13/11/2013

La plus grande des insécurités à Genève? La route

Nous y revoilà. Encore un. Ces lignes ont été écrites le jour des deux accidents de Châtelaine et de celui des scooters à Chantepoulet. Mais il est grand temps de les publier car à nouveau, un drame. 

Cette fois, à la rue de Lyon. Chaque semaine nous donne son triste lot d'accidents sur les routes, de tragédies. Des morts, parfois, comme l'autre jour, comme hier. Je sais, la société accepte un certain prix à la liberté de se déplacer, pour la Suisse c'est 300 morts par an. Je ne sais pas jusqu'à quand, mais pour l'instant, elle accepte. Je vacille, mais c'est comme ça. Où je n'accepte plus, mais alors vraiment plus du tout, c'est que bien des accidents peuvent être évités.

Ceux causés par des crétins d'un côté, et des chauffards de l'autre. Ces deux caractéristiques se rejoignant souvent, d'ailleurs. Combien de fois n'ai-je pas vu de manœuvres délicates, dangereuses, folles? De vitesses pas respectées? Je ne voudrais pas considérer que je fais tout bien, tout juste, ce serait prétentieux. Mais j'affirme que par rapport à ce que je vois, je ne peux que m'énerver.  

Tout le temps, partout. En conduisant, en marchant. Tenez, voici ce que j'ai vu, rien que ce matin, et je serais bien misérable si je disais des bêtises : Marcheur passionnel chaque fois que je le peux, je ralliais Conches à Plainpalais. J'ai vu au carrefour Athénée un scooter, sans casque. C'était rien moins qu'un ancien président du Conseil municipal, médecin de surcroit. Puis, à la hauteur de la place Claparède, deux vélos passant au rouge. Et enfin, alors que j'arrivais en son centre, où habituellement le Kebab diffuse de bonnes effluves, un autre scooter roulait sur le trottoir.

Tout cela indique que plus personne n'a rien à faire des règles. Entendons-nous bien, un jour arrivera un billet sur l'insécurité relative aux voyous, autant le dire tout de suite ce ne sera pas à l'eau de rose. Mais je n'en démords pas, la probabilité d'avoir un dommage physique par quelqu'un qui ne respecte pas la LCR à Genève est bien plus grande. Pour moi, souvent, c'était par des vélos circulant sur le trottoir. La dernière fois, un angle, j'y arrive, le vélo aussi mais bien plus vite. Seuls mes réflexes et un pas un arrière m'ont épargnés, mais je pense avec colère à la petite dame, au petit monsieur, à la personne triste regardant le sol en marchant, à l'enfant.

Je lance un appel pressant à M. Maudet pour qu'il sévisse aussi sur la route, vite. Chaque infraction à la LCR poursuivie. À commencer par les automobilistes qui klaxonnent et qui ont eu l'honneur d'un autre billet. Parce qu'outre empoisonner la vie de ceux devant qui ils passent, ils démontrent quel est leur niveau d'irrespect des autres, et ça se démultiplie vite, ça. Et j'affirme aussi qu'en roulant normalement, on n'a pas besoin d'utiliser son klaxon et on ne se fait pas klaxonner, j'en témoigne.

Toutes les infractions doivent être sanctionnées. Pas les 5kh en dessus de la limite ou les 10 minutes de stationnement en trop, cela on s'en fiche. Mais les autres, les conséquentes. Pourquoi ne pas engager, au minimum, une patrouille se relayant 24h/24h et circulant en permanence et partout, en véhicule banalisé bien entendu? Les policiers en congé doivent bien voir la différence par rapport à quand ils sont dans leur véhicule de police ! Notre sécurité n'en vaudrait-elle pas la chandelle?

Car si 15 morts par année, sans doute autant de chaises roulantes et des centaines d'autres blessés ne sont pas de l'insécurité, alors rien ne l'est.

04/11/2013

Retour sur une bien meilleure soirée télé...

Envie de m'entretenir avec vous sur beaucoup de sujets, mais valse-hésitation. Et soudainement, regardant Léman Bleu ce dimanche soir, notamment Le Grand Genève à Chaud, idée. Allons-y, ne nous privons jamais des bonnes nouvelles, ni de souligner les bonnes choses...

L'ouverture de ce blog avait été faite par un billet sur une soirée télé, au titre très similaire. C'était il y a presque deux ans, déjà. Ce soir, quelques protagonistes d'alors étant toujours de la partie mais dans de meilleures conditions, reparlons-en. Laissons pour l'instant le nouveau sale dérapage au Municipal, la circulation, Cornavin, Rive et tant d'autres sujets dont j'ai envie de vous faire part.

À l'époque, lors de cette émission, j'avais été très frappé par le ton du représentant du syndicat de police genevois. Il faut le dire, c'était le temps où la police de ce canton n'en faisait qu'à sa tête, ou pas loin. Ce soir, au contraire, le dialogue était bien différent, même si la symbiose du fond bleu du décor perdurait avec la cause... On n'était pas là pour parler de la réorganisation de la police qui avait, soi-disant, tous les défauts du monde, mais de l'intégrité physique des policiers qui, au vu de ce qui se passe ces temps en Suisse, devient préoccupante. Autrement plus préoccupante, même.

Avant de parler de la chaîne Léman Bleu, quelques mots sur le journaliste qui mena cette soirée et qui a tout de même eu l'honneur de mes premières lignes ici. Pour le suivre régulièrement, pour ne pas dire toujours, je pense que je le connais. Il a beaucoup de qualités, des défauts bien sûr. Mais qui n'en a pas ? Il se fait force pour équilibrer ses invités entre la droite et la gauche, avec tout de même un net avantage MCG me semble-t-il. Cependant il tient la route, il assure.

Venons-en maintenant aux bonnes nouvelles. Léman Bleu va revenir immédiatement à la rediffusion en boucle. Ouf ! Moi qui suis cette chaîne depuis sa création, quelle drôle de révolution elle nous a offerte il y a quelques mois ! Alors qu'avant vous saviez que l'émission que vous aimez passait toutes les deux heures et que vous pouviez même tomber dessus le week-end, là, plus moyen de savoir. Nombre de fois je me suis replié sur le pc vour voir telle ou telle émission, mais c'est démotivant.

Donc excellente nouvelle, tout comme l'augmentation des passages d'une émission que je qualifierais de merveilleuse et qui a dépassé déjà les 80 numéros : "Autrefois Genève", qui a d'ailleurs un succès bien mérité et qui pourrait, à mon avis, réconcilier qui que ce soit avec Genève ou vous apporter un peu de bonheur si vous étiez mélancolique. Une vraie merveille. Bref, l'occasion de dire à cette chaîne et à toute son équipe qu'on les apprécie, et merci.

Anonymement, pour ça c'est toujours mieux.