30/03/2013

Dépôt TPG à l'aéroport : A-t-on vraiment mesuré les risques?

Depuis que j'ai appris que l'on voulait construire un nouveau dépôt TPG proche de l'aéroport, il y a plus d'un an je crois, je n'arrive pas à réprimer certaines craintes. J'avais écrit ces lignes qui dormaient dans la catégorie des lignes non publiées. Mais, après ce qui s'est passé à Lyon avant-hier (un Airbus qui sort de la piste), je ne les retiens plus. Lorsque les évènements se rapprochent, l'on peut mieux réaliser les dangers. Le Brésil, c'était loin...

Peut-être le saviez-vous donc, le Parlement a donné son aval à l'étude puis à la construction d'un nouveau dépôt de tramways et de bus, le parc des véhicules augmentant exponentiellement et la place se faisant rare. Les dépôts de la Jonction et du Bachet ne suffisent plus, ce d'autant que le premier devrait laisser sa place, bientôt, à d'autres constructions plus en adéquation avec ce bel endroit qu'un dépôt d'autobus. D'ailleurs, par manque de place, ceux-ci sont actuellement parqués la nuit dans une enceinte extérieure avec tous les inconvénients que cela a. Le besoin est donc là.

Ce nouveau dépôt devrait prendre place sur la route de Meyrin, au lieu dit "En Chardon", à l'extrémité Ouest de la piste de l'aéroport. Et c'est à partir de là que les choses se gâtent. A-t-on imaginé un seul instant un avion qui sortirait de la piste au décollage? Ou alors, une erreur à l'approche? N'oublions pas que cela est déjà arrivé à Genève (côté Ferney pour le plus impressionnant d'entre eux) et que cela arrive régulièrement dans le monde, avec des conséquences diverses, souvent et fort heureusement que matérielles et d'énormes peurs mais, parfois aussi, beaucoup plus lourdes.

Hormis celles-ci et selon le nombre de bus et de tramways qui ne s'en sortiraient pas non plus, il y aurait en plus une gabegie immédiate à Genève, et pour longtemps. Imaginez plutôt, une partie des véhicules hors service! De plus, avec les réservoirs de carburant et tout le matériel d'entretien que tout dépôt se doit d'avoir, les conséquences peuvent être tellement imprévisibles qu'il faut bien que quelqu'un sorte du bois et crie, voire même brandisse le drapeau rouge...Et pour tout dire, j'ai même pensé au référendum. Au moins l'argument eût été soupesé. Mais s'il est bon, il serait encore temps.

Je comprends volontiers que ce terrain sous les avions soit facilement disponible et suppose qu'il coûte bien moins cher qu'ailleurs. Mais est-on réellement prêt à prendre un risque pareil? Y a-t-on seulement pensé? Voyez-vous, je serais déjà heureux d'apprendre que ce risque aurait été évalué, jaugé. Mais je n'ai rien entendu ni lu quoi que ce soit qui aille dans ce sens. Je souhaite bien entendu que jamais rien de similaire n'arrive, mais me voilà, au moins, débarrassé d'un certain poids, dussé-je être bizarrement considéré; celui de ne pas l'avoir écrit quelque part. Pour avertir.

S'il y a donc des travaux à entreprendre là-bas, c'est bien plutôt la couverture de la route de Meyrin qu'il faudrait faire. Ainsi, si par malheur un avion venait à se manquer, il ne chuterait au moins pas sur celle-ci. Mais surtout pas y construire un dépôt de bus!

 

(Image : Wikipédia "Accident Vol TAM 3054, Brésil")

vol TAM.png

Commentaires

Votre anxiété me surprend.
l'endroit m'apparait justement comme le plus indiqué qui soit puisque cet espace ne saurait être utilisé à d'autres fins que du stockage.
Car c'est bien de cela que l'on cause. La nuit, il faut pouvoir ranger les bus et trams excédentaires. La journée le dépôt est vide. Or, je vous rappelle que, pour le moment, les avions n'atterrissent pas après 11.00 et ne décollent pas avant 07.00.
Votre intervention provoque en moi un malaise. J'ai un peu le sentiment qu'elle stigmatise et caricature le genevois râleur qui s'oppose presque systématiquement à toute velléité de développement en paralysant la ville et en justifiant la risée des confédérés. Surtout lorsque vous envisagez le référendum.

Écrit par : Pierre Jenni | 31/03/2013

@Pierre Jenni :

Comme vous l'aurez certainement compris, je voulais signaler le danger qu'il y a, selon moi, à construire quoi que ce soit aussi proche de la piste d'un aéroport, et à fortiori un dépôt de bus. Le jour où un avion ressortira de la piste (c'est déjà arrivé ici aussi, je le rappelle), s'il touche le dépôt et qu'une partie de la flotte TPG est paralysée ou détruite, vous verrez le résultat et ce qu'on dira. Vous seriez d'ailleurs peut-être les seuls à en tirer quelque chose, vous les taxis.

Rassurez-vous, le référendum j'y ai juste pensé, cela m'aurait paru légitime que le peuple dise si oui ou non l'on prenait ce risque. Cependant, personnellement je ne me permettrais pas de critiquer ceux qui lancent des référendums -cela fait partie de notre système suisse- mais par contre très fortement ceux qui n'acceptent pas les résultats qui en ressortent et bloquent par recours après.

Merci de votre visite en tout cas.

Écrit par : Danijol | 31/03/2013

A Genève on fait tout à rebours du bon sens! Si on commençais par penser réseau multipolaire on verrrait rapidement que ce n'est pas un mais trois ou quatre dépots de moyenne importance qu'il faut. Au lieu de faire du business immobilier à Chêne Bourg par exemple, on devrait faire un dépôt pour les lignes de la rive gauche. A Bernex, en faire un autre pour les lignes de champagnes, et un enfin à l'entrée du canton côté Vaud.

Malheureusement aux TPG les cadres sont recrutés en France et avec leur maladie centralisatrice, ce genre de réflexion ne percute par leurs neurones. QUant à celle qui les dirige, c'est plus simple, ils sont en vacances depuis qu'elle est parvenue à Baudet!

Et si on menait encore plus loin la réflexion, on poserait des parkings d'échange à côté de chacun de ces dépôts ce qui aurait aussi l'avantage d'aller dans le sens de la nouvelle LAT qui cherche à limiter l'éparpillement et donc le mitage du territoire.

Encore une donnée que les français qui fourmillent au TPG ne peuvent pas comprendre, chez eux le peuple, les politiciens s'assoient dessus!

En conclusion, merci de votre préoccupation, elle est légitime, fondée et pleine de bon sens!

Écrit par : Dominique Vergas | 01/04/2013

Curieux, mon commentaire a disparu!

Certainement trop juste et surtout trop embarrassant pour le baudet qui a la responsabilité de cette importante régie!

Écrit par : Dominique Vergas | 02/04/2013

@DV :
Ne vous inquiétez pas! Je n'ai supprimé aucun commentaire sur aucun billet jusque là, je suis pour la liberté d'expression. Juste que je souhaitais un certain ordre entre les interventions auxquelles je voulais répondre, ce que malheureusement le système ne veut pas je vois...N'étant plus en mesure de le faire hier, j'ai suspendu votre message, navré. Mais le voici donc en ligne avec les choses que je voulais dire :

Merci bien tout d'abord pour votre réaction! Cependant, je ne considère pas que l'on ferait, à Genève, obligatoirement tout à l'envers du bon sens. Ne soyons pas si durs.

Ensuite, il y a effectivement actuellement 2 dépôts TPG et un 3ème viendrait s'adjoindre, ce qui me semble parfaitement normal. Nous ne serions plus très loin de vos souhaits, et l'argument de la "maladie centralisatrice française" ne me semble donc pas tout à fait approprié.

En ce qui concerne les P&R à proximité de ces dépôts, cela arrangerait surtout les chauffeurs prenant leur services me semble-t-il...Pas forcément les usagers.

Enfin, je respecte bien entendu votre désamour pour tout ce qui vient de France -sauf notre langue commune semble-t-il, au vu de la qualité de vos messages- mais ne les partage pas.

Voilà les quelques éléments que je voulais apporter, vous ne m'en voudrez pas de les avoir travailllés un peu avant de vous les exprimer!

Cordialement et à bientôt.

Écrit par : Danijol | 02/04/2013

@Danijol, tout d'abord merci de votre transparence, c'est appréciable. Comme vous j'aime le débat de fond, même s'il est vif voire dure, tout en restant parfaitement poli.
En matière de mobilité, reconnaissez avec moi qu'à Genève ce n'est pas folichon, pour ne pas dire pire.

Pour ce qui est de mon désamour il ne va pas à la France mais à ce qu'elle produit de pire, ses fonctionnaires. Ils n'ont aucun respect des règles démocratiques puisque chez eux il n'y en a pas! Tout au plus une parodie de démocratie qui fait la part belle aux privilèges et aux passe-droits.

Nous avons un autre concept et les Genevois ont donné la mesure de leur colère le 3 mars. Stupidement les esprits tortueux qui dirigent l'AVIVO ont pensé pouvoir tricher. C'est bien triste d'en arriver là lorsqu'on se dit proche du peuple!

Pour ce qui est des P+R vous avez tort. Ce serait un réel argument pour intensifier la chasse aux voitures pendulaires qui embouteillent nos rues aux heures de pointe. En mettant en place ce qu'un député a appelé "la ceinture verte", nous aurions de réels mesures pour dissuader les automobilistes non genevois à entrer dans la ville.

Ma conclusion 2 est de demander des nouveaux dépôts mais rien de géant, du sur mesure destiné à répondre aux besoins réels. Et pourquoi ne pas en installer en France voisine et sur Vaud? C'est bien comme ça que l'on pense agglomération multipolaire, comme le dit la nouvelle constitution qui est un modèle du genre en matière de gestion durable.

Merci pour l'échange, c'est ça la vraie démocratie, celle de Rousseau, celle qui repose sur la confiance entre citoyens, le contrat social!

Cordialement, merci

Écrit par : Dominique Vergas | 02/04/2013

Les commentaires sont fermés.