09/01/2014

Pour moi, ce sera double ou quitte

Un mois. Voici ce qui nous sépare du 9 février, jour où le peuple votera sur l'initiative contre l'immigration de masse. Moi, je veux absolument m'engager pour ce vote, et voici pourquoi.

Je suis né dans une belle ville, Genève, il n'y a pas si longtemps tout de même. Tout n'allait pas forcément bien à ce moment là, bien entendu, mais ça allait. Très vite, j'étais entouré d'étrangers, à l'école ou ailleurs. Une rapide pensée d'ailleurs ici pour Stefan l'Allemand, Nadia et Yvano les Italiens, Daniel l'Hollandais, Alberto l'Espagnol, et j'en passe. Nous étions amis, parfois un peu moins, parfois bêtement rivaux, mais ça c'est une autre histoire. Ça allait bien.

Puis, j'ai voyagé, vécu à l'étranger. Je compte désormais plus d'amis en Europe qu'en Suisse. Je sais très bien qu'ils seront infiniment plus proches de moi en cas de problème que mes compatriotes. Je sais très bien, aussi, comment nous nous prenons dans les bras lorsque nous nous revoyons après longtemps. Rien à voir non plus avec mes compatriotes. Bref, je les aime, mes amis de l'étranger.

Ensuite, scrutins européens oblige, la Suisse s'est ouverte. J'ai voté oui, à tout. Cependant, j'aimerais dire ici à quel point je le regrette. Cette fois, c'est l'occasion de dire stop, j'aurais même envie de l'écrire en majuscules. Le pays et la ville où je suis né, je ne m'y sens plus chez moi. Que de gens d'ailleurs! D'autres coutumes, d'autres comportements, d'autres regards. Voyez-vous, j'estime que j'ai le droit de me sentir chez moi dans mon pays, de vivre avec des valeurs de base communes. Ici, dans une ville qui compte plus de 50% d'étrangers (n'oublions pas les illégaux et les réfugiés aussi), ce n'est plus le cas, comme d'ailleurs un peu partout en Suisse.

Nous les Suisses, nous sommes relégués. J'en ai connu tout de même quelques unes, des familles portugaises qui vivent à 5 dans un 2 pièces. Ou plus, même. Des appartements dont beaucoup de jeunes Suisses rêveraient, seuls. Tout nous file sous les yeux. Les emplois, tout. J'en sais aussi terriblement quelque chose. Bien se défendre dans plusieurs langues ne signifie pas que l'on veuille ne serait-ce que vous voir, pour les postes où on les demanderait. Vous comprenez, il y a tant de gens sur le continent européen qui en parlent plus que vous.

Moi, de tout cela, j'en ai assez. Et, en plus, nous serions racistes! Ou xénophobes, au moins. Nous l'entendons et le lisons déjà, il faudra l'encaisser sans s'énerver. C'est vrai quoi, nulle part ailleurs dans le monde l'on s'offusquerait qu'il y ait 25% d'étrangers dans un pays, plus de 50% dans les villes et donc plus dans certains quartiers. Eh bien tenez! (et vous savez que je ne suis pas ici pour raconter des sornettes) : un ami espagnol très engagé à gauche m'a dit lors d'une visite que "s'il y avait autant d'étrangers en Espagne qu'ici, ce serait la guerre civile". Imaginez-vous, c'était en 1999...

Quelle est leur limite, à tous ces gens qui nous traitent de racistes, si tant est qu'ils en aient une? 40% d'étrangers dans le pays? Plus encore? Posez-leur la question, aussi. Moi, je n'aurai de cesse de la leur demander. À continuer comme cela, on les atteindra bien vite, en tout cas. Et que penser du fait que la culture romanche historique de notre pays soit désormais reléguée bien derrière celles des Balkans? Tout le monde s'en ficherait-il donc? L'italienne est en passe de suivre.

Personnellement, je n'accepte plus cela. Je m'inclinerai bien entendu devant le résultat, mais je vais me battre pour l'influencer. Et j'en tirerai les conséquences. Si cette initiative n'obtient pas la double majorité, je songerai plutôt à quitter la Suisse. Double ou quitte, donc. Mais j'ai envie de vivre dans une communauté dans laquelle je puisse m'identifier, solide, soudée. Presque tous les autres pays d'Europe offrent encore cela, leur taux d'immigration est tellement plus faible, pour certains trois à quatre fois moindre, voire plus. Je préfère cela, c'est mon droit.

Mais ce n'est plus le cas dans mon pays, et encore moins dans ma belle ville.

Commentaires

"Qui parlent plus de langues que vous". Et meilleur marché certainement.

Écrit par : PM | 09/01/2014

Des gens comme vous qui s'en mordent les doigts il y en a par milliers.
Heureusement nous sommes en Suisse et nous avons le droit de vote pour tout et rien.
J'espère que vous et bien d'autres comme vous en aient conscience de leurs votes d'avant et du fait qu'il y a eu tromperie sur la marchandise et que l'on s'est foutu de vos gueules consciemment, j'entends nos conseillers fédéraux de l'époque.

Ahhh ... l'UDC a bon dos et elle encaisse tout ... mais à un moment donné, on se rend compte qu'ils avaient bel et bien raison.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 10/01/2014

Vous avez raison de vous battre Danijol, il faut dire stop à l'intrumentalisation. Ce n'est pas une question de xénophobie c'est une question d'économie et d'équilibre interne de la Suisse.

la libre-circulation a été introduite en suisse pour faire baisser les salaires.

Savez vous que les seuls salaires d'entrée des universitaires en suisse ont baissé de 6.8% depuis 2002.

Que le prix du sol à genève a doublé.

La libre-circulation a introduit en Suisse une dérégulation du marché du travail et du marché immobilier, et cela a été fait exprès...

suivez cette page youtube

https://www.youtube.com/channel/UChxTE4-dI7enZRLtf-SE3FA?feature=watch

et le rapport adimante ici :

http://adimante.blogspot.ch/

il faut se battre danijol,2014 c'est le moment où jamais...

faites circuler ces informations, c'est le moment où jamais

bien à vous

Écrit par : rapport adimante | 10/01/2014

Vous m'emmenez ? Je pars avec vous... à la mer de préférence :-) Cela fait un moment que je me demande s'il ne faut pas demander l'asile humanitaire et médical à un autre pays en étant suisse...

J'ai déjà répondu sur le blog de Claudine Amstein, alors je copie-colle :

Un délinquant étranger ou un immigré a droit à :

Un avocat et l'AJ dans l'heure qui suit gratuitement !
Etre nourri, logé aux frais de la princesse
Des quantités d'aides sociales + associations + fondations diverses qui vont gérer pour eux toutes les démarches administratives
Aux soins adaptés à leurs pathologies
Au logement
A tomber enceintes après quelques semaines de travail et bénéficier de droits qui mettent sur la paille certains petits vieux… ou malades qui doivent payer de leur poche 2 aides ! Celle qui n'est plus là et la remplaçante.

Un handicapé, invalide, petit vieux malade suisse suisse a droit :

Au refus de l'assistance judiciaire gratuite
Au refus, malgré la nouvelle loi plus souple, d'une simple curatelle administrative parce que nos magistrats n'ont pas appris à lire
Au refus d'intervenir du CASS même sur le plan d'une aide administrative
Au refus de l'aide à domicile nécessaire à sa survie
Au refus des médicaments dont sa pathologie dépend et hors liste
Au refus de moyens auxiliaires dont il se sert 50 x par jour comme des simples pinces de préhension
A des harcèlements constants de l'AI et du SPC dont les erreurs motivent d'incessantes oppositions, voire recours avec un avocat à min 400.00 de l'heure
A l'absence de logements avec simple accès leur permettant de sortir ! Et ce malgré des années de cotisation
Des décisions de l'OFAS et de Swissmedic liées aux décisions de l'UE dont ne nous ne faisons pas partie qui mettent en danger la vie de milliers de personnes en péjorant leur santé et par conséquent leurs coûts !

Nos étrangers, ceux qui ont participé à la prospérité de la Suisse pendant des années sans pourtant avoir aucun droit de vote, après 40 de travail sur le sol et avoir commencé à travailler en suisse à l'âge de 15 ans ont droit à :

A un licenciement avant la retraite à partir de 50 ans
Au chômage jusqu'à fin de droit les obligeant à retourner dans leur pays avec une retraite partielle qui ne leur permettraient pas de vivre en Suisse sans faire appel aux services sociaux avec leur famille pourtant totalement intégrée dans ce pays et ayant fait leurs études ici, les obligeant à quitter un pays dans lequel ils ont quasiment toujours vécu.

Cette liste est loin d'être exhaustive. Je pourrais citer bien d'autres cas, dramatiques, qui ont fait de ce pays ce qu'il est et qui n'en ont strictement aucune reconnaissance, ni respect.

Alors après avoir payé de nos deniers des banques par milliards pour les exonérer de leurs exactions, des services sociaux pour leur incompétence notoire, d'autres milliards d'AVS partis dans les limbes on ne sait où par manque de transparence, d'autres encore partis dans des assurances dont les édifices sont en marbre de carrare, lorsque ce n'est pas dans la poche de dirigeants pharmaceutiques en pré-retraite, d'autres milliards encore dans une formation totalement inadéquate de nos médecins qui ne savent plus ouvrir que leur manuel de pharmacopée à la deuxième page, il est grand temps que le citoyen se réveille.

Mais tant, que le simple respect des droits humains les plus élémentaires ne seront pas accordés aux suisses ou aux étrangers qui auront contribué à notre pays, je voterai oui à ce genre d'initiative, qu'elle vienne de gauche, de droite, du centre.

La raison économique intelligente internationale de laquelle nous dépendons aussi, voudrait que l'on aide ces pays à re-fonder leur propre économie, avec un droit de regard et d'intervention sur ce qu'ils en font et non dilapider des sommes chaque année sans savoir où elles vont, plutôt que dans les poches d'une mafia et d'aider ces peuples à se reconstruire dans leur pays, même si cela implique d'organiser cette reconstruction.

Cela reviendrait certainement beaucoup moins cher que des prisons sur-occupées, des services sociaux qui oublient nos citoyens et privilégient les nouveaux arrivants d'ailleurs, des magistrats payés pour libérer des criminels qui reviendront deux jours après, pendant que nos petits vieux crèvent chez eux, sans aucun soutien, de suisses qui sont obligés d'aller vivre à l'étranger, d'étrangers compétents dans leur domaine et là depuis longtemps privés de leurs droits.

Ceci est un manque de vision à long terme, dont nous avons été habitués depuis trop longtemps de la part de technocrates intellectuels qui ne voient même pas ce qui se passe au coin de leur rue.

Je voterai donc oui, si je suis encore en vie à ce moment là.

Écrit par : Jmemêledetout | 10/01/2014

Bien difficile de dire contente d'avoir eu raison avant l'heure! La situation s'est tellement détériorée en si peu d'années, que j'y mets également toute mon énergie et sur tout le mois s'il le faut encore.
Je n'y crois pas 2 secondes à ces sondages! C'est quasi 8 pour, contre 1-2 qui s'interroge encore.

Partout les gens sont saturés, même dans des villes périphériques qui sont moins touchées et les campagnes s'affolent de voir des grues émergés à tout va!
C'est à croire que nos autorités veulent que les gens s'élèvent les uns contre les autres. On se demande comment économiesuisse pourrait encore y trouver son compte. Ou alors cherchons dans les bas-fonds de nos dirigeants qui veulent absolument nous priver de nos droits politiques afin de mieux nous intégrer à l'UE. (n'y a-t-il pas une 40 de parlementaires qui planchent sur des encoubles supplémentaires pour diminuer le droit d'initiative !?!?!?
Courage, cette année est vraiment cruciale et il ne faut pas rater le coche!

Écrit par : Corélande | 10/01/2014

Merci aux réactions jusqu'ici. Je n'ai pas reçu encore d'avis opposé (je confirme que je ne censure aucun commentaire), j'espère que c'est bon signe. En effet, les sondages sont trompeurs, je n'exclus pas une grosse surprise le 9. Nous devons viser le 50,01%.

Par contre, je ne l'ai pas mentionné dans mon billet qui se trouve être déjà assez long, mais il va de soi que l'autre votation du jour (le FAIF) est une des conséquences de cette arrivée massive de population. Je ne cache pas que mon cœur balance encore pour la réponse que je vais y donner.

En tout cas, quel honneur d'avoir hérité d'un droit de vote pareil.

Écrit par : Danijol | 10/01/2014

Oui, les divers commentaires de nos dirigeants partisans du NON prouvent une fois de plus qu'ils sont prêts à baisser leurs frocs au moindre haussement de sourcils de l'UE qu'ils anticipent déjà. Depuis l'affaire Kadhafi et l'emprisonnement de son fils, puis la crise des subprimes suivie par celle de l'UBS et des paradis fiscaux, nos dirigeants n'ont jamais cessé de se flageller, de crier mea culpa et de tout accepter sans comprendre que nous vivons dans un monde où nos soit disant amis ne cherchent que la guerre, guerre économique où la Suisse doit être dépouillée de ses biens au profit de nations qui ne savent que dépenser.
Nos dirigeants sont décidément des mollassons qui, par habitude, cherchent un consensus là où il n'y a que force.
A propos qu'en est-il des paradis fiscaux US, Anglais, Hollandais et autres sans compter ceux d'Orient et du Moyen Orient ?

Écrit par : Lambert | 11/01/2014

Je viens de penser à un autre argument, presque bouleversant. Il est clair que les 60'000 romanches ne font plus le poids par rapport aux 250'000 personnes originaires des Balkans qu'il y a en Suisse (chiffres estimés, les statistiques de la Confédération étant sous doute volontairement floues, hormis les 100'000 Serbes dénombrés).

Mais d'ci peu, c'est de la culture italienne dont on pourra parler ainsi, les Tessinois n'étant que 335'000. Habitants, donc, avec les 25% d'étrangers.

Assez pour s'alarmer me semble-t-il, je le rajoute dans mon billet.

Écrit par : Danijol | 11/01/2014

Donc si je comprends bien votre point de vue, il faut en revenir aux bons vieux contingents avec avis de commissions paritaires avant de délivrer - éventuellement - un permis de travail et un autre de séjour car si j'ose dire, il ne faut pas prendre la Suisse pour une auberge espagnole. Au fond, ce que vous souhaitez, c'est laisser sortir les gens de Suisse mais limiter fortement leur entrée.

Personnellement je refuserai cette initiative car elle ne servira, en cas d'acceptation, qu'à renforcer le sentiment de rejet de l'étranger. On peut bien sûr regretter que certaines personnes âgées soient dans une situation difficile dans notre pays. Mais croyez-vous qu'en limitant l'arrivée des étrangers le sort des vieux va s'améliorer ? Il faut avoir une bonne dose de naïveté ou de mauvaise foi - à choix - pour le croire.

Je trouve vraiment agaçant, irritant de voir la Suisse, qui pourrait être un modèle pour l'Europe, se barricader en voulant rejeter Schengen, rejeter la libre circulation, rejeter l'Europe, en fait rejeter tout ce qui pourrait nuire à notre fameux "y'en n'a point comme nous".
Ensuite j'essaie d'imaginer ce que pourrait être la situation si, les cantons avaient la possibilité d'introduire des contingents pour les Suisses venant d'autres cantons !

Comment enfin croire que la Suisse n'est pas un peu xénophobe quand elle met le plus d'obstacles possibles à la naturalisation et plus précisément à des jeunes qui sont nés dans notre pays et dont la seule erreur est d'avoir des parents étrangers. Que fait-on dans ce pays pour intégrer les nouveaux arrivants, pour accepter facilement les "secondos".

J'affirme une fois encore - comme je l'ai fait souvent - que le repli identitaire de la Suisse nous conduira une fois ou l'autre dans une impasse et - démocratie directe ou non - les décisions importantes nous seront dictées.

Il est ainsi important que les citoyens, au lieu de voter avec leurs tripes, votent avec leur tête. En se rappelant que dans les années cinquante, les vilains étrangers étaient les Italiens, puis vinrent les vilains Espagnols, puis les détestables Portugais, et enfin les Kosovars à l'esprit clanique et les Serbes que l'on ose même pas qualifier.

Si tous les citoyens de ce pays qui soutiennent l'initiative me disaient qu'ils ont peur de l'étranger, je pourrais encore comprendre. Mais ce n'est pas de peur dont vous parlez, mais bien de rejet. La peur étant une phobie, je dirai simplement que cela se soigne.

Moi, voyez-vous, je rêve d'une Europe des nations ou chaque pays serait un peu comme un canton suisse : une identité au sein d'une Europe debout.

Il n'est point nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer (Guillaume le Taciturne)

Écrit par : Michel Sommer | 11/01/2014

@ M. Sommer : La Suisse étant l'un des 2 pays d'Europe avec le plus fort taux d'étrangers, je trouve particulièrement malvenu de venir nous faire avoir mauvaise conscience. Irritant même, et très. Je ne vous dis même pas ce que j'ai entendu sur les étrangers dans d'autres pays, qui ne comptent pourtant que 7 à 8% d'étrangers.

Bien sûr qu'en soi cela ne va pas changer grand chose pour le pauvre petit vieux, là n'étaient d'ailleurs pas mes propos.

Mais je confirme ce que j'ai expliqué dans mon blog, vite résumé comme ceci : j'aime aussi les étrangers, mais j'ai envie -besoin même- que mon pays soit majoritairement peuplé par des gens qui partagent mes valeurs, mes habitudes, les mêmes règles de politesse que l'on m'a données.

D'ici peu, certains quartiers de Genève ou d'autres villes suisses compteront 60 ou même 70% d'étrangers. Je vous invite à ne pas considérer que ce serait merveilleux pour tout le monde dans le meilleur des mondes.

Et oui, je confirme qu'un retour aux contingents m'irait parfaitement, et que ce véritable scandale de la libre circulation des travailleurs -et de la mise à l'écart des Suisses- doit cesser, et au plus vite.

Merci en tout cas pour votre longue réaction et commentaire.

Écrit par : Danijol | 11/01/2014

@Michel Sommer,

juste 1 mot au sujet des entorses sur les lois du travail autorisé et des étrangers dans le canton de GE.

Je viens de faire une entorse à mon arrêt de fumer: facile. ce samedi soir 19h30, trouvé une boutique ouverte hors convention vendant des cigarettes rue de Genève à Thonex. Donc non hors du circuit autorisé

Sachez que le salarié de la boutique qui m'a vendu ces cigarettes est un citoyen serbe établi en France.

Écrit par : pierre à feu | 11/01/2014

Danijol.
Merci pour votre billet. Merci de préciser que Genève et canton compte un minimum de 40% de ressortissants étrangers ou d'origine étrangère.

Ce que tout sociologue &/ou expert en géo-politique précise:
Quand plus de 25% de la population est issue d'immigration, les autorités ne peuvent nier les difficultés qu'elles imposent à la population indigène.

Billet auquel j'ajoute tout mon support.

Mises à pieds et dégradations de vie des salariés suisses en poste, en directe
Conséquence des bilatérales depuis 2000-2002:

- baisses salariales imposées aux salariés compétents devenus séniors.
- mise au chomage suivie de non ré-ambauche de suisses parce que séniors expérimentés, en concurrence avec nouveaux-venus de l'EU plus jeunes acceptant de moindre salaires.
- offres salariales en grande baisse & partialisées (pour 1/4 semaine payés, l'employeur demande de faire les 90% du job) aux suisses qualifiés mais chomeurs demandeurs d'emploi.

En bref: un cadre suisse qualifié âgé de plus de 40ans est licencié sans autre.
Mais remplacé et mis en compétition avec des CV de djeunes issus d'UE.
Nouveaux frontaliers ou installés à GE via potes.
Sans diplôme (ou presque) ni expérience dans le bus international. (incapables de parler 1 langue étrangère) ni d'aucune expérience prof relevante.

Mais depuis 1999 à GE, c'est le clientélisme qui marche.
ce sont les relais & autres potes, et tout ça, c'est du big biz qui marche pour ces gens.

Genève, c'est un lieu où les suisses demandeurs d'emploi hype qualifiés
sont confrontés à des RH
pas du tout suisses
qui se permettent de leur répondre en riant aux éclats: "Non! z'êtes pas du tout le profil que mes clients veulent!"

Écrit par : pierre à feu | 11/01/2014

Non pour moi &/ Raz le bol itou. je sort le tigre qui dormait en moi

Danijol, vous dites avoir voyagé hors suisse. Ce n'est que louable. Idem pour moi.

Mais Quid de ces nouveaux suisses votant à Genève?
on se retrouve à Genève (où je suis né, où je vote) avec une masse de nouveaux suisses qui nous le font par derrière (comme disent les djeuns).

Les lois en Suisse nous autorise d'évaluer le nombre d'étrangers.
Les lois suisses nous autorisent à établir les pourcentages de communautés vivant des ressources du canton de Genève.

Sauf que les sauvegardes entourant l'application des bilatérales 2000-2002-2004 n'ont pas été appliquées. manque de moyens et de personnel de contrôle.

De fait et au pied du mur, les suisses victimes n'ont pu que subir. comme moi.

Pour moi c'est dès 2002 où ce cadre fr exigea que je signe la fin de mon contrat

pour que ce cadre Fr de banque engage à ma place sur ce poste admin devenu libre l'employé de leur branche monégasque, un certain Hervé Falciani.

Pour n'avoir reçu que des offres d'emploi ad minima (ex: contrat à 40% du temps, mais 100% du job à faire, à 2500chf/mois)

Danijol, comme vous j'ai bossé ailleurs et me suis forgé & formé de mes propres moyens. aux US (LA, SF, ..). En Allemagne (Berlin). à Londres (City). & plus.

Courage.
Le tigre est en nous

Écrit par : pierre à feu | 11/01/2014

IMMIGRATION A GENEVE

un jour j'aimerai parler avec ceux partageant nos enjeux.

comment rester en SUISSE et envisager notre futur, comment continuer à s'investir ici.

je n'ai aucune envie de me réveiller et de continuer ici, tout ça m'a conduit à détester cette région.

Je n'ai rencontré ici que des new-comers du Portugal etc, que de nouveaux frontaliers aux faux CV demandeurs, tous exigeurs de jobs.

Je n'ai plus d'amis. tout les anciens sont partis. Morts les voisins, rachetées leurs maisons par de nouveaux frontaliers au nouveau job CH avec nouveau salaire d'un coup multiplié par 3 ou 4.

Plus de morale. Aucune éthique. Fini le tissu social local. Terrains vendus. Aucune loi ne contrôlant les maires de commune frontalière décidant de leur fait ce qui leur plaît (en l'ex, Gaillard - Maire: Mme Magnin s'arrogeant tous droits)

Aucune loi fédérale suisse ne protège, dans le cadre des bilatérales, les suisses obligés de se chercher 1 habitat, devenant de ce fait locataires ou pire, proprio, en France.

C'est mon cas de seul parent responsable d'un enfant devenu étudiant en haute école en Suisse (dommage, mais ce gars est suisse aussi), où j'ai du chercher un habitat. ce que je n'ai pas trouvé à GE, mais à Gaillard. Diantre.

Le pire:
Un français habitant à Genève peut TOUT obtenir de la Suisse et peut se retrouver siéger au conseil

Un suisse habitant et payant ses impôts locaux en zone frontalière doit TOUT PAYER et se la BOUCLER en France.
shit + merde.

Écrit par : pierre à feu | 11/01/2014

@Michel Sommer, contingents
Cher monsieur, reprenez un peu d'historique sur la réalité de situation des suisses avant les Bilatérales et conséquences à Genève.

Je fais partie des suisses qui ont subi les restrictions, contingents UE et autres restrictions contre les suisses depuis des lustres.

Dont j'ai respecté les normes: où ce fut raus du CH que j'étais,
travaillant en banque de la City Londres.
où ce fut raus du ch que j'étais en Allemagne, avec quotas appliqués: raus du CH avec permis de travail & séjour, car employé sur jobs que les allemands ne voulaient pas ou pour lesquels ils n'étaient pas qualifiés.

où j'ai du me retrouver à n'avoir que des jobs en temporaire à Genève, ou rien. aux plus bas salaires (2'500 CHF/mois etc). en toute illégalité. sans recours possible.

Écrit par : pierre à feu | 11/01/2014

le bouleversant à Genève pour les suisses, c'est quand même de ne plus pouvoir se sentir chez soi.

on est arrivé à un tel taux d'immigration (dépassant les 40%) que plus personne n'est suisse à Genève ni sur lieux d'emploi.

Un sondage sérieux serait celui indiquant le nombre des suisses d'origine restant à Genève.

Ainsi que celui indiquant le nombre de suisses ayant du sortir de Genève/Suisse, faute de logement.

Ne pas tenir compte de ces paramètres: fuite des suisses par pertes d'emploi de ces suisses hype qualifiés suivi de leur non réemploi en faveur de new-comers de l'UE etc,

est une erreur gravissime et conséquente sur nos budgets et impôts de tous: partis politiques et tous membres d'institutions genevoises transfrontalières etc etc

Écrit par : pierre à feu | 11/01/2014

Burkhalter à Infrarouge. où son mauvais allemand n'a fait que souligner sa non connaissance des paramètres des réalités du canton de Genève en tant que zone frontalière, et ma colère.

Écrit par : pierre à feu | 11/01/2014

Comme sur la plupart de vos prises de position, je m'aligne.
Avec quelques nuances tout de même. J'ai aussi passablement roulé ma bosse et je pars du principe que nous, les Suisses, sommes particulièrement privilégiés. Raison pour laquelle je suis prêt à faire des efforts supplémentaires pour limiter les écarts entre ceux qui peuvent et les autres.

Si je vous suis sur ce coup, c'est essentiellement parce que je reste persuadé que ces décisions doivent se prendre au niveau global. La Suisse ne peut pas assumer tous les maux du monde à elle seule, et elle est devenue une destination privilégiée notamment en raison de notre culpabilité.

J'interviens ici plutôt pour votre minuscule parenthèse sur le FAIF. Je serais ravi d'avoir vos réactions sur ma contribution.
posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2014/01/12/qui-oserait-questionner-le-faif-251784.html

Écrit par : Pierre Jenni | 12/01/2014

@ P. Jenni :

Merci. C'est vrai, mais à continuer comme cela les Suisses partent. Je ne plaisante pas, je pense que l'on peut dire que le mouvement est bien lancé déjà, je vois l'évolution dans mon quartier. Et je risque bien de suivre.

Bien volontiers, je viens de la voir. Sans lancer le débat sur le FAIF ici, on ne peut que soutenir la transparence.

Et j'ai apprécié votre passage chez M. Décaillet l'autre jour. Je me réjouis d'avoir votre avis lorsqu'enfin j'aurais publié mes lignes sur la circulation, et les tramways.

Salutations !

Écrit par : Danijol | 12/01/2014

A Pierre à feu

Moi aussi, cher Monsieur, j'ai connu, comme Suisse de France les affres du chômage et ses conséquences. Ce n'est pas pour autant que j'accuse mon pays de brader ce qui resterait, à vous entendre, d'helvétique au milieu de tous ces étrangers vivant chez nous.

J'aimerais aussi vous dire qu'ensuite, comme indépendant, j'ai essayé d'employer des professeurs suisses dans mon petit établissement. Et quand j'ai entendu des gens me dire qu'ils ne voulaient pas aller travailler sur la rive gauche parce qu'habitant sur la rive droite, vous comprendrez peut-être mieux pourquoi je suis opposé à l'initiative.

Enfin, je ne suis pas étonné que les étrangers veuillent venir chez nous. Le niveau de vie y est élevé. Grâce à qui ? Aux Suisses, bien sûr mais aussi aux Italiens, aux Espagnols, aux Portugais et à tous les autres qui ont très largement contribué à notre essor.

Alors plutôt que de nous enfermer dans nos frontières étriquées, je préférerais que nous partagions un peu plus avec les "autres", venus d'ailleurs afin de ne pas nous assécher et finir par crever entre nous. J'ai d'autres ambitions pour la Suisse que celle de limiter l'accès à son territoire pour des raisons de xénophobie latente.

Écrit par : Michel Sommer | 13/01/2014

@ M. Sommer :

Pardonnez-moi, votre post est pour Pierre à feu mais je veux absolument réagir.

Rassurez-vous, même si nous gagnions le vote le 9 février, vous pourrez vivre dans l'un des deux pays d'Europe qui compte le plus d'étrangers. Votre bonheur devrait continuer à être grand.

Et si nous le perdons, d'ici quelques années vous pourrez vivre dans LE pays qui compte le plus d'étrangers en Europe, du coup l'un au monde. Votre bonheur sera décuplé, ce d'autant qu'une partie des Suisses seront partis par amplification du mouvement actuel.

Et enfin, je n'entends pas laisser passer cet argument selon lequel les Genevois "ne voudraient pas traverser de rive pour travailler". Je ne mets pas en doute qu'on vous l'ait dit une fois, probablement y avait-il de l'humour dans les propos de cette personne, ou alors énormément de mauvaise foi.

Mais dire cela est juste infâme, moi qui depuis mes 15 ans n'ai jamais travaillé sur la même rive que celle où j'habitais, et à voir la masse de gens à chaque fois croisés sur les divers ponts empruntés, nous sommes juste des dizaines de milliers pour ne pas dire plus...

Écrit par : Danijol | 14/01/2014

Non mais ça va pas la tête ou quoi, des genevois qui voudraient pas traverser les ponts pour bosser?? Mais on arrête de dire des bêtises ici ou quoi?? Moi qui me suis coltiné des années Pont-Céard-les HUG puis maintenant Champel-Versoix!!! Je n'attends d'ailleurs que le CEVA pour arrêter ce cauchemar et me mettre dans le train à Champel et en sortir à Versoix tranquille, c'est dégoûtant de lire ça.

Écrit par : Manupensa | 14/01/2014

J'avoue que j'envisage aussi de partir si aucune des deux initiatives ne passe. Ce pays n'est plus le nôtre. Si j'avais 20 ans, je me demande si j'accepterais de faire l'armée pour le défendre. A partir de quel pourcentage d'étrangers accepte-t-on encore l'idée de sacrifier sa vie pour son pays? Ce n'est peut-être pas pour rien qu'il n'y a presque plus de jeunes Suisses qui font l'armée, qui est gentiment en train de se transformer en une armée de la fin de l'empire romain. Plus de soldats d'origine romaine, que des barbares. On sait où cela l'a mené...

Écrit par : Géo | 14/01/2014

Et si on regardait de l'autre côté. Ce matin j'ai reçu le téléphone d'une connaissance espagnole qui me dit de dire OUI à l'initiative!
C'est son troisième et dernier fils qui quitte l'Espagne pour la Suisse!
Elle se retrouve seule, veuve et au milieu d'appartements vides. Elle a peur et ne comprend plus rien à rien!
Nous aspirons aussi en complicité avec l'Allemagne un trop grand nombre de forces vives des pays européens et nous créons encore plus de désolation chez eux! Les gens de ces pays vont aussi nous détester et pour d'autres raisons qu'économiques.
Si nous ne disons pas OUI, nous allons y perdre notre âme encore plus que le reste.

Écrit par : Corélande | 14/01/2014

@ Corélandre :

Je trouve votre commentaire très pertinent. Jusque là, j'avais entendu cela pour les médecins, les infirmières et les ingénieurs, laissant en plan les pays qu'ils les ont formés.

Mais il est vrai que quel que soit le statut social, c'est mauvais pour tout le monde, en fait.

Merci.

Écrit par : Danijol | 14/01/2014

J'ai reçu l'enveloppe pour la votation du 9 février. On y apprend que les verts libéraux refusent l'initiative "contre l'immigration de masse". A quoi servent donc les verts libéraux ? A promouvoir le mariage pour les homosexuels. En voilà qui ont tout compris...

Écrit par : Géo | 14/01/2014

La Suisse est devenue un ZOO où toutes les cages sont ouvertes

Écrit par : petard | 14/01/2014

Ils partent de chez parce que leur pays membre de l'UE n'a que le chômage à leur offrir. Les plus téméraires désertent et vident leur pays. Alors ils viennent dans la ruche helvétique où les croupiers sont rois. Où les croupiers leur promettent le Jacques Pote s'ils alimentent la pile à combustible. Jusqu'au jour où elle leur pètera à la figure.

Et quand ce sera trop tard, d'autres auront racheté leurs terres et maisons qu'ils ne pouvaient plus payer. Plus rien ne leur appartiendra.

Écrit par : petard | 14/01/2014

À propos d'emploi, voici une "genevoiserie" de plus : certaines entreprises se permettent, maintenant, de régler les factures qui leur sont adressées par des indépendants, 90 jours après la date d'émission !

Écrit par : Kissa | 14/01/2014

"En effet, les sondages sont trompeurs, je n'exclus pas une grosse surprise le 9. Nous devons viser le 50,01%."

Parce que vous croyez encore aux sondages?

Petit rappel alors : le vote sur les minarets.

Je pense que la difficulté est plutôt dans la majorité des cantons. Je vois mal Zoug accepter l'initiative. Ou les cantons romands.


"À propos d'emploi, voici une "genevoiserie" de plus : certaines entreprises se permettent, maintenant, de régler les factures qui leur sont adressées par des indépendants, 90 jours après la date d'émission !"

Rappel après 30 jours avec frais de rappel = 5% de la facture. Après 60 jours = 10%.

Écrit par : Johann | 14/01/2014

"Assez pour s'alarmer me semble-t-il, je le rajoute dans mon billet."

Rassurez-vous, les naturalisés seront les premiers a voté "oui"!

Écrit par : Johann | 14/01/2014

"Alors plutôt que de nous enfermer dans nos frontières étriquées, "

Pure calomnie.

Vous n'avez pas lu le texte de l'initiative. Sinon vous ne pourriez pas proférer une telle énormité. Qui est un mensonge. En cas d'acceptation, l'immigration ne serait pas réduite à zéro. Elle serait contrôlée. Aucun mur ne serait construit sur la frontière. Simplement charbonnier resterait maître chez soi. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

Écrit par : Johann | 14/01/2014

" La Suisse étant l'un des 2 pays d'Europe avec le plus fort taux d'étrangers,"

Je ne sais pas si l'on peut comparer notre taux d'étrangers avec ceux d'autres pays. En France un enfant d'étrangers qui nait sur sol français devient automatiquement par le droit du sol français de nationalité et n'est plus normalement compté comme étranger. Ce qui n'est pas le cas de la Suisse où l'enfant d'un étranger qui nait en Suisse est toujours comptabilisé comme étranger me semble-t-il aussi. Si c'est le cas ça fausse de beaucoup les comparaisons.

D.J

D.J

Écrit par : D.J | 14/01/2014

@ D.J. :

C'est vrai, mais celui qui naît sur un certain sol devrait être mieux intégré que celui qui y arrive à ses 20, 30 ou 40 ans...

Écrit par : Danijol | 14/01/2014

Je me sens bien seul sur votre blog ! Mais bon, je suis opposé à l'initiative, vous le savez et comme disait l'autre, c'est mon opinion et je la partage.

Il y a juste une chose qui me turlupine : je lis pratiquement dans chaque commentaire cette phobie de l'étranger sans que jamais on explique ce qu'est un étranger. Il y a celui qui arrive et qui cherche à s'intégrer. Il y a celui qui est arrivé il y a très longtemps et qui se trouve bien là où il vit. Il n'a pas jugé utile de se naturaliser.

D'ailleurs et c'est bien le paradoxe : la Suisse a trop, beaucoup trop d'étrangers dites-vous et quand ils souhaitent devenir suisses, on leur cherche des poux dans la tête !

Que voulez-vous au juste ? Rester bien tranquille entre Suisses et admirer le Cervin, que dis-je le Cervin, il est seulement à moitié suisse, la Pointe Dufour.

Avez-vous remarqué que le monde changeait. L'Europe ne vous inspire pas ? C'est dommage car il y a un avenir dans cette Europe comme il y a eu un passé dans une Europe déchirée. Alors construisez et cessez de penser que l'Europe fait fausse route. Et je suis sûr qu'on y arrivera un jour ou l'autre. Avec vous ou sans vous !

Écrit par : Michel Sommer | 15/01/2014

@ M. Sommer :

Bien normal que vous vous sentiez seul, avec ce que vous avez dit sur les Genevois qui refuseraient de changer de rive.

J'y ai encore repensé aujourd'hui, et amèrement, moi qui ai fait une postulation à...Berne. Je devrais donc non seulement changer de rive, me coltiner 3h de train par jour, et changer encore de rive, mais là-bas. Cependant, j'accepte encore de vous répondre, en forme de questions.

- Vous tiendriez quels discours dans les pays qui ont 3 ou 4 fois moins d'étrangers que les Suisses, mais déjà des partis très à droite au gouvernement?

- Vous êtes donc insensible aux gens qualifiés (médecins, ingénieurs) qui quittent leur pays pour venir ici ? Je vous imaginais plus altruiste.

- Quelle est votre limite raisonnable d'étrangers dans un pays, si par impossible vous en aviez une?

Pour la philosophie sur l'étranger, vous ne m'en voudrez pas mais je m'en tiens à la définition généralement partout reconnue.

Écrit par : Danijol | 15/01/2014

En parcourant le "à propos" qui vous concerne, je constate qu'il y a au moins un point sur lequel nous pouvons nous entendre : la désir clairement exprimé de ne pas polluer la langue française. J'essaie de m'y employer chaque jour.

Écrit par : Michel Sommer | 15/01/2014

"je lis pratiquement dans chaque commentaire cette phobie de l'étranger" Toujours votre maladie de foi qui vous travaille, Sommer. Vous l'avez très mauvaise. Vous ne voyez de bon que ce qui est étranger, c'est votre droit mais c'est une maladie. Il y a officiellement 24 % d'étrangers en Suisse, mais le double si on compte les naturalisés qui sont Suisses de papier mais Italien, Français, Portugais, Kosovar etc, etc de coeur. Et ceux-là votent pour faire entrer un maximum des leurs dans le seul pays d'Europe qui fonctionne parce que justement il n'est pas dans cette usine à gaz...
Avec 99% d'étrangers, la Suisse serait toujours la Suisse, selon vous ? Regardez les rues couvertes de déchets, ainsi que les champs et les forêts. Qui a appris cela à nos jeunes ?

Écrit par : Géo | 15/01/2014

Je vous comprends. La Suisse (elle attire des étrangers du monde entier) est victime de son succès. Reste que celui-ci n’aurait probablement pas eu lieu, du moins avec l’ampleur que l’on connaît, si les sous des étrangers, depuis des décennies, n’avaient pas trouvé refuge en … Suisse, sans que personne ou presque trouve à protester. C’est dans la nature humaine, quand on peut avoir l’argent du beurre et garder en même temps le beurre, peu de monde se gène.

L’immense majorité des étrangers vient d’Europe. Donc, quand vous envisagez de quitter la Suisse, il me semble, vous faites preuve d’une sorte de double contradiction. Car dans ce cas, d’une part vous allez faire aux autres ce que vous n’appréciez pas qu’on vous fasse chez-vous et d’autre vous allez être entouré des européens, cad des étrangers.

Écrit par : Gérard | 16/01/2014

@ Gérard :

Je m'attendais à un commentaire comme celui-ci, donc je vous dis bien joué!

Et bien écoutez, il y a une très nette différence selon moi dans les cas de figure.

Vous aurez compris que je ne suis pas anti-immigration, que tous les citoyens du monde devraient rester dans leurs pays. Je dis que cette immigration massive dans un des plus petits pays d'Europe au taux d'étrangers le plus élevé doit stopper.

Quelques milliers de Suisses en revanche qui s'installent dans l'immensité des 27 pays européens n'est pas comparable.

Enfin, je ne résiste pas à l'envie de vous livrer une anecdote personnelle, alors que l'on dit habituellement que la Suisse a méchamment absorbé l'argent des autres :

Alors que je voulais m'établir dans un des pays d'Europe avant les bilatérales, comme Suisse je ne pouvais pas. En revanche, au consulat du pays en question c'était très clair : "Si vous nous donnez un projet d'investissement de l'équivalence de $ 100'000,-, nous vous donnons le permis immédiatement."

J'y suis allé malgré tout, et suis resté "irrégulier".

Écrit par : Danijol | 16/01/2014

A Géo

Vous auriez mis mon prénom avant mon nom dans votre commentaire, cela ne m'aurait pas gêné. Mais vous étiez sans doute pressé de me répondre !

Vous parlez de ma "maladie de foi". Si cela peut vous faire plaisir !... Vous, ce serait plutôt la tête. Et quand je lis votre phrase "Il y a officiellement 24 % d'étrangers en Suisse, mais le double si on compte les naturalisés qui sont Suisses de papier mais Italien, Français, Portugais, Kosovar etc, etc de coeur. Et ceux-là votent pour faire entrer un maximum des leurs dans le seul pays d'Europe qui fonctionne parce que justement il n'est pas dans cette usine à gaz...", je constate le procès d'intention fait à tous les naturalisés. Ils/elles sont tous devenus suisses par intérêt pécuniaire et à terme pour faire disparaître les Suisses dits de souche (De quelle souche au juste ?) Si cela n'est pas une phobie, c'est pire : c'est un rejet de l'étranger pure et simple. En outre je vous conseille de lancer une initiative pour que la Suisse ne naturalise plus. Arrêtons de produire des Suisses de papier. Quand on met tous les étrangers dans le même panier, sans la moindre nuance, j'appelle cela du racisme, car l'objet de votre rejet se fonde uniquement sur la non appartenance à la Suisse.

Jusqu'où êtes-vous prêt à aller pour faire triompher vos idées xénophobes ?

Écrit par : Michel Sommer | 16/01/2014

"et quand ils souhaitent devenir suisses, on leur cherche des poux dans la tête !"

En tous les cas pas à Genève. "On" naturalise à tour de bras. Comme une lettre à la poste.

A Genève ce sont 54,4% d'étrangers qui résident dans le canton en 2000.

http://www.ge.ch/statistique/tel/publications/2005/analyses/communications/an-cs-2005-24.pdf

La population "suisse" du canton n'augmente que grâce aux naturalisations :

http://www.ge.ch/statistique/tel/publications/2013/informations_statistiques/autres_themes/is_population_18_2013.pdf

"En 2011, 3 141 étrangers ont acquis la nationalité suisse;
la quasi-totalité d’entre eux l’ont obtenue par natura-
lisation. Ce chiffre reste inférieur à la moyenne de ces
dernières années (4 300 par an entre 2000 et 2010), mais
il est plus élevé que ceux enregistrés avant 2000 (1 870
par an entre 1990 et 1999)."

http://www.ge.ch/statistique/tel/publications/2012/informations_statistiques/autres_themes/is_population_19_2012.pdf

Soit en 10 (ou 11) ans quelques 43 000 naturalisations. Deux fois une commune comme Meyrin. Poux dans la tête? Vous faites de la désinformation. Comme tous ceux opposés à l'initiative qui perlent de fermeture des frontières et autres mensonges.

Écrit par : Johann | 16/01/2014

A Johann

A lire votre commentaire je constate que quel que soit le comportement des étrangers - savoir qu'ils restent étrangers en Suisse ou qu'ils demandent la naturalisation - ils ne sont pas les bienvenus.

Je reste évidemment opposé à cette triste initiative et je combattrai tous les textes qui pourraient aller dans le sens d'une restriction de la libre circulation des personnes qui est à mes yeux un droit fondamental.

Écrit par : Michel Sommer | 16/01/2014

A danijol

"Si vous nous donnez un projet d'investissement de l'équivalence de $ 100'000,-, nous vous donnons le permis immédiatement."

C'est exactement ce qui se passera en Suisse si par malheur l'initiative était acceptée.
Il y aura des étrangers plus égaux que d'autres !

Écrit par : Michel Sommer | 16/01/2014

@ M. Sommer :

Faux, à partir du moment où les critères d'admission seront les besoins réels de l'économie (et non pas l'économie sur les ressources suisses).

Et je tiens vraiment à vous lire sur mes questions svp...

Écrit par : Danijol | 16/01/2014

"Je m'attendais à un commentaire comme celui-ci, donc je vous dis bien joué!"
Plus ou moins. Le Portugal dispense d'impôts les retraités qui veulent venir s'établir sur son sol...
M.Sommer@ Vous n'avez pas répondu à cette question : une Suisse à 99% d'étrangers s'appelle-t-elle encore "Suisse" ? Et où est la limite si vous répondez "non" ?
Si vous voyez un problème à ma tête, faites mieux que ce couard de Rappard qui pense se tirer d'affaire par l'insulte et indiquez-le moi. Parce que non, je ne suis pas xénophobe. Mais ce n'est pas une raison pour se laisser envahir. Dommage que vous n'êtes même pas capable de faire la différence...

Écrit par : Géo | 16/01/2014

- Bien normal que vous vous sentiez seul, avec ce que vous avez dit sur les Genevois qui refuseraient de changer de rive.
Il ne s'agit pas de savoir s'ils refuseraient ; la personne à qui j'ai proposé a refusé ! Une Suissesse.

- Vous tiendriez quels discours dans les pays qui ont 3 ou 4 fois moins d'étrangers que les Suisses, mais déjà des partis très à droite au gouvernement?
Je répondrais que c'est encore pire qu'en Suisse, que la peur et le rejet de l'autre, et bien, ça se soigne !

- Vous êtes donc insensible aux gens qualifiés (médecins, ingénieurs) qui quittent leur pays pour venir ici ? Je vous imaginais plus altruiste.
Votre imagination vous joue des tours. Si nous avons des médecins et ingénieurs étrangers, c'est que nous en avons besoin ! On prétend avoir une très bonne formation en Suisse. Pourquoi les étrangers ne viendraient-ils pas parfaire la leur chez nous pour retourner chez eux ensuite. Et que font les pays développés pour aider les "élites" étrangères à rester au pays. La Suisse ne paraît pas être la plus généreuse pour l'aide au développement. Quelle est votre opinion sur les Suisses qui quittent le pays pour d'autres cieux. De mauvais Suisses ?

- Quelle est votre limite raisonnable d'étrangers dans un pays, si par impossible vous en aviez une?
Non je n'en ai pas ! Je constate néanmoins que cela ne se passe pas plus mal à Genève qu'à Glaris ou autres cantons moins concernés par la question et qui votent encore plus contre les étrangers.
On ne peut pas être à la fois contre l'immigration dite massive (Pouvez-vous me dire à partir de combien d'arrivées l'immigration est dite massive )
et le refus de naturaliser les étrangers. Faut-il aussi mettre des quotas aux naturalisations ?

Si les Etats-Unis avaient réalisé ce que nous voulons faire, il n'y aurait sur le territoire de l'Amérique du Nord que des Indiens et des bisons...

Écrit par : Michel Sommer | 16/01/2014

A Géo

Une Suisse à 99 % d'étrangers. Vous délirez ou bien ? En outre je souhaite vous signaler que les formulations telles que "non, mais" signifient oui ! Et puis qui vous dit que les étrangers qui viennent en Suisse veulent nous envahir ? Que faisons-nous pour les intégrer ?

Et puis rassurez-vous donc un peu. Tous les étrangers n'ont pas envie de venir en Suisse. Ils finissent pas savoir la manière dont on va les traiter !

Vous qui avancez masqué grâce à un pseudo passe-partout, êtes-vous un Suisse de souche ? Un vrai Suisse ? Depuis quand votre famille est-elle suisse ? Combien de générations faut-il pour être qualifié de vrai Suisse ?

Abandonnez votre peur panique des étrangers. Il y aura bien sûr toujours quelques personnes qui ne voudront pas s'intégrer. Mais celles-là retourneront chez elles. Expliquez-moi pourquoi on demande aux étrangers de se naturaliser et ensuite prétendre qu'ils le font par intérêt. Paradoxe suisse ou xénophobie ? Les deux à la fois ?

Écrit par : Michel Sommer | 16/01/2014

"la libre circulation des personnes (qui) est à mes yeux un droit fondamental."
Dans une infime partie du monde. Il est vrai que les Européens sont beaucoup plus intelligents que tous les autres ...

Écrit par : Mère-Grand | 16/01/2014

M. Sommer : Je vous répondrai dès que possible.

En tout cas en effet, nous partageons la valeur d'un français correct -comme les autres intervenants, ce que j'aimerais souligner- et c'est bien agréable.

Écrit par : Danijol | 16/01/2014

Bonjour

S'il n'était que les "indiens et les bisons" la terre aurait gardé ses caractéristiques originelles...alors que maintenant, ce n'est plus qu'un gros tas de merde dont nous n'allons plus tarder à en sentir et les saveurs et les conséquences.

Écrit par : absolom | 16/01/2014

M.Sommer@ Désolé, mais vous êtes vraiment bouché. Et délirant : comparer les États-Unis avec la Suisse. Les bisons et les Indiens auraient bien aimé résister aux envahisseurs barbares. Ils ont perdu et sont relégués à vivre leur alcoolisme chronique dans leurs réserves, et les bisons sont en voie de disparition. Il faut être vraiment très diminué pour servir un argument pareil sans voir à quel point il vous dessert.
Et oui, je suis Suisse de père et mère, première mention en 1500 et quelques de ma famille dans les archives...

Écrit par : Géo | 16/01/2014

Entre une réunion hier soir et un rendez-vous clientèle aujourd'hui 57 OUI pour les urnes! Et vous savez de qui? Pour la bonne moitié de naturalisés Italiens. Un d'eux m'a dit de vous le dire clairement.
"Nous sommes venus travailler en Suisse il y a 20-30 ans car la Suisse nous a offert du travail, même si c'était dur!
Avec le oui nous voulons dire un grand merci à la Suisse. Nous avons conscience que les immigrants que nous étions et ceux d'aujourd'hui n'ont plus du tout les mêmes égards et le même respect que nous avions envers nos accueillants".
Dites-leur encore, "que nous avons rencontré plus de racisme à Turin qu'en Suisse, nous qui sommes venus du sud".
Si cela peut vous rassurer M. Sommer, j'en serai ravie!

Écrit par : Corélande | 16/01/2014

"A lire votre commentaire je constate que quel que soit le comportement des étrangers - savoir qu'ils restent étrangers en Suisse ou qu'ils demandent la naturalisation - ils ne sont pas les bienvenus."

Vous êtes de mauvaise foi. J'ai fourni des faits et des chiffres, donné des références. Je répondais au fait que soi-disant les naturalisations sont difficiles, vous-disant qu' "on leur cherche des poux dans la tête !" Mais vous ne voulez pas admettre avoir dit une contre-vérité. Et vous "interprétez". Si vous saviez... Si j'étais d'aussi mauvaise foi que vous, je dirais que pour vous les Suisses ne sont plus les bienvenus chez eux.

Sur la question de fond, je suis opposé à la double nationalité qui crée une inégalité des droits.

L'initiative ne ferme pas les frontières. ECOPOP non plus d'ailleurs. Je souhaite que les Suisses retraités puissent rester habiter en Suisse. Je souhaite une décroissance de la population résidente en Suisse. C'est ce qui se passe au Japon. Ils ne sont pas plus malheureux pour ça. Et ils ont 1% d'étrangers. Et sauf erreur ils n'acceptent pas la double nationalité.


"Si nous avons des médecins et ingénieurs étrangers, c'est que nous en avons besoin !"

Un mensonge de plus. Pourquoi alors un numérus clausus des études de médecine? Nous avons trop de médecins. Dont le nombre contribue à la hausse des primes d'assurance maladie.


"(Pouvez-vous me dire à partir de combien d'arrivées l'immigration est dite massive )"

Au-dessus de 0.2% d'accroissement de la population. Cf. ECOPOP.


"Faut-il aussi mettre des quotas aux naturalisations ?"

Non, il faut interdire la double nationalité. Nul ne peut servir deux maîtres. Il faut choisir.


""la libre circulation des personnes (qui) est à mes yeux un droit fondamental."
Dans une infime partie du monde. Il est vrai que les Européens sont beaucoup plus intelligents que tous les autres ..."

Vous avez raison Mère-Grand. Libre circulation en Syrie, en Libye, en Egypte, en Irak, en Afghanistan?

Libre circulation, oui, mais pour toute l'humanité. Libre résidence, non.


"Que faisons-nous pour les intégrer ?"

Que font-ils pour s'assimiler? Demander des privilèges particuliers, être régis par leur propres lois...


"Si les Etats-Unis avaient réalisé ce que nous voulons faire, il n'y aurait sur le territoire de l'Amérique du Nord que des Indiens et des bisons..."

Et deux génocides auraient été évités. Toujours la mauvaise foi, c'est terrible. L'initiative ne ferme pas les frontières à double ou même à simple tour.


"Pour la bonne moitié de naturalisés Italiens. Un d'eux m'a dit de vous le dire clairement."

Ben oui, je l'ai déjà écrit qq part que les naturalisés seront les premiers à voter oui. J'en sais qqch. Il y en aussi marre de cette élite qui ne défend que ses intérêts très particuliers et qui n'en a rien à faire des sans grade.

Commémoration de la guerre de 14. La guerre ce sont des gens qui se connaissent et ne se tuent pas et des gens qui ne se connaissent pas et se tuent. Cherchez l'erreur. C'est exactement le même principe en économie et en politique. Cul et chemise. Dans les sphères que vous savez. Ils méritent une leçon tant que c'est possible.

Écrit par : Johann | 16/01/2014

@ M. Sommer :

Pour la triste allégation des Genevois qui ne changeraient pas de rive pour travailler, ok vous aviez eu affaire avec un spécimen de bêtise dont il n'existe peut-être même pas une copie à Genève, vous n'auriez même pas dû la citer. Laissons.

La peur de l'autre se soigne peut-être, moi je ne l'ai pas en tant que telle. Ainsi que je l'ai dit et redit dans mon blog et les commentaires, je préfère juste vivre avec des gens qui partagent mes valeurs et mes langues. En Suisse avec des Suisses et leurs caractéristiques, en Italie idem, et idem pour tous les autres pays.

Je continue à penser qu'accueillir autant d'infirmiers, médecins, ingénieurs et j'en passe ici, ne peut être bon pour les pays qui les ont formés. Et pensez donc, "que font-ils pour les garder", quand on doit diminuer les salaires des fonctionnaires de 5 à 20% (sur des salaires de 1'200,- Euros), ils ne peuvent pas s'amuser à augmenter les grandes têtes, sous peine de conflits majeurs.

J'accepte cependant l'argument selon lequel plus on côtoie d'étrangers plus on les accepte. Cela ne veut toutefois pas dire sans aucune limite, pour moi elles sont clairement dépassées.

J'arrête ici notre intéressant échange, j'ai bien compris que nos votes s'annuleront...

Écrit par : Danijol | 16/01/2014

« Non, il faut interdire la double nationalité. Nul ne peut servir deux maîtres. Il faut choisir. »

Perception étriquée. Aimer la pizza ne supprime pas le plaisir de manger la raclette.

Écrit par : Marko | 17/01/2014

"Non, il faut interdire la double nationalité. Nul ne peut servir deux maîtres. Il faut choisir."
Parfaitement exact. C'est un gros malaise. On vote des lois scélérates dans un pays et on se réfugie dans l'autre. C'est puant.

Écrit par : Géo | 17/01/2014

Un immense bravo ! Je n'ai rien d'autre à dire!

Écrit par : Aline Bifrare | 17/01/2014

Ne manquez pas l'interview par Jean-Claude Péclet dans le Matin Dimanche de Sergio Savoia : "La libre circulation représente un désastre historique pour le Tessin".

Écrit par : Géo | 19/01/2014

« Ainsi que je l'ai dit et redit dans mon blog et les commentaires, je préfère juste vivre avec des gens qui partagent mes valeurs et mes langues. En Suisse avec des Suisses et leurs caractéristiques, en Italie idem, et idem pour tous les autres pays. »

Reste que le monde n’est pas figé. Il y a deux mille ans, la langue française n’existait pas, idem pour la langue italienne. Les sociétés, comme les langues sont vivantes et évoluent avec le temps sous l’influence des forces qui ne sont probablement pas maîtrisables avec un simple barrage. Quelque chose me dit que ce qui vous met en réalité mal à l’aise est la présence et le comportement de certaines personnes venues de contrées plus lointaines que l’Europe ou plus précisément de cultures non « occidentales » (dans ce cas, je ne vous jette surtout pas la pierre, je vous ai déjà dit plutôt que je vous comprenais). Il suffira peut-être de changer de canton, voire de quartier plutôt que de pays ?

Il faut savoir que l’argent qui a atterrit en général en Suisse et en particulier à Genève pendant des lustres est très souvent le fruit du travail des gens des pays du Tiers Monde, travail effectué la plupart du temps, dans des conditions proches de l’esclavage. Ces gens, à qui on a confisqué la richesse de leur labeur, ont contribué au développement de votre ville alors qu’ils n’en avaient même pas conscience de son existence.

Écrit par : Gérard | 19/01/2014

@ Géo : Merci, mais qu'il soit du dimanche ou pas, cela doit faire 10 ans que j'ai commis la dernière ouverture de cette feuille de chou lausannoise.

Cela dit, j'ai vu l'information ailleurs, je crois que pour le Tessin il faut s'attendre à entre 55 et 60% de Oui à l'initiative. En tout cas ce sera clairement l'un des cantons qui l'acceptera.

Écrit par : Danijol | 19/01/2014

Très différents l'un de l'autre, le Matin dimanche ou celui de la semaine. Jean-Claude Péclet, très bon journaliste (un des derniers...).

Écrit par : Géo | 19/01/2014

Réjouissez-vous puisque vous croyez tellement que l'initiative va être refusée! Malte pour renflouer ses caisses à hauteur de 300millions va vendre des passeports UE pour 650'000 euros pièce. (source Euronews Weekly)Il parait que d'autres pays européens le font déjà sous certaines conditions, notamment l'Autriche!
Avec autant d'argent (sale un peu beaucoup surement) je me demande où ces nouveaux européens si bien argentés vont venir s'installer! Au vu des impôts sur le capital qui attend tous les Européens dans un futur court (Steen Jakobsen 10 chocs en 2014) Je pense que la petite île Suisse va les attirer comme des mouches.
Amis Genevois et autres Vaudois bienvenus dans vos abris PA pour vous loger
et une gracieuse aide sociale pour végéter!
Dans la vie il faut payer le prix de ses erreurs quand on ne sait pas anticiper!

Écrit par : Corélande | 19/01/2014

Il n'y aurait pas de dumping salarial? Toujours aussi imbécile comme argument! C'est même directement par le 1er téléphone pour la prise de rendez-vous que l'on vous demande vos prétentions, comme cela vient de m'arriver ce matin.

Ah! Je rassure tout de suite les gens qui s'imagineraient que les Suisses sont de toute façon trop exigeants, même avec des années d'expérience et 4-5 langues, ça fait longtemps que je n'ose plus demander 5'000,- moi.

(Je publie ce commentaire dans les deux billets qui sont concernés par le propos.)

Écrit par : Danijol | 20/01/2014

Distribuez des flyers, vous pouvez les recevoir gratuitement. Ou alors si le temps vous manque, vous pouvez en faire distribuer par la poste, il reste encore enormement de communes a couvrir, et deja avec 10-15 francs vous pouvez faire quelque chose:
http://www.flyer-ueberall.ch/home/

Écrit par : whiteelefant | 20/01/2014

Un grand BRAVO pour votre EXCELLENT article. Je vais le diffuser tous azimuts. Encore merci !

Écrit par : Daniela | 20/01/2014

Texte ridicule s'il en est.

Je vais être clair avec toi: tu as été mon ennemi, j'ai voté pour préserver mon pays, la Suisse, contre des gens comme toi alors que tu imposais ton totalitarisme bien-pensant. Et aujourd'hui tu nous tires un texte revendiquant nos racines alors que tu as tout fait par le passé pour les détruire. Quelle arrogance! Tu as voté contre ma volonté, pour la destruction de nos us et coutumes, sans aucun doute pendant des années. C'est à cause de gens comme toi que les ressortissants des Balkans ont pu venir aussi abondamment, par le biais de ton vote pour des politiciens gauchistes et pourris.

"un ami espagnol très engagé à gauche" Eh bien tu as les amis que tu mérites. Je n’ai aucun ami gauchiste par le simple fait que ces gens ne défendront jamais ma patrie. Mais visiblement, tu n’es pas encore prêt pour aller jusqu’au fond des choses. Je tiens à te rappeler certains éléments, notamment que des gauchistes ou ex-gauchistes de ton genre nous traitaient de tous les noms, nazis, fachos, jusqu'à vouloir notre mort. Et c’est toujours à cause de personnes comme toi qu’un jeune Suisse s’est fait tuer à Yverdon cette semaine. Je vais te remettre devant tes responsabilités !

Alors que notre pays et certaines villes sont totalement gangrénés, il faudrait te remercier d'avoir vu juste? Mais tu te prends pour QUI? Tu crois avoir découvert quelque chose? Tu crois que je te reconnais comme l'un des miens, que je t'estime? Tu crois pouvoir pondre un article de merde et te situer en tant que défenseur d’une vérité que tu n’as jamais su voir ? Combien de viols et d'agressions par la faute de tes votes passés? Combien de souffrance? Aux portes d'une guerre ethnique en Europe, on devrait encore te remercier? Tu joues les extralucides lorsque la situation est catastrophique, quelle intelligence! La même intelligence dont les gens de gauche se revendiquaient lorsqu'ils clamaient que la Suisse devait s'ouvrir pour être "moderne et tolérante".

Des personnes de ton acabit devraient demander pardon à genoux à des gens comme moi. Tu veux des éloges pour avoir découvert des éléments évidents avant-hier ? Tu n’auras que mon mépris !

Écrit par : Rec | 21/01/2014

@ Rec :

On ne se connait pas mais tu es tout fâché avec moi, semble-t-il.

Moi je n'ai pas d'ennemis, juste une folle envie d'échanger des idées, et c'est pour ça que je publie ton commentaire, malgré tout.

Non, bien entendu, voter n'est pas "imposer", c'est juste son contraire. Et tu fais pas mal d'erreurs. Je n'ai jamais voté pour la venue massive ici des gens des Balkans, pour la simple raison qu'on ne nous a jamais demandé notre avis. Et figure-toi, pour moi ç'aurait été non. J'ai même fait un billet il y a peu sur le Kosovo, regarde un peu. Tu te trompes de cible...

Et d'autres erreurs encore, mais laissons. Et dans la vie, tu auras peut-être remarqué que l'on peut changer d'avis aussi, peut-être même cela t'est-il arrivé une fois.

Pour le pardon à genoux par contre, on arrête l'humour là. Mais en tout cas n'oublie pas de voter, moi c'est déjà fait.

Écrit par : Danijol | 21/01/2014

1. Ce n'était pas de *l'humour* mais bien entendu des gens de ton espèce sont incapables de demander pardon pour les torts qu'ils ont commis. A force de se prétendre "du bon côté" cela monte à la tête et tu en es la preuve. Tu as des actes de violence sur ta conscience, tu as l'invasion de notre pays sur ta conscience, tu as couvert la destruction de nos racines par tes votes. Tu changes d'opinion et tu crois qu'on va te laisser te balader comme tout allait bien, sans te demander dees comptes? Mais tu rêves ma petite.

2. J'ai voté depuis longtemps, pour qui te prends-tu encore une fois? Tu oses me donner des conseils ?

3. En ce qui concerne la venue massive des requérants des Balkans, cela a été fait par l'entremise de la gauche (Calmy-rey et ses petits copains de gauche). Pas d'électeurs de gauche = pas de Calmy-Rey au pouvoir. Comprendo? Dès lors que tu as voté en faveur de la gauche, tu as milité pour cette invasion puisque tu as mis sur orbite ces politiciens et leur poids décisionnel dans la politique helvète. Ce n'est pas ton misérable billet sur le Kosovo qui va te donner une quelconque crédibilité. Le problème des Balkans et leur arrivée chez nous datent des années 2000 et même avant. Ton billet date de quand? 2012, 2013? Tu crois pouvoir me dire quoi que ce soit à part tes "découvertes" avec tes 15 ans de retard?

4. Quant à "fâché", lorsque des gens de ton espèce croient découvrir quelque chose et se mettent en avant alors qu'ils ont tout fait pour précipiter le chaos durant des années cela fait doucement sourire. Oh oui tu as à demander pardon, ne l'oublie jamais!

Et demain tu vas découvrir que l'eau mouille?

Quelle intelligence, j'en rigole encore.

Écrit par : Rec | 21/01/2014

@ Rec :

La libre circulation n'était pas défendue que par la gauche, mais par le centre et la droite aussi. Enfin, une certaine droite.

La guerre des Balkans et l'arrivée des gens de là-bas a été massive dès 1991, et Calmy-Rey est arrivée (au DFAE, affaires étrangères et non pas intérieures) en...2002.

Non bien entendu, les votes se respectent, en tout cas chez les démocrates.

Mais allez, on arrêtera là, ce n'est pas la peine de continuer, je ne lirai ni ne publierai.

Écrit par : Danijol | 21/01/2014

Laissez Danijol, vous avez affaire là à un brun.

Écrit par : AM | 21/01/2014

"Laissez Danijol, vous avez affaire là à un brun." Ouais ben voilà, ils arrivent. Pendant les trente dernières années, j'ai expliqué aux gens autour de moi que leur détestation de l'UDC allait amener les vrais fascistes. Trente ans de lavage de cerveau par la radio et les journaux pour isoler la droite nationale, l'humilier et lui enlever tout pouvoir, qu'est-ce que cela produit ? Aube dorée est à nos portes.
Le problème de l'humanité, c'est que le balancier de ses représentations du monde (on dit idéologie, je sais) va ou trop à gauche, ou trop à droite. Trente ans de political correctness, coucou, qui voilà ? Les fachos.
Et qu'est-ce qui va se produire avec les stupidités dont ils sont capables ? Un front "républicain" contre eux avec comme conséquence la porte ouverte à toutes les immigrations, comme c'est arrivé en France.
Rec, va te faire foutre.

Écrit par : Géo | 21/01/2014

Effectivement Danijol, AM a raison, laissez tomber...

Écrit par : JMC | 21/01/2014

Je n'aime pas cela, mais j'ai fermé les commentaires un moment, afin que chacun reprenne ses esprits. Ca avait très bien marché sur un autre billet.

Tous les avis sont bienvenus chez moi mais en revanche, pas question ni de menaces ni quoi que ce soit du genre.

Rec : Vous êtes banni et le serez pour tout autre message de ce ton, quelle que soit l'adresse IP signalée

Géo : Vous avez bien raison de souligner cela, je tiens aussi un raisonnement identique

Merci !

Écrit par : Danijol | 21/01/2014

Hallucinant les commentaires de "Rec"!! Donc non seulement vous avez le même vote que lui, vous donnez de votre temps en écrivant des blogs, peut-être votre argent même pour la cause et voilà le résultat? Dingue que vous les ayez publié, je dois dire.

Écrit par : Fâché | 24/01/2014

@ Faché : En effet, j'ai donné un peu d'argent aussi. Pour le temps c'est le cœur.

Écrit par : Danijol | 24/01/2014

Cette initiative ne va pas assez loin, car elle ne fixe pas de limite à l'immigration. En fonction des besoins. Donc cela peut être 10'000 ou 100'000.

Il faudra soutenir ECOPOP qui fixe une limite de 0.2% maximum d'augmentation de la population en Suisse. + un soutien à un contrôle des naissances dans les pays pauvres.

Écrit par : Johann | 24/01/2014

Les commentaires sont fermés.