20/02/2014

Lausanne, capitale (du cauchemar) olympique

J'aurais aimé publier ces lignes vendredi 7, jour de l'ouverture des Jeux olympiques. Mais ne voulant toucher aucun autre sujet dans la période du vote du 9 février, je ne le ferai que maintenant.

Nous voici donc arrivés de nouveau à la période olympique. Celle où des milliers de femmes et d'hommes vont courir, concourir, jouer, se mesurer, jubiler, mais aussi endurer, souffrir, se démoraliser, se blesser, pleurer. Celle où ils vont chercher, quémander, supplier de gagner quelques millimètres ou quelques millièmes de secondes. Bref, celle où l'humain ne montre pas forcément ce qu'il a de pire, mais en tout cas pas ce qu'il a de mieux non plus.

Mais si ce n'était que cela! Car il y a aussi les énormes dépenses financières, les empreintes écologiques et le gaspillage énergétique gigantesques. Pour rien, ou presque. En effet, les sites olympiques ont ceci de gênant -on aurait envie de dire, de révoltant- qu'une fois les jeux finis il ne subsistent que les restes, inutilisables. Pour les avoir vus ailleurs, il me semble que c'est mieux que Sion ne fût pas choisi en 2006. Peut-être que pour les sédunois aussi, d'ailleurs, on vous aurait cassé votre ville. Et avec le recul on relativise tout, même les plus grandes défaites, vous savez bien.

On oublie cependant que si la Suisse a été relativement épargnée par ce gaspillage, elle n'en abrite pas moins le siège du CIO, en la ville de Lausanne. Ville voulant à tout prix être autre chose que la capitale du canton de Vaud et qui s'est donc profilée pour être capitale olympique, et qui l'a eu. On ne se demandera pas comment d'ailleurs, sachant depuis tout jeune que les votes olympiques sont particulièrement durs à interpréter et à comprendre...

Mais est-ce fondamentalement honorifique d'être la capitale d'une organisation dont le but premier est d'améliorer certains scores, comme nous le disions un peu plus haut, de quelques secondes, quelques centièmes de seconde ou de quelques millimètres? Et qui, pour ce faire, provoque de tels ravages sur les paysages et engloutit des milliards de nos monnaies fortes, ou des trillions des monnaies du reste du monde? Comble parfois, là où les populations locales sont dans la misère? Et qui plus est, qui pavoise avec ce titre, jusqu'à le mettre un peu partout et même sur la gare de la ville?

C'est personnel, mais moi j'ai envie de dire que non, ça ne l'est absolument pas. Donc cela risque de froisser, de froisser fortement même tant je sais que la moindre réserve ou critique sur cette ville déclenche des réactions nucléaires dont Genève pourrait s'inspirer, mais Lausanne est donc bel et bien la capitale du cauchemar olympique. C'est mon avis, depuis longtemps.

Qu'on me le passe, sportivement.

Commentaires

Les J.O. sont effectivement un désastre. Lausanne n'a pas à s'enorgueillir d'en être la capitale.

Écrit par : Pierre-Yves C. | 21/02/2014

100 millions de dollars pour une médaille, c'est effectivement un peu cher...
Mais alors que dire du foot ? Souvenez-vous de cette chose hallucinante : après le massacre du Heysel, 67 morts si je me souviens bien, le match a continué.

Écrit par : Géo | 21/02/2014

Nous sommes tous responsables de la surenchère des JO.
Il faut presque se faire violence pour ne pas céder à la tentation de visionner les résultats.
Je me suis brouillé avec un proche parce que je l'encourageait à boycotter les retransmissions TV. Car c'est par là qu'on pourrait vraiment manifester notre désaccord. On en est loin.
Le plus aberrant à mon avis, c'est le fait que les sportifs représentent des nations qui n'ont plus grand chose à voir avec le réel parcours de ces concurrents. On représente un pays parce qu'on en détient le passeport, mais souvent ces champions vivent ailleurs et n'ont plus grand chose à voir avec leur pays d'origine. L'équipe suisse de foot est essentiellement composée de Kosovars, celle de France de Maghrébins. Pour ne donner que ces deux exemples. Le modèle se délitera petit à petit, mais nous n'avons pas trouvé d'autre moyen de classer ces gladiateurs qu'on exploite pour donner au peuple des jeux et oublier que le pain commence à manquer.

Écrit par : Pierre Jenni | 21/02/2014

De nombreux architectes dans le monde se sont mis à construire des hôtels, des villas, des immeubles uniquement composés de déchets, ramassés en bord de mer sur les plage, particulièrement dans les endroits où ils abondent comme l'Italie, dans les déchetteries, etc...

Cela a parfois donné lieu à des choses d'ailleurs de toute beauté, j'ai perdu le lien du plus beau, un véritable palace fait avec uniquement des choses ramassées sur la plage.

Certains moines construisent des temples entiers en bouteilles de bière vides, c'est magnifique aussi.

Peut-être pourrions-nous revoir les jeux olympiques sous cet angle en demandant aux sportifs de faire de la gymnastique en construisant plutôt qu'en avalant des anabolisants à haute dose pour gagner 1/100ème :-)

Aller toujours plus loin, toujours plus vite, toujours plus haut, toujours mieux, n'est-ce pas là le credo d'une civilisation niant les pieds devant le droit à la faiblesse ?

Les jeux olympiques ne sont pas qu'un gouffre à fric et à pollution, ils sont aussi un facteur de réflexion sur toute notre société actuelle.

Merci Danijol et Pierre Jenni, sans vous deux, la vie me serait insupportable.

Des gladiateurs, oui, en effet, des esclaves des temps modernes, comme tant d'autres, dans d'autres domaines, dissimulés sous une bonne couche d'hypocrisie, de déni et de cupidité.

Écrit par : Jmemêledetout | 21/02/2014

:)

Écrit par : Danijol | 22/02/2014

Voici le titre de l'article publié par la TDG : "Les JO les plus chers de l'histoire, qui se terminent aujourd'hui, risquent de se transformer en gouffre financier pour la Russie" (Ce jour, 11h22)

Cauchemar olympique, on vous dit.


PS : M. Jenni, si vous permettez, présentez cet article à la personne avec qui vous vous êtes brouillé, ce serait un très bon motif de réconciliation...

Écrit par : Danijol | 23/02/2014

Cérémonie de clôture. Bon débarras!

Écrit par : V.A. | 23/02/2014

Les commentaires sont fermés.