24/01/2014

Genève-Plainpalais, 2014 : 70% d'étrangers

Troisième des probables quatre billets que j'ai l'intention de publier en vue du vote du 9 février. Pour informer de certaines réalités. Le reste attendra, certains ont eu chaud, vous verrez qui bientôt...

Entrons un peu dans les chiffres. Il y a donc en Suisse, officiellement, à peu près 25% d'étrangers recensés. Dans les villes, beaucoup plus bien sûr, et à Genève plus encore. Selon les chiffres, nous arrivons à 40% pour le canton et autour de 50% pour la seule ville de Genève. Pour tous ceux qui sont contre l'initiative, ce n'est pas assez. Pensez-donc, 50% d'étrangers, ce n'est rien!

Cependant, ainsi que je l'avais dit dans l'un de mes précédents billets, cela dépend bien entendu des quartiers. Pour prendre le mien, Plainpalais (que j'adore en soi), il est bien en dessus, nous pouvons raisonnablement estimer 60%. Mais les chiffres qui nous sont donnés sont ceux des gens qui ont été civiquement s'enregistrer. Dans la rue, la réalité est tout autre. Et il faut en rajouter, du monde.

Tout d'abord, les irréguliers et les illégaux. J'estime que dans chaque ville ils sont de l'ordre de 5 à 10%, mais c'est dur à dire, par définition. Puis il faut rajouter les demandeurs d'asile, bien entendu. Et également les visiteurs, les travailleurs journaliers ou temporaires. Rajoutez-y les étudiants et les touristes (à qui, aux premiers comme aux seconds, je donne une cordiale bienvenue), les Roms autour de La Plaine, à la place des Augustins et ailleurs, je suis formel nous évoluons dans ce quartier avec environ 70% d'étrangers. Certainement la même chose aux Pâquis aussi, d'ailleurs.

Ainsi que je l'ai dit déjà, j'aime aussi l'ouverture, les contacts de partout. J'ai eu autour de ma table des gens d'une bonne partie du monde. Et petite confidence puisque nous nous connaissons un peu maintenant, ailleurs aussi, parfois. Mais je considère que nous ne pouvons plus continuer comme cela. Se rendre compte que l'on vit tous les jours dans une masse d'étrangers pareille, avec leur façon de vivre à eux, leurs codes, leur politesse bien différente à la nôtre, leur respect de la femme aussi, ça ne va plus. Il faut changer le cours des choses, en tout cas essayer.

C'est devenu une urgence.

Commentaires

Et vous pouvez rajouter le quartier de la Jonction aussi. MERCI.

Écrit par : Xtes | 25/01/2014

Moi j'aimerais bien que ces lignes arrivent aux yeux du Conseil Fédéral. Juste comme ça, pour voir s'il continue sur sa voie. Et tiens aussi, à Poggia qui en a roulé pas mal dans la farine aussi.

Écrit par : AG | 26/01/2014

C'est vrai que Poggia, pour rouler les gens dans la farine, il peut devenir boulanger aussi le monsieur mdr.

Écrit par : Vect | 27/01/2014

Pour votre gouverne, le chiffre avancé par l'UDC est une extrapolation sur ces dernières années avec l'ouverture des frontières. Malheureusement, personne peut prédire si autant de monde continuera à venir en Suisse.

De plus, ce qui me gêne c'est que dans les 800'000 étrangers, l'UDC ne fait pas de distinctions entre les étrangers de l'UE, intégrés depuis des années, ceux de la 2ème ou 3ème génération, les frontaliers, ... Bref ceux qui contribuent à l'économie national et à l'augmentation du PIB(si si! En moyenne 1% d'augmentation par année depuis 2004) Bien sur, il y a des cas de dumping mais retournons la question dans l'autre sens : s'il y a des étrangers qui viennent pour un travail pénible et mal payé, c'est que des patrons suisses s'en mettent pleins les fouilles (sans respecter les CCT) alors qu'ils pourraient privilégier leurs compatriotes au chômage....

Écrit par : Robert | 27/01/2014

@robert
L'auteur de l'article, comme les auteurs de l'initiative, visent précisément une catégorie de population immigrée: "dans une masse d'étrangers pareille, avec leur façon de vivre à eux, leurs codes, leur politesse bien différente à la nôtre, leur respect de la femme aussi". Bref, les Arabes.

Écrit par : serge | 28/01/2014

@ Serge :

De toutes les autres façons qu'il y a de vivre qu'en Suisse, d'où qu'elles soient. Moi je revendique celle de mon pays, c'est tout. Et qu'en Italie l'on puisse vivre avec l'italienne, en Allemagne avec l'allemande, au Maroc avec la marocaine, je vous passe les 200 autres pays.

Écrit par : Danijol | 28/01/2014

Il n'y a aucune prise sur des étrangers mal éduqués qui se croient en terrain conquis.

Scène vécue : dans le bus, une fille de 5 ou 6 ans est assise sur un siège. Le bus est déjà bien rempli sans être complet, mais toutes les places assises sont occupées. Monte une dame âgée d'au moins 80 ans. La mère fait-elle lever sa fille pour céder la place à cette dame qui a de la peine à se tenir debout dans le bus qui brinquebale? Non. Une remarque de ma part me renvoie à une insulte dans un très bon anglais... Il n'y a pas de remède à la stupidité et à l'irrespect. Alors intégrer tous les citoyens de l'ue? Pas tous.

Si on vous accuse de xénophobie... ce sont des victimes de la suissophobie.

"nous évoluons dans ce quartier avec environ 70% d'étrangers."

Et vous n'avez pas compté ceux qui ont a un double ou triple passeport... combien de naturalisés chaque année à Genève? Tous assimilés? Il suffit de voir le nombre de foulards... On donne le passeport même à ceux qui ne parlent que l'anglais comme langue "nationale". Scène vécue là aussi.

Écrit par : Johann | 28/01/2014

@Johann. L'irrespect, l'incivilité et le manque d'éducation n'est pas l'exclusivité des immigrants, loin de là...

Pour ler este 100% d'accord avec vous.

Écrit par : Pierre Roche | 29/01/2014

"L'irrespect, l'incivilité et le manque d'éducation n'est pas l'exclusivité des immigrants, loin de là..."
Probablement vrai. Il n'en reste pas moins que les gens s'éduquent par la vertu de l'exemple. Et qu'autrefois on éduquait les enfants suisses au respect des gens et des biens. Est-ce qu'aujourd'hui les Français se moqueraient encore des Suisses pour leur propreté excessive, alors que le littering est l'activité principale et favorite de notre belle jeunesse ? pas seulement en ville, mais dans les prés, dans les champs et les forêts. Sous l'exemple de qui, à votre avis ? Quand vous allez au Kosovo, admirez les virages des cols de montagne : pas un qui soit épargné par l'épandage des ordures de la ville. Dans la rivière qui passe près de Pristina, un frigo ou un poêle tous les 10 mètres, une voiture tous les 50 mètres. Quand ils viennent ici, pourquoi changeraient-ils de coutume ? Et quand les petits Suisses voient leurs petits camarades tout jeter par terre, pourquoi feraient-ils l'effort de eux mettre leurs détritus dans une poubelle ?
Cêst la naïveté des gens comme vous, Pierre Roche, qui nous met dans une si mauvaise situation.

Écrit par : Géo | 29/01/2014

@Johann et Geo

Bien vrai tout cela, j'en ai des exemples frappants tous les jours. Mais j'ai aussi les exemples inverses, dans mon immeuble très mixte par exemple, où des enfants kosovars, cinghalais, africains, sont extrêmement bien élevés. Mais leurs parents le sont aussi ! Et très fermes sur les questions de politesse, de solidarité et de propreté.

Les seules personnes de mon immeuble qui claquent la porte à la vieille dame au lieu de la lui tenir, ferment promptement la porte de l'ascenseur et ne l'attendent pas ou ne disent pas bonjour, sont des portugais... Mais ceux-là, les nouveaux, pas les anciens, n'ouvrent pas non plus la lourde porte en fer à la dame de 80 ans tremblante comme une feuille dans son petit magasin de quartier, ne laissent pas la place dans les trams aux personnes à mobilité réduite faisant semblant de ne pas les voir.

Un il jour, il y a bien 10 ans déjà, donc ce n'est pas nouveau, une personne avec deux cannes, dans l'impossibilité de se tenir sans en lâcher une, prête à se casser la figure. Personne n'a bougé. Un grand Monsieur debout et ulcéré, a poussé un tel coup de gueule que toute la rame a sursauté :-)

Mais c'est aussi de la responsabilité des TPG que de mettre un autocollant sur les sièges près des portes et les réserver explicitement aux personnes âgées ou à mobilité réduite. J'ai soulevé le problème aux élus ainsi qu'aux TPG, mais rien n'a bougé dans ce sens. Ils s'en fichent complètement.

Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain. Il y a dans toutes les civilisations des gens éduqués et ceux qui ne le sont pas.

Le problème est qu'il y en a de plus en plus ici qui ne le sont pas. C'est devenu la grande majorité. Voir des gamins de 12-13 ans sortant de l'école jeter leur cannette en alu vide par terre, mettant un coup de pieds dedans alors qu'il y a une poubelle à 3 mètres ! Lorsqu'on leur fait la remarque, ils deviennent menaçants, à cet âge là. Que deviendront-ils plus tard ?

Ou le petit rom qui vous traite de sale p... parce que vous lui refusez deux francs qu'il exige avec agressivité comme un dû.

Moi je donne même ce que je n'ai pas, c'est ma nature, mais pas là et pas comme ça. Si quelqu'un me demande de l'argent pour manger, je lui dis viens, on va t'acheter à manger. Je n'en ai vu qu'un sur 100 qui a accepté ;)

Écrit par : Jmemêledetout | 29/01/2014

Les commentaires sont fermés.