noirs, qui sont tués par une police complètement folle, et de la torture infligée à des prisonniers, ainsi que cela a été révélé récemment. 

Ces drames sont consternants, révoltants, dégoûtants. Près de 180 morts en 5 ans par la police rien qu'à New York. Mais entendons-nous bien ! Si quelqu'un tire partout, ou tue, pour moi son sort peut parfaitement être le même. En revanche, tant de fois les victimes n'étaient même pas armées. Et rien d'autre que des enfants, parfois. Bande d'assassins ! Et cette torture... Retour à des temps oubliés, en tout cas dans nos civilisations moyennement avancées.

Ce pays est pétri par la violence. Au cinéma, à la télévision, dans les jeux vidéos. Donc bien entendu, impossible qu'il en soit autrement dans la police, ni dans les écoles. Et dire que par ici, on se laisse empoisonner par cette culture. Inculture, devrait-on dire. Là-bas, ils se battent même pour empêcher que d'autres aient une couverture de santé. Meurent plus vite, pour le dire moins délicatement. Il contrôle et intercepte tout. Vos communications, mails, tout. Sachez-le.

Puis, n'oublions pas qu'ils sont passés dans bien des pays du monde, en général, avec des bombes. La liste serait trop longue à faire ici. Et ce n'est pas fini, ils ont le droit intérieur le plus extérieur qui soit. Il m'avait frappé de voir, à ma première déclaration d'impôts, la question "êtes-vous citoyen américain ?" Depuis, je ne suis plus surpris mais à chaque fois, toujours aussi courroucé. Toutefois, j'ai été réconforté de voir que certains Américains rendaient carrément leur passeport. Faut le faire.

Je ne veux cependant pas tomber dans l'anti-américanisme intégral. On y vit mieux qu'en Corée du Nord, c'est sûr. Et ils nous ont bien aidés, c'est vrai. Ils ont fait des choses bien, des choses belles, aussi. Mais les jeans, le coca, Walt Disney, Windows et les pastilles pour les hommes qui ne peuvent plus livrer la seule bataille qui vaille, l'amoureuse, ça n'efface pas le reste.

Ce pays est au minimum à éviter, et de préférence à contrer. C'est proprement hallucinant que certains le soutiennent encore, même s'ils sont petit à petit en voie de disparition. Il fait partie, selon moi, des deux pays actuellement les plus violents et meurtriers du monde, accompagné la main dans la main par, bien entendu, Israël qui est sur mes starting-blocks pour ramasser aussi.

Mais les drames américains, ça commence à vraiment bien faire.